indus Indus > Kid Koala

Biographie > Eric the Kid

Kid Koala Nom : San. Prénom : Eric. Pseudonyme : Kid Koala. Né en 1974 du côté de Vancouver (au Canada pour les nuls en géographie), Eric San se fait rapidement connaître en écumant les clubs et en jouant de ses talents de DJ et de "turntablist" inventif. Il intègre alors un groupe baptisé Bullfrog, sort quelques mix-tape sous le manteau, puis signe chez la référence en matière de pépinière de talents Ninja Tune et collabore avec Dan the Automator et Del tha Funkee Homosapien au sein de Deltron 3030.
En 2000, le Kid publie son premier album Carpal tunnel syndrome et participe l'année suivante au projet Lovage aux côté de Mike Patton, Jennifer Charles (la voix d'Elysian Fields) et de Dan the Automator. L'année 2003 lui permet de faire coup double en sortant l'album Some of my Best Friends are DJs ainsi qu'un roman graphique intitulé Nufonia must fall. Suivent entre 2005 et 2008 un EP live (Live from the short attention Span audio Theater Tour!!), un disque de remixes de standards jazz (Impulsive! Revolutionary Jazz Reworked), un troisième album (Your mom's favorite DJ) puis une tournée avec DJ Shadow et Cut Chemist.
En 2009, Kid Koala s'acoquine avec deux ex-Wolfmother et finalise un projet qu'il avait de longue date avec Dynomite D. Intitulé The Slew, celui-ci était à l'origine prévu pour servir de bande-son à un film documentaire qui ne voit jamais le jour et connaîtra une deuxième vie en live, au cours d'une tournée The Slew tour, laquelle aboutit finalement à un album complet.

Kid Koala / Chronique LP > The slew

Kid Koala | Wolfmother - The Slew Tour Alors celui-là, rien que sur le papier, il faisait déjà frémir et pas qu'un peu. Car lorsque le Kid du turntablism et l'ex-section rythmique de Wolfmother s'associe pour partir en tournée, on se dit que forcément, ça va faire de sacrées décharges électriques sur scène. Quand on découvre que cette association plutôt prometteuse a également accouché d'un disque, à l'origine bande-son d'un long-métrage qui ne verra finalement jamais le jour, là, on passe en DEFCON 5 et on se remue les neurones pour jeter une oreille sur la bombe annoncée. Le génie Koala + Dylan J. Frombach (aka Dynomite D) vs deux rockeurs Australiens pas manchots, le tout blindé par la prod de Mario Caldato Jr (Beastie Boys), ça a pour titre The Slew et ça se révèle plutôt du genre explosif.
Scratch massif, groove incendiaire et feeling funky, d'entrée de jeu, l'addition des talents fait des merveilles. L'inaugural "100%" balance son flow hip-hop sur des arrangements inspirés, bassiste et batteur font le métier et l'ébouriffant cocktail promis prend forme devant nous. Evidemment, en live, ça doit être quelque chose, mais déjà là, sur CD, ça a plutôt de la gueule. Et comme s'il fallait définitivement assurer le coup, le Kid remuant, son associé et les deux Australiens commettent un single histoire de mettre tout le monde d'accord. Le résultat a pour nom "It's all over" et se retrouve gorgé d'instru qui clashent sur des enceintes à deux doigts de l'embrasement immédiat, favorisant la combustion spontanée entre turntablism ravageur, beats hip-hop et rock grungy, The Slew respire le tube bien goupillé, maîtrise le scratch puissant et savoure en public sa capacité à engendrer des hits calibrés pour le live, concept premier du projet on le rappelle.
Blues électrique dopé aux hormones de croissance, vocaux trafiqués, breaks rock'n'roll, Kid Koala et les ex-Wolfmother enchaînent les petites bombes à fragmentation avec une régularité qui frise le surnaturel. "Problem child", "You turn me cold" et "Wrong side of the tracks" défilent sur les platines et The Slew prend par instants des airs de Peeping Tom, le projet deluxe initié par Mike Patton et réunissant notamment Dan the Automator (tous les deux collaborateurs plus ou moins occasionnels du kid justement) en mode 2.0 et en plus groovy rock. "Robbing banks (Doin' time)" ou "Shackled soul", empilent les scratchs, le Kid éteint un peu la fonction jazzy de son habituelle machine à produire des sons et allume celle du rock pur et dur pour faire de ce disque collaboratif une véritable entité hybride et organique ("Southeast soliloquay", "Battle of heaven and hell"). Crossover brillant entre rock heavy blues et turntablism enfiévré, The Slew est de ces implacables réussites que l'on n'attendait pas vraiment. A écouter de toute urgence.

[un] Download The Slew: .zip (161 hits)External ]