Kawaii - Stylochord A la sortie d'un disque, les groupes indés ont souvent tendance à vouloir satisfaire leur public : on offrant le CD à l'entrée d'un concert, en ajoutant un DVD sans augmenter le prix du disque ou à proposer leur production à prix massacré. Les Kawaii ne dérogent pas à la règle mais ont choisi un autre moyen d'action. Ils ont sorti Stylochord en vinyl et accompagnent l'objet d'un CD, offert pour l'occasion. Avouez que c'est très chic de leur part. Et ceci participe à expliquer pourquoi les dix pistes composant l'objet ne constituent qu'un "simple" EP. Si sur la version CD, les titres se suivent bêtement, le vinyl en comporte cinq sur une face et cinq sur l'autre. Normal. Sauf que la face A contient des nouvelles compos de Kawaii et que la face B détient les même titres... augmentés des participations d'invités au chant !
En très peu de titres (le précédent EP en comportait cinq), Kawaii est parvenu à créer une atmosphère, un son qui lui est propre. Un petit monde à part que l'on retrouve aisément sur cette nouvelle production. Une touche qui se fait ressentir dès ses premiers instants. La féerie, la mélancolie et la protestation (pas si feutrée qu'elle en a l'air) sont toujours de mise, installées par la pléthore d'instruments passant entre les mains du duo (guitares, toy piano, melodica, samples, glockenspiel, ukulélé, omnichord, harmophone, ...). Enfantins dans leurs âmes d'adultes, les Kawaii s'amusent à nous émerveiller et réciproquement. Et lorsque leurs invités (Michael Wokkey, Orouni, Bambino, Max, Flexion Flûte et Spasmodic Joy pour ne pas les nommer) viennent poser leurs voix, on assiste quasiment à la métamorphose des morceaux originellement instrumentaux (par exemple "Il était une fois" devenant "Stuck in a hurricane" en compagnie de Spasmodic Joy).
Usant de fulgurance (si peu de titres et déjà tout un univers), d'associations d'idées très variées et de générosité, Kawaii continue son petit bonhomme de chemin, un joli Stylochord à la main.