indus Indus > J2

Biographie > Double J(eu)

J2, une lettre, un nombre et deux personnalités parmi les plus prolifiques des vingts dernière années dans l'univers des musiques aux tendances expérimentales : Jarboe (ex-Swans) et Justin K.Broadrick (ex-Godflesh, Jesu, Techno Animal, Final, Grey Machine...). La première a notamment au compteur une poignée d'EP's et une dizaine d'albums enregistrées au sein des Swans, une douzaine de disques solo ainsi que d'innombrables collaborations avec des artistes et groupe tels que Bill Laswell, Jim Thirlwell, Byla, Lustmord, A Perfect Circle (sur l'album The thirteenth step), Maynard James Keenan (pour le projet Puscifer) et bien d'autres dont Neurosis pour un split acclamé par les spécialistes et paru chez Neurot Recordings en 2003. De son côté, Justin K.Broadrick multiplie sorties discographiques et travaux divers et variés avec d'un côté les projets Jesu et Final ; et de l'autre, des collaborations avec notamment Isis, Battle of Mice, Eluvium, Envy ou Fear Falls Burning... J2 naît en 2007 suite à une participation de Jarboe à l'EP Lifeline de Jesu et se prolonge durant l'écriture et l'enregistrement d'un album sobrement baptisé J2. Un disque qui voit le jour au sortir de l'hiver 2008 via The End Records (The Gathering, Made Out of Babies, Stolen Babies...).

J2 / Chronique LP > J2

j2_jarboe_justin_broadrick.jpg Après une apparition (étrangement) décriée par les "spécialistes" sur l'EP Lifeline de Jesu il y a quelques mois, Jarboe collabore cette fois avec Justin Broadrick sur un album complet : le dénommé J2. Et ledit effort débute avec un "Decay" ultra-répétitif sur lequel les inflexions de voix de l'ex-Swans suscitent tout d'abord un ennui poli avant d'agacer un auditeur qui n'a plus qu'une seule idée : passer à la plage suivante. Le pire, c'est que le supplice auditif dure pendant quelques sept minutes trente et que la suite débute plus ou moins sous les mêmes auspices. Les nappes ambient rock hypnotiques déployées par Broadrick sur "Let go" parviennent à nous transporter mais encore une fois, les expérimentations vocales de Jarboe nous ramènent durement à la réalité. Et forcément, avec autant de répétition dans le travail sur la voix, on reste un peu circonspect, sinon plus. Accords de clavier crépusculaires, atmosphère gothique, "Magick girl" élève sensiblement le niveau, sans doute parce que la voix est plus en retrait et qu'elle laisse les arrangements de Justin Broadrick transpercer le brouillard environnant pour mettre J2 dans la lumière.
Basses lourdes, tempo lancinant, format allongé à quelques huit minutes quarante de musique, voix au magnétisme intemporel, la combinaison des talents de l'ex-Swans et de l'ex-Godflesh trouve sa voie et l'explore au travers d'un titre crépusculaire et ombrageux qui donne enfin le relief espéré à cette collaboration prestigieuse. Et le duo d'exploiter tout son potentiel sur le majestueux "Romp". En réduisant la voilure, 5 minutes et quelques 13 secondes pour ce qui constitue le titre le plus court de l'album, J2 va droit à l'essentiel en délivrant une musique qui ondoie avec élégance entre ambient/rock lunaire et indus organique. Un véritable maelström de sons, lesquels s'agglomèrent les uns aux autres dans des ambiances à la noirceur palpable. Des dogmes musicaux qui emmènent le projet vers des contrées indus-rock tribales (le bien nommé "Tribal limo"), un enchevêtrement sonique implacable, une mécanique parfaitement huilée, après deux premiers titres largement en deçà des attentes, le projet J2 enfante d'une créature hybride à la hauteur de la fusion de ses talents. "8Mmsweetbitter", sublime sixième et dernier titre de l'album boucle la boucle sur un titre ambient/rock dans la veine des travaux de Jesu (logique en même temps) ; et aux effluves trip-hop que ne renierait pas Massive Attack. Une ode contemplative qui conclue avec douceur et finesse un album, qui malgré un faux départ, parvient à combler nos espérances avec une poignée de titres à la classe intemporelle...