indus Indus > Hoarfrost

Biographie > givré

Hoarfrost est le projet d'un Polonais qui se met à sortir des titres démos en mp3 en 2007 (Dungeon puis The girl who loved tattoos), c'est sombre, atmosphérique et ça tape dans l'oreille du label spécialisé dans ce genre : Zoharum. Le premier album CD sort en 2008 : ce Ground zero montre combien les paysages de catastrophes sont "appréciées" par le garçon... Il travaille ensuite avec Inner Vision Laboratory sur un nouvel album intitulé Decline (2010) avant d'aller enregistrer en Irlande Last message... (Unknown) au Studio Enniskillen Oaks en version live, le thème est cette fois-ci les catastrophes industrielles... L'album sort dans une édition limitée à 200 exemplaires (qui ont tous trouvés preneurs) via Exploratory Drilling Productions qui réédite le disque dans un format plus classique que l'on peut trouver via la distro Le crepuscule du soir pour 2 euros ! [ [fr] Le crepuscule du soir (5 hits)External / [fr] Exploratory Drilling Productions (3 hits)External ]

Hoarfrost / Chronique LP > Last message... (Unknown)

Hoarfrost - Last message... (Unknown) N'étant pas un grand spécialiste de dark ambient, la seule référence que je peux faire pour parler concrètement de la vingtaine de minutes de musique proposée par Hoarfrost date de janvier 1999 et déjà à l'époque ne disait rien à personne : Sisygambis. Ceux qui connaissent et apprécient arrêteront là la lecture de cet article...
Ah, tu poursuis... Last message... (Unknown) est une seule pièce intrigante et inquiétante faite de sons et d'ambiances sombres, de souffles, de bourdonnements et de messages voilés qui s'enchaînent comme les catastrophes industrielles listées au dos du digipak collector (Seveso, Bhopal, Enschede, Toulouse...), que de terribles souvenirs d'images horribles où l'homme a construit des bombes urbaines. Tout cela est bien peu réjouissant et cadre parfaitement avec l'atmosphère noire d'Hoarfrost. L'univers construit par le Polonais n'étant pas qu'auditif, on a les pistes pour imaginer et frissoner ce qui va autour de sa musique, si ce qui apparaît comme un concept n'était pas là, on verrait tout à fait ses ambiances se coller sur des images de films où la tension est permanente, le glauque dans chaque cadrage et la survie n'est qu'une question de temps (en général la durée dudit film pour l'héroïne poursuivie).
A moins que tu n'aimes te réveiller au bruit d'une perceuse et d'une nappe de synthé aussi froide que l'hiver en Silésie, Last message... (Unknown) est à éviter, si au contraire, tu n'as pas peur de t'aventurer dans un monde glacé, machinal et terrifiant alors Hoarfrost te comblera...