indus Indus > Grosso Gadgetto

Biographie > Gros gros gadgetto... !

Grosso Gadgetto, un all-star band à la sauce "électro-break-beat-hip-hop" ? Peut-être bien si on regarde de plus près la trajectoire des membres le composant. Du projet tout d'abord mené par Gonzalezeum au groupe à part entière, l'entité a mis très peu de temps à prendre forme. Gonzalezeum, donc, ancien Cox 6 (house) et Brain Decay (métal indus) aux machines s'adjoint les services vocaux de Real Fake MC (ayant travaillé en solo et avec Interlope, Redbong, Brain Damage, ...), de DJ Didydee (Marcel Bellucci Quartet), de Kritikator en tant que VJ ou de Prim Ureb (Meï Teï Shô) et Razamike pour donner vie en 2005 à un premier album (How long do you have to wait ? sorti via Stepping Razor). Sur la route, le groupe croisera aussi bien Dälek, La Caution, Reverse Ingeniering, Kaly Live Dub que X-Makeena, Picore ou Löbe Radiant System...
La formation, stabilisée en quatuor (Gonzalezeum, Real Fake MC, DJ Didydee et Kritikator) met sur les rails un maxi vinyl, Your mother smokes crack qui voit le jour l'année dernière. Plus récemment, Grosso Gadgetto intègre le catalogue de Jarring Effects et fait sont retour sur LP le 1° septembre 2008 grâce à Paranorama.

Grosso Gadgetto / Chronique LP > Paranorama

Grosso Gadgetto - Panorama On ne le répètera jamais assez, 2008 est une année remarquable pour Jarring Effects, autant qualitativement que quantitativement : Battlefield, Musik d'ascenseur pour kages d'eskalier, Short cuts, The robot and the chinese shrimp, Enter the automaton, Artefacts/... et quelques autres sont sortis cette année, faut-il le rappeler. Sans compter sur les deux compilations JFX bits, la nouvelle JFX Party ainsi que les 10èmes éditions du Riddim Collision (le festival) et de Nuke (le fanzine). Bref, le label placé sur les pentes de la Croix-Rousse n'a pas vraiment chômé. Et voilà qu'à l'arrivée de l'automne, toujours pas éreintée, l'écurie Lyonnaise signe, outre l'excellent The sixth aspiration museum overview, l'arrivée de Von Magnet et Yokohama Zen Rock ainsi que le retour de Grosso Gadgetto.
Ovnis chez les omnis (remplacer "Volant" par "Musical"), Grosso Gadgetto continue d'assumer son rôle d'élément perturbateur en délivrant ce Paranorama. Les idées jetées (en vrac) sur How long do you have to wait ? (le premier album) prennent un toute autre tournant sur ce second opus même si son approche n'est toujours pas chose aisée. Quelques écoutes peuvent être nécessaire avant de se laisser prendre au piège, le groupe n'hésitant pas à déployer des structures tortueuses et à faire s'entrechoquer des influences (très) multiples de façon quasi-permanente.
A l'image de son casting (hétéroclite et de luxe), Grosso Gadgetto associe des univers, sur le papier, antagonistes pour en extraire une substance unique. Puisque bien malin sera celui qui tentera de classifier, même grossièrement, ce nouvel album du collectif. Hip-hop ? Certainement de part le flow anglophone de Real Fake et de multiples beats. Break-beat ? Assurément. Via un phrasé déstructuré de machines. Et même Rock ? Eh oui, même Rock grâce aux ajouts guitaristiques de "José Brown", loin de faire tâche.
Condensé des expérimentations menées par L'Oeuf Raide, Revo, Uzul Prod., Reverse Engineering et Scorn, Grosso Gadgetto fait de Paranorama tout sauf un simple gadget...