Fragment - The Game is Over EP Avis aux inconditionnels de Jesu, Godflesh et autres Nadja ou My Bloody Valentine, Fragment. est à découvrir de toute urgence. Car après avoir appréhendé une première fois le projet via un split avec Iroha paru il y a quelques semaines via Denovali Records, c'est avec The Game is over, un EP 3 titres (antérieur à Bittersweet) que l'on replonge dans l'univers de ce "one-man band" comme on en voit trop peu par chez nous. Sorte de Justin Broadrick frenchy, Thierry A., architecte de Fragment. livre avec cet effort présenté dans un format original, trois compositions denses (jamais moins de 7'30) situées aux confluents du drone-metal, de l'ambient industriel et du shoegaze. Petite finesse avec l'objet "physique" puisque l'EP est livré en mini Cdr 8cm limité à quelques dizaines d'exemplaires via Xcroc Records, micro-label coutumier du fait (Binaire, Overmars, The CaVe CaNeM...).
Basses lourdes et bourdonnantes, voix passées au filtre digital, mélodies embrumées... entre indus narcoleptique et drone-metal pénétrant, Thierry A. joue les petits chimistes/shoegazers et livre un titre inaugural, éponyme, de très haute volée. Les deux autres plages de l'EP sont des remixes, qui loin de servir au remplissage pur et simple, laissent entrevoir ce que peut être Fragment. en mode ambient/électronique. Soit un projet aux multiples facettes, abandonnant parfois la pesanteur pachydermique du drone-metal pour s'en aller vers des sphères plus éthérées ("Your golden throne"), avant de revenir au gros son qui vrille les tympans et fait vibrer les murs ("In your heart"). Intense de par ses progressions émotionnelles, la tension qu'il instille dans ses arrangements, ce troisième et dernier titre fait grimper la musique du projet dans des sphères qui transcendent la simple notion d'étiquette que l'on essaiera en vain d'apposer à la musique de Fragment.. Classe.