ez3kiel_promo.jpg Ceux qui ne sont pas de grands amateurs de dub peuvent aimer Ez3kiel, idem pour ceux qui n'apprécieraient pas énormément le trip-hop, l'éléctroacoustique etc... En fait, si l'on inverse les choses, ceux qui aiment un tant soit peu le dub, le trip-hop, le rock indé ou l'éléctro-jungle peuvent se pencher sur le cas de ce groupe originaire de Tours et qui officie sur la scène hexagonale depuis 1993. Au commencement d'Ez3kiel, il y avait 5 musiciens influencés par le mouvement fusion hardcore porté par des vocaux féminins. Fin 1997, suite à quelques remaniements internes, le groupe met un terme à ses activités, pour mieux renaître de ses cendres quelques mois plus tard. Nous sommes alors en 1998 et Ez3kiel, passé au format trio [Joan Guillon (machines), Yann Nguema (basse et graphisme) et Matthieu Fays (batterie)] finalise son premier album studio : Equalize it. Autoproduit, l'album, sur lequel le groupe cherche encore son style, sortira chez feu Tripsichord, mais déjà on sent la griffe d'un trio qui sait où il va.
La confirmation vient avec Handle with care en 2001. Entre-temps, le groupe a signé chez Jarring Effects (Brain Damage, High Tone, Interlope, La Phaze, Picore, Scorn...) et s'est fait remarqué par le soin particulier apporté à l'esthétique du style "Ez3kiel". Une identité graphique inimitable que l'on retrouve autant sur le site web du groupe que les artworks des albums et leurs packaging, bien plus soignés que la moyenne. Déjà le groupe semble avoir compris la nécessité de commercialiser des "produits" haut de gamme tant du point de la forme que de celui du contenu. En 2003, sort Barb4ry, troisième album du trio qui collabore pour cette occasion avec le collectif belge DAUU. Collectif que l'on retrouvera sur le CD/DVD Versus tour l'année suivante. Quelques mois plus tard, Ez3kiel, toujours à la recherche de nouvelles expériences, collabore avec l'iconoclaste Nosfell lors d'une collaboration live aux Eurocks 2005 avant de s'en retourner en studio, mettre au point sa nouvelle révolution musicale : Naphtaline. Un CD/DVDrom aux allures de véritable projet multimédia, preuve que l'oeuvre d'Ez3kiel dépasse le simple cadre de la "musique" pour s'orienter vers quelque chose de complet : une expérience sensorielle autant visuelle que sonore et souvent envoûtante. Moins d'un an plus tard, le trio semble avoir conséquamment accéléré la cadence puisqu'il sort son cinquième album studio : Battlefield, toujours chez Jarring Effects.