Chris Joss - Monomaniacs - Vol.I C'est en regardant de plus près la vie de Chris Joss que l'on comprend comment ce multi-instrumentiste autodidacte en est arrivé à créer Monomaniacs Vol.I. Ce sixième LP est un chef-d'œuvre du bidouillage musical, une petite perle euphorisante de sons acoustiques, Funk, Blues, Jazz, qui met la tête en orbite autour d'une nouvelle planète, celle de la programmation d'un funk urbain aux harmoniques décomplexées. Place à l'instrumental "! We got some Part 1 § 2", "Optical" posent le cadre à l'aide d'un tempo énergique et parfaitement cadencé. Chris Joss nous épate d'un bout à l'autre de ses douze titres, enrichi de ses quinze ans d'expériences musicales et audiovisuelles en France et en Angleterre. Depuis 1995, il enregistre, joue de plusieurs instruments et se renouvèle constamment tout en restant animé par les rythmes de la Blaxploitation. Ce courant culturel et social propre au cinéma américain des années 1970 a revalorisé l'image des afro-américains en les présentant dans des rôles dignes et de premier plan, tout en proposant des bandes originales de grande qualité. Parmi les nombreux musiciens qui y ont participé, on trouve James Brown, Curtis Mayfield, Barry White, Isaac Hayes.
Comme le nom du deuxième album de Chris Joss, Dr.Rythm, ce nouvel opus conserve breakbeats rebondissants, tonus funky, et lignes de basse dignes des grands maîtres du Jazz : Within, Optical, Highway 75... Le rythme reste le mot clé de Monomaniacs Vol.I avec aux commandes ce musicien ingé son, bassiste, guitariste, claviériste, percussionniste, flutiste et joueur de sitar, symbole de la musique indienne ("Kali flowers" montre avec quel naturel Chris Joss marie le funk aux airs dépaysants de l'Orient). Du jamais vu dans mon paysage musical. Ne ressemblant à personne d'autre, Chris a passé des années à remixer des sons (Frank Sinatra, Woody Hermann...), et à s'inspirer des musiques du monde pour imbriquer et composer une musique insolite et diablement rythmique. Avec "Shafro" on retrouve les percussions de l'Afrique, les chaudes lueurs d'une musique décomplexée au tempo envoutant. "Ford mustard cutter" est un titre plus rétro avec un synthé très typé années 70, disco, strass et paillettes, mais le tout reste bien balancé. L'album est dispo depuis février, alors faites-vous du bien et écoutez-le.