La Cédille Difficile de parler de hip-hop à Besançon sans évoquer La Cédille (également connu sous le pseudonyme "Ça"), un peu comme si l'on omettait Second Rate en parlant de rock dans la capitale franc-comtoise. Depuis 1997, ce collectif de sept personnes redore le blason du hip-hop en l'instrumentalisant de manière assez intelligente. Sa particularité est sa pluriculturalité, en témoigne l'origine de ses membres (France, Afrique Noire, Maghreb, Amérique du Sud) et de leur influences (jazz, salsa, soul, funk, hip-hop). Leurs créations auto-définies "hip hop instantané" font, dans un premier temps, l'objet de deux démos : L'abus c'est nécessaire en 1998 et Rien à dire, mais faut qu'tu saches en 2000. Ces deux premières auto-productions leur permettent de tourner en France et en dehors de nos frontières. C'est justement à l'étranger, au festival de Montreux en Suisse (certes, pas très loin pour des franc-comtois) que le groupe se fait remarquer par sa prestance scénique et son style unique. En effet, Pat Fulgoni, chanteur anglais du groupe Kava Kava mais également fondateur et gérant du label anglais indépendant Chocolate Fireguard Music leur propose de venir jouer une dizaine de dates dans des clubs au Royaume-Uni. Après avoir réalisé, entre autres, des shows au Moles Club à Bath, au Toucan Club à Cardiff, au Ponana's à Oxford ou au Hifi Club à Leeds, Chocolate Fireguard Music signe La Cédille. Le 3 titres Banane, tabac ? sorti en 2001 marque le début de l'aventure discographique chez les anglais et le collectif confirme son succès en étant invité sur de prestigieux festivals tels que le Printemps de Bourges ("Découverte Franche-Comté") ou Glastonbury. Nourris de leur expérience scénique, les membres de La Cédille entrent au Beaumont Street Studio d'Huddersfield pour livrer leur premier album Vu du large fin mars 2005. S'en suit un nombre important de concerts en compagnie de grands noms du hip-hop et de ses courants (The Herbaliser à l'Elysée Montmartre, tournée avec DJ Vadim, De La Soul à Prague). En 2006, les bisontins sont lauréats au FAIR et présents aux Francofolies de Montréal pour présenter leur album qui reçoit à cette occasion les louanges de la presse.


Formation et projets parallèles (non exhaustif) :

MC : José Shungu a.k.a. "Smoov" - Président de l'association Attila pour le développement des cultures urbaines, L'Index

MC : Abderrahmane Nimgharn a.k.a. "Starf" - Shakerman

Saxophone Alto + MC : Jean-Marc Blanc a.k.a. "JM" - Odja X, 70 Show, Marc Jean, Jazzparaf (avec entre autres le batteur de Monsieur Z), La Kuenta, participation à la bande son des "Shadoks et le Big Blank" avec Robert Cohen-Solal

Trombone + MC : Boris Pauthier a.k.a. "BSF" - La Kuenta, Association Attila

Basse : Claudio Ibarra a.k.a. "Pisco" - La Kuenta, KoNtRaTaK JazZ remix, Caroline Beley, le trio jazz Aurélius

Guitare : Aurélien Dudon a.k.a. "Aurélius" - JHAMP Quintet, le trio jazz Aurélius, participation à la bande son des "Shadoks et le Big Blank" avec Robert Cohen-Solal, participation à la bande original du film "La Maison Jaune" de Amor Hakkar, invitation scénique avec divers artistes (Magic Malik Orchestra, NoJazz, Guy Pothier ou avec le trio de Peter Perfido)

Batterie : Maurice Poyard "Rismo" - Caroline Beley et le trio jazz Aurélius