L'histoire de Brain Damage est intimement liée à celle du label mis sur pieds par le groupe en 1999, Bangarang, ainsi que des collaborations diverses avec un autre label (Hammerbass) et d'autres artistes, notamment pour sortir les compilations Combat dub, recueils de titres de Brain Damage et Another Sound System Experience (la première signature Bangarang) remixés par Zion Train, Kobe, Lab°, General Dub, Manutension, Scorn, Rasboras,... Parallèlement à tout cela, tandis que Another Sound System Experience disparaît, Fedayi Pacha signe chez Bangarang et Brain Damage sort, après son maxi Bipolar disorder de 1999, un premier album Always greener (on the other side) en 2002.
Ce qui est une évidence pour les initiés ne l'est pas forcément pour tout le monde : on navigue en plein électro-dub, donné par un duo basse/machine. A ceci près que Brain Damage a le don pour transformer chaque opus en exercice particulier, Ashes to ashes - dub to dub empruntant le chemin d'une bipolarité "paroles/instrumentaux" en 2004, avant de se tourner vers Jarring Effects pour la sortie de Spoken dub manifesto - vol. 1 (2006), du dub sur lequel une foule d'invités (de Black Sifichi à Suzanne Thomas en passant par Hakim Bey ou Sam Clayton) viennent poser leur voix et de Short cuts en 2008, album constitué de morceaux (très) courts, chacun d'une durée ne dépassant que de très peu les deux minutes mais tout de même dotés de paroles offertes par divers convives. Sur scène Raphaël (basse) et Martin (machines) donnent un majestueux coup de pied aux vapeurs planantes des galettes et leurs shows se comptent par dizaines. Ils sortent d'ailleurs Short cuts live l'année suivante, album live enregistré lors de la tournée dudit album. En mars 2010, les stéphanois remettent le couvert avec Burning before sunset, opus à l'univers sombre réalisé en collaboration avec le poète-slameur Black Sifichi.