indus Indus > Bonobo

Biographie > grand singe

Derrière Bonobo se cache Simon Green bassiste et DJ. Il sort son premier album Animal magic en 2001 sur Tru Troughts, le label de sa ville natale Brighton. Après le succès de ce premier album il signe sur le label électro de référence Ninja tune deux ans après pour sortir Dial M for monkey une perle de down-tempo zen attitude comme son prédéceseur. Arrive ensuite son live-mix Solid steel. 2006 enfin Bonobo reprend du service et sort Days to come mais cette fois il revient avec une chanteuse officielle "Bajka" (ex-Embryo) pour donner un coté plus pop et encore plus intime à son album.

Bonobo / Chronique LP > Days to come

bonobo : days to come On reconnaît la qualité d'un musicien sur la durée et aux fils de ses albums. Après les dernières prouesse de Bonobo (Animal magic et Dial M for monkey) la barre était super haute. Et mon Ninja-Singe préféré vient encore surprendre tout le monde et on ne peut que s'incliner encore une fois devant son talent.
Les fans des premières heures reconnaîtront direct le style et les sonoritées de Green, ce trip-hop acoustique toujours aussi intime et feutré. Grosse différence notoire dans ce 3ème album Days to come est que la musque de Bonobo prend un accent vraiment différent notament avec les divers apports de voix tout au long de l'album. Bajka apporte un coté plus pop (trip-pop ?) à l'album. On le ressent dès le premier titre "Days to come" justement. Une voix suave et sombre le tout accompagné par la jazzy-touch du génie de Brighton. "Between the lines" est la suite parfaite, un coté soul indéniable, une petite flutine et la magie de Bonobo derrière. Le tour est joué, le charme de ce duo me gagne déjà. Arrive ensuite du Bonobo 'classic', si je puis me permettre avec "Fever" guitare acoustique, ambiance jazzy break-beaté, une douce mélodique sobre et toujours efficace. Ce genre de chanson qui vous fait vous évader dans vos pensées sans même vous en rendre compte. L'évasion ! Voilà la magie de Green. "Ketto" ou encore le cuivré "On your marks" sont du même acabit un air inspiré ou viennent se greffer par petit bout les différents sons. Bajka reprendra du service pour très certainement le tube de l'album "Nightlife" un violon enivrant et toujours cette superbe voix, encore une fois Bonobo nous fait vibrer avec toujours cette facilité déconcertante. L'autre artiste à participer vocalement à "Days to come" est Fink (l'artiste à suivre chez Ninja tune), pour une superbe ballade bluesy-pop, magnifiquement composée. On finira cet album sur "Reccuring" du Bonobo "classic" là encore, terriblement orchestré qui sonne presque comme son collègue de label Amon Tobin pour citer un autre kador de l'écurie Ninja.
Il faudra donc compter sur Bonobo les jours à venir (oui elle est facile celle là). Simon Green va certainement marquer cette rentrée musicale. Un album mélancolique certes mais qui à le mérite d'être sacrément riche et inspiré. A écouter sans modération dans son bain moussant (fonctionne aussi sous la douche).