indus Indus > Bioconflict

Biographie > Bio-genesis

Indus metal hardcore électro-technoïde, fruit de manipulations génétiques ayant abouti en 2002 à un étonnant alliage musical fusionnant les styles pour mieux briser les étiquettes, Bioconflict est une entité musicale hybride. Un crossover musical osé où les beats EBM cotoient les rythmiques hardcore/death metal, le tout bercé par des samples indus et quelques loops fulgurants et autres vocalises rageuses. Après deux années de travail, le groupe sort son premier EP Infighting via Subwave Records (EM City, Inti Aka, Infrazer...). Après plusieurs concerts, Bioconflict s'assure les services d'un batteur histoire de bétonner son line-up et s'embarque en tournée aux côtés des Lofofora, Watcha et autres Sidilarsen. Entre 2005 et 2007, le groupe compose, enregistre et finalise son premier album long-format. Unhealthy sort finalement à l'automne 2007, toujours via Subwave Records.

Bioconflict / Chronique LP > Unhealthy

Bioconflict - Unhealthy Tout comme leur EP, Infighting, passé à la critique quatre ans après sa sortie, Unhealthy se présente quant à lui avec plus de deux ans de retard sur nos pages. La faute à un nombre incalculable de disques reçus (les choix à faire sont quotidiens) par la rédaction qui parfois passent de mains en mains le temps de trouver bon port. Mieux vaut tard que jamais et les gars de Bioconflict, que j'imagine fort sympathiques, me le pardonneront très probablement. Ceci étant dit, quelles sont donc les raisons de parler de ce disque en sachant que l'actualité est toujours prioritaire ? Et bien, tout d'abord, Unhealthy nous replonge plus d'une décennie en arrière et que ca fait toujours du bien que des groupes provoquent un brin de nostalgie chez l'auditeur. La nostalgie en question concerne le métal industriel où plus exactement le mélange de grosses frappes de caisse-claire et d'un son massif de gratte avec une programmation électronique (technoïde, ça marche aussi). Autant dire que ca envoie du lourd et nous ramène directement à ce qu'ont entreprit Fear Factory (la voix sur "Anger" ne trompe guère), Pitchshifter (celui du début des années 90) ou même Prong ("Crawler") par le passé. La seconde raison valant l'écoute se trouve dans l'élaboration des compositions plutôt réussies. Ne cherchant pas la complication, Bioconflict tape dans le mille en trouvant le bon équilibre entre les échantillons et nappes électroniques et l'instrumental métal. Mêlant habilement voix parlées et hurlées, Pascal s'exprime dans une ambiance patibulaire et apocalyptique où la violence et la mélodie se réunissent pour ne faire qu'un. Infighting est une création fortement inspirée de "déjà-vu" ce qui constitue son seul réel point faible. Pas vraiment de prise de risque pour ce disque qui peut-être à double tranchant. Vous l'aurez compris, les personnes en manque d'originalité passeront leur chemin sur cet opus qui aurait surement fait succès dans la première moitié des années 90.

Bioconflict / Chronique EP > Infighting

Bioconflict - Infighting A l'approche des fêtes, on ressort l'artillerie lourde et les oldies avec ce premier EP de Bioconflict (sorti en 2004). Un condensé de metal électro-indus technoïde à la puissance dévastatrice. On enfile la galette dans le mange-disque, on s'assoit confortablement et "Green powder cloud" se charge de faire le travail pour nous. Beats foudroyants, tempo infernal, riffing puissant et vocaux hurlés, Bioconflict carbonise le dance-floor au lance-flammes. Sorte de Celldweller épileptique mixé avec du Ministry sous LSD et gorgé de testostérone façon Fear Factory, ça pulse sévèrement dans le tube à essais et ça débroussaille brutalement les écoutilles. Après une première rafale de M16, on tente de reprendre notre souffle en priant pour que la suite nous réserve quelques instants de répit, sous peine de terminer l'écoute de cet EP complètement lessivé. Heureusement pour nos tympans, le groupe veut conserver son emprise sur mental et ralenti en rythme ce qu'il augmente en agressivité, la menace chez Bioconflict étant, dans le meilleur des cas, en permanence sous jacente. Indus groovy à la NIN, un soupçon de Skinny Puppy sur les recoins et une puissance de feu ahurissante pour un premier essai de cette trempe, le groupe ne fait pas dans le détail..
Après la poussée des avants, les troixièmes lignes plaquent à tout va, ne laissant définitivement aucune chance aux ailiers adverses, endiguant de fait chacune des vagues déferlantes, jusqu'à ce que ce l'ennemi pose genou à terre. Enrayer les offensives, c'est une chose, contre-attaquer, porter le beat vers l'avant, c'en est une autre, mais là encore, Bioconflict démontre qu'il sait y faire. S'efforçant de laisser de côté ses influences, qui bien qu'un peu omniprésentes, ne sont pas réellement un frein à la découverte de cet essai inaugural, le groupe fait grimper la tension d'un cran avec "Black sunrise". Guitares turgescentes, vociférations hardcore et arrangements électro étant ici de mise pour parvenir à un cocktail musical détonnant et générateur de palpitations cardiaques. Avec ce groupe-là, pas besoin de défibrillateur, l'éponyme "Infighting" est là pour ça. Nous emmenant à un faux rythme et en jouant avec le principe de répétitivité pour nous mieux hypnotiser, Bioconflict se faire plus sournois, ondulant derrière nous pour mieux frapper. Un coup sec, tranchant la carotide, les guitares se font plus acerbes, le groupe opère ici avec précision et efficacité. Pas question d'en faire trop. Pas question de ne pas en faire assez non plus. Aussi, les frenchies enfoncent une dernière fois le clou dans la plaie désormais béantes et finissent le travail avec "Bacteria". Sanguin, brûlant, viscéral...