BIZ : X-tof Premièrement, pouvez-vous vous présenter ? Qui fait quoi au sein du groupe ?
X-tof : Je suis Merveilleusement dépressif et c'est un job à plein temps...
Tramb : Bëat In Zën est né en 1998 d'une devise "Une seule règle...pas de règle". BIZ est une entité à deux têtes, Xtof et moi-même sommes impliqués corps et âmes dans le projet. Nous ne communiquons que par le net depuis 5 ans. Je me charge des guitares et Xtof du chant mais pour le côté électro, chacun est autonome et responsable de ce qu'il produit.

"Bëat In Zën", d'où vous vient ce nom ? Et pourquoi l'avoir choisi ?
X-tof : C'est un nom qui devait sonner bien dans n'importe quelle langue, un peu germanique, asiatique, rythmique comme une syncope, une prise de pied dans le tapis et avoir une sens difficile à traduire.
Tramb : C'est un nom qui a été inspiré par un titre de Jane's Addiction : "Pig in zen", Xtof trouvait que ça claquait bien aux oreilles mais que le côté "beat yin yang" de Bëat In Zën était bien plus en rapport avec nous qu'avec le cochon, donc...

Comment vous êtes vous rencontrés ?
Tramb : Lors d'un concert Adelscott/Jumper Lace, nos anciens groupes respectifs...une fiesta mémorable !!!
X-tof : Nous avons ensuite compris que notre errance artistique devait prendre fin et en nous associant, nous pouvions ainsi atteindre nos véritables sentiments.

Que faisiez-vous avant Bëat In Zën ? Quel est votre parcours musical ?
X-tof : J'ai vécu une absence qui a durée plusieurs années, depuis la fin de mon premier groupe. J'étais issu du monde du métal puis j'ai cessé de m'intéresser à ce seul style pour découvrir la musique sous toutes ses formes. La world music, hip hop, trip hop, electro, musique contemporaine, gnawa... les digérer et renaître, libéré des certitudes de ma première époque. Ensuite j'ai recomposé la musique qui manquait à mes recherches. Le résultat, c'est un style qu'on appelle l'indus ou un truc dans ce genre. Difficile de trouver une étiquette à BIZ en tout cas ce n'est pas voulu.
Tramb : J'ai commencé la guitare il y a 22 ans ("putain t'es vieux alors" lance X-tof) en autodidacte en jouant sur des skeuds de Metallica, Slayer ou Motorhead. Après plusieurs petites expériences dans des groupes, à la basse et à la gratte, j'ai intégré Adelscott avec qui j'ai fais mon apprentissage de la scène et du studio pendant une dizaine d'années. Ensuite, j'ai enregistré les guitares sur le EP Hacksaw du groupe Squash Blossom (ex Fixxx). La folie des machines s'est emparée de moi et, toujours en autodidacte, je me suis mis à bosser comme un fou le sampling, les logiciels et plug-ins audio, la prise de son, le mixage et le mastering mais ce n'était pas suffisant pour avoir une complète maîtrise du Biz'art...je me suis donc mis au graphisme et à la conception web... Maintenant je me sens bien (rire)

Quel a été le détonateur qui vous a donné envie de faire " Autre chose " ?
X-tof : Marre d'emprunter les mêmes chemins, de suivre la caravane, porter les amplis, manger des jambons beurre sans beurre. L'envie de faire une musique sans peur de déplaire, une musique libre empruntant parfois des univers très différents. On nous reproche l'aspect compilation de l'album, alors que c'est tout à fait normal, puisse que on ne s'est pas posé la question du style, c'est l'humeur, les évènements de la vie qui ont amené les éléments de cet album.
Tramb : Une volonté mutuelle d'explorer, sans limite ni contrainte, la créativité exacerbée de nos esprits déjantés, de faire exploser les barrières qui nous entravaient de par le passé et de se lancer dans une expérience inédite. Nous voulions enfin avoir une tribune d'expression libre, adulte et autonome...sans concession !!!

Bëat In Zën - Disgrace Of Society En étant que 2, donnez-vous des concerts ? Si oui, comment se passent-ils, notamment pour l'aspect visuel ? (projections, diaporamas...)
X-tof : Pas de concert dans les circonstances actuelles... je me contente de jambon beurre virtuel.
Tramb : Nous ne souhaitons plus faire des concerts au sens traditionnel du terme mais plutôt une collaboration avec d'autres artistes venant de toutes formes d'art, les projections et les diaporamas sont monnaie courante dans le milieu de la techno et il serait réducteur de ne faire que cela...nous travaillons sur autre chose...wait and see !!!

Quels genre(s) de musique(s) écoutez-vous ?
X-tof : Je pioche ça et là du son pour encore enrichir ma connaissance de la musique. Je suis un explorateur et je m'imprègne de ce qui se fait ailleurs, un peu pour me rassurer, car quand j'écoute Bëat In Zen avec le recul, je trouve que c'est une musique bien barrée alors je cherche des groupes aussi dingues, pour moins me sentir seul. C'est le paradoxe du misanthrope.
Tramb : De Pink Floyd, Uzeb, Jeff Beck à Kmfdm, Fœtus et Laibach en passant par Fear Factory (époque Demanufacture), Dog Fashion Disco et j'adore Infected Mushroom...il faut que mes sens soient stimulés, je suis pour la musique intelligente même si elle est brutale.

Quels sont vos groupes et/ou albums cultes et ceux qui vous ont le plus marqué ces derniers temps ?
Tramb : Sans hésitation, mes albums cultes sont Laibach : Jesus christ superstar et Nihil de Kmfdm. Pour le récent, WWIII de Kmfdm me fait bien triper, je suis un peu déçu par le dernier Rammstein qui, je trouve, a mis pas mal d'eau dans son vin...mais ça n'engage que moi.
X-tof : Le dernier Skinny Puppy et I Am X pour l'année 2004, sinon en album culte Laibach (Jesus christ superstar), NIN (Broken), Cobalt 60 (Twelve) et puis j'en sais rien moi... High & dry de Def Lep !!!

BIZ : Tramb Que pensez-vous de la scène rock/métal qui s'est mise à grouiller en France ces dernières années ?
Tramb : J'apprécie pas mal Gojira qui sont de supers musiciens, sinon je ne trouve pas une super originalité dans les groupes actuels et encore moins dans le "néo" métal "basket-survet-rap-blablabla", le coté "bassebatterieguitare" ne m'excite plus vraiment...je suis parti trop loin de tout ça et je ne ferai jamais marche arrière.
X-tof : Gojira ouaih, ils sont mes voisins dans le sud ouest se sont des types extra sympa et qui prennent aussi de vrais risques dans leur style mais ils ne savent même pas que je suis dans Bëat In Zën, ils croient que je suis éducateur de jeunes pitbulls. Les autres, je ne les connais pas et ceux que j'ai pu rencontrer dans mon boulot sont des starlettes immatures. En France, j'apprécie plus les groupes Orange Blossom ou Cali qui sont de vrais artistes loin de mon univers, mais que je respecte.

Evoluer ainsi dans un registre assez restreint vous a-t-il contraint à travailler en auto production ou est-ce un choix de votre part ?
X-tof : On ne va pas se forcer à faire commercial pour plaire à quelques dizaines de fans de plus et se faire chier dans notre œuvre. Le marché du disque est en crise on le sait, si tu ne vas pas dans le sens des directeurs commerciaux des majors, tu n'as aucune chance de sortir. Le temps des prises de risques est révolu pour eux, alors nous faisons avec nos moyens, maintenant même les petits labels veulent emboîter le pas des grandes majors alors nous sommes effectivement mal barré pour voir un jour notre album dans les bacs, mais tant pis pour ceux qui n'auront pas la chance de subir les affres de nos malaises.
Tramb : "Projet hors norme" est un terme qui revient fréquemment dans les chroniques et nous en sommes fiers.Le contrôle total dans la production de BIZ est une chose très importante pour nous, nous sommes très clair là dessus...pas de carte blanche, pas de deal. Nous cherchons plus une bonne distribution et les moyens de faire une bonne promotion...à bon entendeur salut !!!

Absence de paroles chantées oblige, vous ne faites pas passer de messages explicitement pourtant, en écoutant vos compositions on se dit que vous avez certainement des chevaux de bataille. Quels sont-ils ?
X-tof : Un titre explicite, 2 ou 3 phrases choisies comme un sujet de philosophie et c'est à toi de faire le travail de réflexion. On ne va pas vous imposer notre thèse mais juste introduire le sujet... la mort d'un proche chacun peu y penser à sa façon de son propre vécu et c'est plus touchant que si je racontais le mort de mon frère.
Tramb : Nous avons une approche épidermique, viscérale et avec notre émotivité à fleur de peau, je pense que les émotions sont bien plus fortes que les longs discours. L'obscurantisme me débecte profondément qu'il soit religieux ou médiatique, la manipulation mentale est de mise partout, il faut être vigilant et rester lucide...faire la part des choses.Notre but est de laisser libre le public de ressentir, avec son vécu et ses émotions propres, les morceaux sans que les mots ne viennent les conditionner. L'objectif semble atteint preuve en est ta question !!!

BIZ : Tramb Quelles sont vos sources d'inspirations ? Musicales et extra-musicales (cinéma, littérature, actualité...)
Tramb : Je suis très imprégné par tout ce qui touche au surréalisme et à l'imaginaire, mes gourous sont Clive Barker, Lovecraft, Magritte, HR Giger ou Pierre Matter. Je baigne dans le cinéma fantastique depuis que je suis tout petit, il y a un film de Ken Russel, Altered state qui nous a inspirés un morceau figurant sur Kätakomba-kombät, "Yell in silence", j'adore ce film.J'aime aussi des réalisateurs comme Alex Proyas, Guillermo del Toro, Lynch ou Richard Kern et des films décalés comme Dogma ou Intacto.
X-tof : Je n'aime pas trop le cinéma moderne à part les 10 films que je référence dans le site. Je suis plus dans la peinture, sculpture ( Francis Bacon, Beksinsky, Bertrand Raguet) le Land Art me fascine, les chats écrasés sur les routes aussi.

Comment construisez-vous vos morceaux ? Où trouvez-vous vos sons ? Comment mêlez-vous vos ingrédients ?
Tramb : Secret défense...si je te le dis, je serais obligé de te tuer après (rire)
X-tof : C'est dans la tête, des fréquences, des mélodies qui vrillent et qu'il faut que je retrouve par n'importe quel moyen légaux ou non. Parfois je les fabrique avec ma bouche comme le premier morceaux de l'album à 90% vocal ou bien dans des sons de radio sur France culture, dans des CD de samples, des synthés de Toys'R'us ... ensuite c'est un jeu de construction et de déconstruction quand la base est trop banale. Avec rien et un sampler bien utilisé on fait du neuf patiné.

Sur votre site on peut voir chacun des titres d'Ocean captive illustré par un graphisme, quel est le but de cette démarche ?
X-tof : Accompagner les sens si besoin est. Normalement, l'écoute des titres est la première étape de compréhension. Les quelques mots proposés en titres ou haïkus sont une autre marche vers cette découverte, les images une troisième marche. Il resterait peut être la dernière pour totalement accéder à la révélation celle de la rencontre, mais là ce serait beaucoup trop intime et nous ne pourrions y survivre...
Tramb : C'est un instantané de l'état d'esprit dans lequel nous étions lors de la naissance des morceaux...pas une finalité mais plus un aiguillage perso. Pour nous , le graphisme a autant d'importance que la musique...la pluralité qui fait l'unité en quelque sorte. Le challenge serait de rendre la musique tactile, le toucher est un sens oublié par la zic mais on trouvera bien un moyen d'y parvenir.

Quel a été l'impact de vos précédentes productions ? (Kätakomba-kombät, Grito et Rëal Instinct Coïtus) Et quelles sont vos attentes au niveau d'Ocean captive ?
X-tof : Ocean captive est le résultat de 3 années de souffrance, j'ai survécu et je me trouve bien chanceux, si le public veut y jeter un coup d'oreille c'est avec plaisir que je me livre à eux mais je n'attend pas beaucoup de gratitude à ce lent suintement qu'il faut sans doute avaler avec une grimace.
Tramb : Nos trois premières productions n'ont jamais été présentées, ni au public ni aux professionnels. Nous attendions d'être prêts, de trouver une parfaite maîtrise de notre art pour le faire. Avec Ocean captive (notre 1er album officiel) c'est chose faite et nous pouvons attaquer le monde la tête haute. Les meilleurs échos proviennent de l'étranger ce qui ne m'étonne pas du tout. Il n'y a plus de barrière entre le Biz'art et l'auditeur dans le monde entier et ça me va comme ça.

BIZ : X-tof Actuellement, travaillez-vous sur de nouvelles compositions ? Pour quand est espérée la prochaine parution de Bëat In Zën ?
X-tof : Je ne touche plus un synthé tant que Bush est là, c'est à Tramb de bosser sur les titres du prochain album. C'est des titres qui m'ont été inspiré par la nature humaine dans tout ce qu'elle a de dégoûtante et de fascinante, toutes ces guerres pour diverses raisons, toutes plus magnifiques que Bush le "President Evil", je kiffe trop ce mec qui représente toute la puissance du monde civilisé auquel j'appartiens, la cinquième victoire sera bel et bien la déification du burger.
Tramb : Le second album dont le titre sera The fifth victory verra le jour fin 2005 et traitera de la guerre, le terrorisme et de la nature humaine...un coté fleur bleue quoi !!! Venez jeter un œil sur oceancaptive.free.fr pour voir de quoi il en retourne et plus particulièrement la section "Bush...erie"

Imaginez-vous Bëat In Zën comme étant un projet à long terme ? Ou comme une parenthèse (certes âgée de 6 ans déjà) qui débouchera vers encore autre chose pour vous 2 ?
X-tof : Je suis sec comme un cadavre au soleil.
Tramb : BIZ est une entité anthropophage, elle m'a absorbé et je ne pourrais jamais m'en défaire... mais avoir d'autres projets en parallèle, pourquoi pas ! Je suis ouvert à toutes les collaborations artistiques motivantes et enrichissantes. Nous ne calculons pas le futur mais une chose est sûre, que le Biz'art plaise ou non, Bëat In Zën ne stoppera pas.

La dernière question, un des coups classiques quelle question auriez-vous aimé que l'on vous pose ?
X-tof : Où vas-tu planter tes tomates cette année ? Comment va ton herpes ?
Tramb : Comment s'est passé votre collaboration avec Trent Reznor sur le dernier album de Bëat In Zën ? Ou alors...Vous avez envoyé chier Pascal Nègre du label Universal... pensez-vous qu'il s'en remettra un jour ?