indus Indus > Balkansky

Biographie > Dubstepsky

Natif de Bulgarie, Ivan Shopov aka Cooh, également connu sous le pseudonyme de Balkansky est un producteur/DJ de musique électronique essentiellement dubstep et drum'n'bass, accessoirement graphiste à ses heures perdues. En 1998, alors qu'il n'est âgé que de seize ans, le jeune Ivan intègre un groupe de metalcore en tant que bassiste avant de se désintéresser de ce style musical pour s'orienter vers l'électronique. Quelques années plus tard, diplômé de l'Université des Arts de Sofia (toujours en Bulgarie pour les nuls en géographie), Shopov se partage entre ses deux scènes de prédilection, la drum'n'bass sous le nom de Cooh et le dubstep sous le pseudo de Balkansky. Sur la première, il tourne pas mal des deux côtés de l'Atlantique pendant que la seconde lui permet de sortir quantité de disques, notamment par le biais du label Ad Noiseam (Enduser).

Balkansky / Chronique LP > Adhesion

Balkanksy | Loop Stepwalker - Adhesion En solo depuis ses débuts sur la scène dub-step sous le pseudo de Balkansky, le bulgare Ivan Shopov s'est depuis quelques temps acoquiné avec un certain Loop Stepwalker alias Jordi Calvino Pedreira, petit génie du dupstep natif des Baléares, pour sortir des disques collaboratifs sous l'égide de la référence en la matière, sur le vieux continent, qu'est le label Ad Noiseam (Bong-Ra, Dälek, Enduser, Subheim, The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble...). Un premier EP, Fratkals sorti en début d'année dernière, puis un maxi vinyle 12'' (Simetría) quelques mois plus tard, voici un album pour conclure cette année 2011 de collaboration avec Adhesion. Soit un pur condensé de dubstep lourd et primal qui arrache la platine CD en même temps qu'il retourne les tympans...
Pas de temps à perdre que déjà le duo de producteurs/mixeurs/arrangeurs hispano-bulgare pose les premières mines électroniques avec des titres du calibre de "8,9", "Kora" ou "Spot the light". Les beats sont particulièrement pénétrants, presque carnassiers, les rafales de décibels s'entrechoquent et les textures sonores enveloppent l'ensemble pour parvenir à un cocktail supersonique dont l'efficacité concasse froidement les neurones ("Fire"). Pulsations digitales et grésillement électrique, répétitivité hypnotisante ("Bass surgery", fulgurances technoïdes glaciales ("Niveau zero : I believe in") et basses en mode rouleau compresseur ("Tornado"), Balkansky vs Loop Stepwalker, c'est un choc frontal rythmiques tectoniques (comme les plaques... pas cet espèce de sous-genre musical pour épileptique sous acide), une sorte de fight club dubstep/drum'n'bass qui balance les maraves électro à faire fumer les dance-floors comme d'autres enfilent les perles ("Sopharma"). Pour faire court : une claque.