Sriracha Tour 1 Sriracha Tour 1 C'est à Black Bomb A d'ouvrir les hostilités ! Alors que les membres du groupe semblaient assez réservés au moment de la conférence de presse de l'après midi, c'est avec l'énergie que les 6 Parisiens vont entamer leur show, tout ceci sans complexe et sans inquiétude. Ouvrir pour Watcha et Lofofora n'est pas une chose facile, mais c'est sans compter avec la volonté des parisiens de prouver que le métal vit encore de belles heures en France. Et le public, venu ce soir là pour la fête, répond présent au set des Black Bomb. Les titres, tous chantés en anglais, sont joués avec beaucoup de panache par la formation hardcore. Constitué d'une base rythmique et deux guitares incisives, le tout est renforcé par deux chanteurs, l'un perçant dans les aigus alors que son acolyte se charge des hurlements graves. Le tout est assez bien ficelé, et le public réagit très positivement. Des titres comme "Police stop the way" ou "Hostile infection" font partie des cartons du concert. Seule reproche : le concert ne dure que 35 minutes, faute d'une soirée chargée et d'un plateau devant se terminer assez tôt dans la nuit. Mais peut-on se plaindre quand on nous offre des soirées de ce calibre un dimanche, jour du Seigneur ?
Après un mini break qui permettra au spectateur de reprendre ses esprits, c'est au tour des Watcha d'envahir la scène de la Laiterie. Le groupe parisien, auteur de deux albums dont le grandiose Veliki cirkus, est sur la route depuis septembre, et cette tournée permet à la formation de changer de format au niveau des prestations. C'est donc pour un concert qui durera 45 minutes que Watcha va enflammer le public strasbourgeois, et ce du début à la fin. De "Veliki Cirkus" à "Sam 2", en passant par "Sam" et "Egalamonego", l'intensité du concert est impressionnante, et d'un point de vue technique, le son est très bon et le niveau des musiciens carrément époustouflant. Dans son set, Watcha invitera Pone des BBA à chanter "Concrete lies", et jouera au public un nouveau morceau très expérimental, pour l'instant sans chant, à base de boucles électroniques et de rythmes plus violents, ce qui laisse présager, comme nous l'a confié Bob, un 3ème album encore plus rentre dedans ! Et bien ça promet ! Le concert de Watcha est donc une réussite, et on reste impressionné par leur aisance sur scène. Bravo les gars !
Le temps de ramasser ses dents après deux concerts méritant déjà le déplacement que les lumières s'éteignent pour permettre la montée sur scène du groupe le plus attendu du public (enfin, vu l'accueil qu'ils recevront, c'est ce qu'on suppose) : LO-FO-FO-RA !!! Après plus de deux mois d'absence sur les planches, est ce que les Parisiens ont toujours cette pêche qui font de leurs concerts de vrais défoulements pour le public ? Et bien plutôt deux fois qu'une, et sans vouloir faire de la lêche, je crois bien avoir assisté à la meilleure prestation de Lofo qu'il m'ait été donné de voir ! De la pure folie à tous les niveaux ! Des lights excellentes, un son parfait, et un concert (p)euh...sans défaut. Lofofora veut profiter de cette tournée avec leurs potes de Watcha et de BBA pour faire la grosse teuf, et toute la Laiterie participe à cette fête. Lofo entre en scène avec un extrait de "P.M.G.B.M." issu de son dernier album, puis s'enchaîneront "Shiva Skunk" et une grande partie des titres de Dur comme fer. Les classiques comme "L'œuf" ou "Justice pour tous" du premier album ne sont pas mis à l'écart. Lofofora joue bien et Lofofora joue fort, à l'instar d'un "Jazz trash assassin" très hardcore. Quelques surprises pendant ce grand concert : alors que les Lofo entament "Les gens", voilà que deux drags queen, des copines de Buba (!) entrent en scène alors que les quatre lascars ne sont pas au courant du délire ! Reuno joue le jeu à fond en délirant pendant le morceau et remerciera Keuj et Fred des Watcha d'avoir fait les demoiselles !!! Le public hallucine un bon coup, et c'est reparti pour des pogos animés. Lofofora ne manquera pas de dédicacer le concert à ses potes de Boost, excellent groupe strasbourgeois, ainsi qu'aux Masnada, LE groupe fusion hardcore lorrain présent dans la salle. Après une interprétation de l'intro de "Dady cool", véritable hymne disco revisité par Farid et ses compères, c'est l'heure de la révérence. Un rappel est bien sur prévu pour satisfaire les 1000 furieux, et, comme à l'accoutumée, les derniers morceaux enfoncent le clou, du fait de leur violence et de leur décharge émotionnelle ! Alors que Farid entame "Revolution" de T. Chappman, Reuno questionne le public, à savoir s'il préfère ce morceau des 80's ou alors "5 milliards de malades mentaux ", la réaction est immédiate et les Lofo atomise la salle avec ce morceau très hardcore du dernier album ! Alors que je suis en train de m'arracher les cheveux dû à ce formidable concert, les Watcha et les BBA, ainsi que tout le Sriracha Possee, montent sur scène pour terminer la soirée sur un "Vive le feu" d'anthologie scandé par tout le public ! Incroyable !! J'en tremble tellement le moment est énorme !
Le public de Strasbourg peut se vanter d'avoir assisté à une grande soirée de rock 'n' roll, avec la découverte d'un groupe plein d'espoir, l'assurance de la bonne réputation scénique des Watcha et, je pèse mes mots, la confirmation du grand potentiel scénique et musical du plus grand groupe de rock en France en ce moment, j'ai nommé Lofofora. S'ensuivra beaucoup de rencontres autour du bar entre le public et les musiciens, et un after show très drôle et vivant où les anecdotes pleuvaient...