Sriracha Tour 3 Sriracha Tour 3 Tout commence le vendredi 1er mars 2002 dans une salle du Havre : L'Agora.
Et voilà la troisième édition de ce qui est en passe de devenir LE concept musical itinérant que la scéne française ait fournit : le Sriracha Tour 3. Les deux précédents nous avait servi sur un plateau des affiches plus qu'alléchantes. Nous avions la possibilité de voir sur une même scène Lofo, Oneyed Jack, Watcha et de découvrir Black Bomb A ! Et bien j'ai envie de dire que là nous avons la chance de voir une affiche de psycopathe : Boost, Tripod et Black Bomb A. Car au cas où vous n' auriez jamais entendu parlé d'eux... eh bien gare à la claque ! Ils méritent vraiment leur place au sein de cette tournée. Les Pooly et Paulou sont donc partis relever la température de cette première date à l'Agora du Havre. Nous étions vraiment curieux de voir comment la cohabitation de trois groupes à forte personnalité et aux caractères différents allaient s'effectuer. Mais autant dire qu'ils ne sont pas venus là pour faire de la figuration de pantin. L'ordre de passage de ce soir est le suivant : Tripod a l'honneur d'ouvrir les festivités, suivent les Black Bomb A puis Boost finira la soirée. Cet ordre sera différent tout au long de la tournée. C'est aussi ce qui fait l'originalité de cette tournée : tout le monde est sur le même piedestal. Mais bon venons en au gros son.

Tripod détient donc la première allumette qui a la possibilité de mettre le feu au poudre.... Et bien les quatre lascars ont fait bien plus que faire une étincelle. Ils sonnent l'alarme dès leur intro pour leur première prestation en terre normande. Ils nous ont livré un set sans un quelconque répis, enchainant les uns aprés les autres les titres de leur excellent premier skeud Lèche. C'est de la barre d'EPO qu'ils ont envoyé sur les murs de l'Agora. Du "Attend et bave", "Au fond du slip" tout y passe. Le "Serial laveur" est sur toutes les lèvres, le "Pamela Booster" et autre "Bozo" mettent tout le monde d'accord. Ils peuvent se vanter d'avoir placer déjà la barre du Sriracha très haute. Ils sont inépuisables... leur prestation est vraiment musclée.
Sriracha Tour 3 Maintenant place aux Black Bomb A. Ils ont un p'tit peu la pression car ce soir ils ont à prouver leur notoriété obtenue au cours des 2 précédents Sriracha et surtout leur nouveau batteur va envoyer ces premiers coups de caisse claire "on stage". Cette lourde tâche a été confié à Hervé, déjà batteur des Loudblast, Clearcut et Aeons. Il n'a eu que quelques semaines pour être prêt ce soir.... et il s'est permis de faire un set parfait. Avec leur dernier Human bomb sous les bras, leur prestation a fait ni plus ni moins péter le volcan de l'Agora. Les ayant vu lors de leur session au Bataclan, je peux affirmer qu'ils ont monté encore l'intensité de leur show. Ces gars sont énormes sur scène. C'est une déferlante hardcore qui s'est abattue sur le public bien chaud bouillant. Cernés par les deux guitaristes, les deux chanteurs et le bassiste sont partout à la fois et montrent bien ce qu'ils ont dans les trippes. Ils font vicieusement monter le son et la pression pour atteindre un sommet quand même avec un triplet qui a porté l'estocade à tout le monde : "Make your choice", "Down", "Laws phobia". Ce finish est vraiment tonitruant. Ponctuant leur représentation par un "Police stop da way", ils laissent la scène au strasbourgeois de Boost.
Et là, c'est la grosse artillerie qui débarque pour envahir la scène. A cause de l'heure un peu tardive, une partie de la salle s'éclipse. C'est bien dommage car c'est un set explosif qu'ils nous ont offert même si modestement certains membres nous avouront qu'en ce début de tournée ils étaient loin de tout avoir lâcher. Tout leur répertoire de Indifférence leur dernier chef d'oeuvre y passe, nous envoyant sans hésiter leur sauce hardcore teintée électro. Les chanteurs prennent possession de toute la salle, partageant leur enthousiasme avec le public. Car si nous avions à insister sur un point c'est bien sur cet énergétique enthousiasme que nous ont servis les trois groupes. Et un bon Sriracha ne saurait se terminer sans le dernier titre de la soirée où tous les protagoniste sont gentillement conviés à foutre d'eux même le souk sur scène. Pour le coup tout le monde est monté sur scène pour fraterniser avec les Tripod, Black Bomb A et Boost, le tout dans un joyeux bordel, qui est prolongé le temps d'un rappel hardament demandé par les derniers spectateurs présents... Bref, c'est tout cela la scène métal hardcore française...
Ce Sriracha Tour 3ème du nom est un parfait challenge pour les trois possees au profit qui plus est d'une bonne action : Solidarité Enfant Sida. N'hésitez pas à y aller : C'est désormais le rendez-vous métal hardcore incontournable de ce printemps si ce n'est de l'année.

Passons maintenant de l'autre côté avec quelques extraits de discussions avec les principaux acteurs...

Musclor est le manager des Tripod, là, il est sur la tournée pour, entre autres, s'occuper du merchandising ... "C'est un peu frustrant d'être au merchandising mais c'est bien que quelqu'un le fasse et déjà, c'est bien de partir sur la tournée, moi je suis ravi d'être là, je préfère être là au merchandising que pas être là du tout et y'a toujours moyen de voir le concert, en fait, non, c'est pas frustrant... Et puis au stand, on peut discuter avec les gens, recueillir les impressions du public. D'habitude je suis derrière la scène et je vois personne, je suis loin derrière et là, c'est frustrant, là je suis un petit peu devant, ça me plaît !", il faut dire que Tripod avait vu passer de trés prés le Sriracha Tour 2 et "On avait goûté au gateau l'an dernier sur trois dates, on a suivi l'affaire même si on n'était pas présent sur le lieu où ça se passait. Quelque part, on attendait notre tour et là, on est ravi de partir en tournée pour 30 dates sur la route avec les copains." Et oui, parce que si on voit 3 groupes lors de cette tournée, c'est tout le Sriracha Possee qui vit au rythme de la tournée et le papa de la belle idée, Buba, est là pour le rappeler : "Musclor a dit un truc important, même s'ils n'y étaient pas, ils ont suivi la tournée et là, c'est pareil avec tous les autres groupes qui sont en train de préparer leur tour au bureau. Tous les jours, on voit quelqu'un d'un groupe où on l'a au téléphone, ils posent des questions, c'est tout le Sriracha qui vit le tour. Tous les autres groupes suivent le Sriracha tour, les Lofo, les Watcha, tout le monde se tient au courant, tout le monde pense à ceux qui sont sur la route et veut savoir comment ça se passe..." parce que "c'est un projet global, on n'est pas tout seul, tout le monde est là !". Et oui, Musclor fait bien de rappeler que ce projet concerne beaucoup de monde "Nous, on n'a pas vraiment été impliqué dans l'organisation, on n'est pas aux bureaux Sriracha, je ne sais pas combien ça coûte la bouffe par jour, on pense à autre chose mais tout ce qui est fait depuis 6 mois, on y a participé de loin et c'est un boulot énorme. On peut pas faire un Sriracha Tour tous les trimestres" et encore moins avec tous les groupes "Ce serait trop lourd, on ne peut pas faire 8 groupes tous les soirs avec des tas de trucs, le coût des jours off, du transport, c'est lourd à organiser". Buba en est désolé mais c'est comme ça. Et tout le monde ne peut pas participer à l'aventure sur le terrain "Moi je viens en train là, il y a d'autres qui bossent à Sriracha, y'a Stéphanie, y'a Denis... Je suis le meneur de ce projet là mais on est une équipe qui tourne. Chaque pièce de l'engrenage est aussi importante les unes que les autres, c'est bien d'être l'axe mais sans les autres, ça ne tourne pas. Ce que tu donnes, tu le reçois, c'est un échange permanent. Mais même quand je suis à Paris, je suis avec eux, on s'appelle, je suis là le week-end, je ne suis pas là mais je suis là...". Le Sriracha est vraiment une famille, avec des endroits où on aime bien être même si pour Tripod et Musclor "chaque concert est important, que ce soit chez nous où ailleurs, le concert de Lille a autant d'importance que le concert de Toulon. Chez nous, ce sera différent parce que les gens nous connaissent. On a un regard différent sur ces dates à l'extérieur parce qu'on doit séduir les gens et chez nous, on se ressource." Mais la famille qui vient de se former semble se connaître depuis toujours, d'aprés Crass de Sriracha Tourbus 3 Boost : "Il y a une super entente entre les trois groupes, on se connaît comme si on vivait ensemble depuis 3 mois et je pense que c'est ce qui a scellé une vraie amitié. C'est clair que ça restera un souvenir énorme, très fort où l'on partage les fêtes comme les galères et où l'échange est constant. C'est souvent la scène qui scelle tout ça. Y'a des trucs imprévus qui se passent sur scène, des jams qui sortent très bien. Moi je suis conscient de tourner avec de très bons musiciens et c'est qui nous rend fiers de partager cette tournée." Et derrière cet esprit festif, Jag de Black Bomb A n'oublie pas que "Y'a aussi le côté humanitaire, le fait de reverser une partie de la thune a Sida International c'est quelque chose qui compte beaucoup pour nous, d'être dans cette continuité. Pour beaucoup d'entre nous c'est un réel aboutissement d'être ici, c'est le rêve d'avoir rejoint ce niveau pour la première fois. Tu sais pourquoi t'es là c'est quelque chose que tu vis pas deux fois. Sans compter qu'on l'a attendu longtemps !". Et tout cela se ressent quand on est dans le public, n'est-ce pas Crass. "En majorité on a été très bien reçus, et les 3/4 des salles où on a joué nous ont fait un super accueil. Même aux endroits où y'avait beaucoup moins de monde y'a eu un effort fait presque à chaque fois. En tout cas jusqu'ici c'est un très bon bilan.", Et personnellement, ça apporte beaucoup, pour Boost c'est l'occasion de se dire " qu'on est toujours des professionnels et qu'on est prêts à relever des défis, ce qui faisait longtemps d'ailleurs. Ca rassure beaucoup. Sinon au niveau humain c'est clair que moi je suis super heureux ! On est très proche des groupes, y'a et y'aura des répercussions comme des plans de dates et puis y'a le fait de savoir que c'est une nouvelle "génération Sriracha". On essaie de représenter Sriracha de la meilleure façon possible... et on gagne de nouveaux potes !" et pour BBA "C'était l'occasion de remettre une claque sur l'album, faire le point et présenter le nouveau batteur, Hervé. Et puis sinon c'est le kiff des trente dates ! Tu peux pas passer à coté de ça ! Au niveau perso je suis parti sans savoir quoi gérer, la voix, la fatigue. Mais t'as tout le coté en autarcie, à 23 personnes dans le même car où tu découvres énormément les autres et surtout sur toi. C'est quelque chose d'unique et d'extrêmement enrichissant. En fait le Sriracha Tour 3 c'est Loft Story ! (rires)". Non, parce qu'en participant au Sriracha Tour 3, tu passes pas pour un con...