15 jours avant le 5 juin, j'achète mes billets pour le vendredi, par correspondance, confiant. Le premier hic survient le lundi précédent le festival, les Deftones sont annulés. AAARGH ! Mais bon, par téléphone, on m'assure qu'ils vont être remplacés par un groupe du même calibre, à savoir les Young Gods. Trés bon groupe, mais pas tellement dans la même catégorie que les Deftones...
Qu'à cela ne tienne, on fait le déplacement. L'après-midi commence idéalement avec Nothing, groupe qui m'était jusque-là inconnu (on était en juin 98), excellente surprise pour les KORnofans que nous sommes. A l'époque, je me disais et je disais : "putain, ce groupe assure, allez voir Nothing en concert !". Sur la grande scène c'est Our Lady Peace qui ouvrait les hostilités, un ou deux titres du niveau de "Superman's dead", ça passe, mais un concert entier, c'est trop, la voix criarde nous a été difficilement supportable... Après l'ouragan Nothing, les groupes de la petite scène ont du mal à convaincre. Senser devrait faire son apparition sous le chapiteau d'ici une minute à l'autre et la déception est énorme, ils ne sont pas là non plus ! Fun-da-men-tal les remplace et leur fusion-ethnico-core anti raciste fait merveille, les gars se déménent et ravissent un public pourtant amère. Selon le programme, Candie Prune va commencer son set sur la B, mais là encore il y a du changement, sur la scène B, y'a qu'un mec tout seul qui parle dans un micro, on croit qu'il fait la balance, mais non, les 2 spectateurs qui le suivent (sa famille ?) attestent que c'est un "artiste". Mes potes commencent à me charrier... ,on avait déjà vu Candie Prune aux Tympans Félés et après les Deftones, c'est ce qui les intéressait le plus... Passons, allons pogoter sur la A, y'a bientôt Pitchshifter. Ah bah... non, c'est pas eux, c'est un groupe de noisy avec un chanteur raide défoncé, pitoyable, vaut peut-être mieux qu'on ne sache pas leur nom... Ouf ! Candie Prune arrive quand même sur la petite scène, l'ambiance est chaude, le contact entre le public et le groupe s'établit tout de suite et le concert est géniale, on a même le droit à un rappel ! Excellent. Le temps de manger (surtout le temps d'être servi) et les Burning Heads mettent le feu sous un chapiteau clairsemé, jusque-là je me disais que les gens arriveraient pour la soirée, mais apparement, les rockeurs du coin connaissaient les problèmes rencontrés par l'organisation et n'avaient pas acheté leurs billets à l'avance... Les Burning, eux, se foutent pas mal du nombre d'entrées et assurent un set bondissant. La pluie commence à tomber. C'est l'heure à laquelle on aurait du voir les Deftones. Leurs remplaçants, les Young Gods, m'ont carrément impressionné ! A eux trois, ils dégagent presque la même puissance que Ministry, je ne les connaissais que par la lecture, et j'en ai pris plein les oreilles. Leur maîtrise est époustouflifiante.