iguanorock 2003 tawn iguanorock 2003 tawn Le public est encore maigre quand commence le set de For the Day of Redemption, premier des onze groupes à l'affiche, il faut dire qu'il est à peine 13h15 ! FTOR donne là son premier concert et s'en sort avec les honneurs, leur HardCore tendance screamo tient la route, le chanteur est imprégné de ses textes et leur rage distinguée fait mouche, notamment avec le titre "Letter to my ennemy". Il faudra surveiller du coin de l'oreille ce groupe transfrontalier dans la veine de Burn Hollywood Burn...
Klaws enchaîne les concerts en ce printemps et à les voir, on comprend pourquoi. Entre charisme, énergie et gros riffs dans ta face, leur métal massif, croisement entre The SemiToneS et Deviate, a conquis de nombreux fans et fonctionne dés les premières notes. Le public déjà plus dense met son bleu de chauffe, les premiers rangs ne font pas la sieste, la Klaw's mania fait son effet...
Difficile d'assurer derrière eux, trop difficile pour Gloria Victis et ses deux chanteurs HxC qui ne m'auront (toujours) pas convaincu, pas plus que les Cool Vibes (stressés ?) qui les suivent...
Il doit bien y avoir 350 personnes à l'heure du goûter, l'heure pour Tawn d'entrer en scène. Kim étrenne sa nouvelle tête d'ampli (achetée le matin même !) et assure comme à son habitude le spectable enchaînant les voltes et les croches. Les deux petits nouveaux, chargés de la partie rythmique, se sont parfaitement intégrés au combo. L'alternance furie/calme/furie ravit un public pantois, et si Trent a des problèmes avec les retours (comme tout le monde...), il se concentre sur ses mélodies et force l'admiration. Etawnant et détawnant, vive Tawn !

Retour au HardCore (c'est une religion en Belgique) avec Mindtrap, leur show est bien rodé, millimétré, le chanteur est loin d'être mauvais mais le HardCore brut de décoffrage, c'est pas trop mon truc...
Quand The SemiToneS montent sur la scène pour le line-check, une partie du public reste là plutôt que de repasser dans la salle "hall" où se vendent bières, zines, CDs, pasta, affiches de Out à un prix hallucinant (3€ !), merchandising... les SemiToneS sont pour ainsi dire chez eux et leur rituelle participation à l'Iguano est toujours très attendue. Et c'est parti ! Le pit se déshardcorise (enfin !), la petite barrière qui sépare le groupe de l'audience disparaît, les Tones se et nous font plaisir. Le groupe assène de nombreuses compos issues de son dernier album en date, Glitch, et même s'ils jouent "tôt" (19h car ils auraient du ensuite enchaîner un autre concert à Liège !), ils mettent le feu, le public ne fait donc pas de réserve d'énergie... Les Casemates (un véritable frigo cette salle/méga-cave !) montent en température.

iguano rock 2003 : eths iguano rock 2003 : eths Les méconnus Dimension Seven, venus des Pays-Bas, prennent ensuite possession des planches, un chanteur au look gothique et à la voix caverneuse, un guitariste illuminé, une bassiste fine mais lourde et un bourrin à la batterie, voilà un peu le topo. Dimension Seven ça bastonne sévère, leur power hard core métal un poil brutal va surprendre et satisfaire une partie de l'assistance, moi je tiens une trentaine de minutes puis lâche prise à cause de la puissance du volume sonore (c'est beaucoup trop fort !!!)

Le néo-métal est de retour avec Unswabbed qui nous livre une set-list blindée de nouveaux titres, un titre récemment composé et pas enregistré plus 7 ou 8 extraits de l'album à sortir en septembre dont "Défier l'ennui" qui a déjà marqué les esprits. Mélodiques et percutants, ces nouveaux titres montrent qu'Unswabbed a bien bossé ces dernières années et même si "Bullshit" est toujours efficace en live, les nouvelles compos sonnent plus recherchées, plus travaillées, en un mot : mieux. Vivement l'album !
Le temps de manger une pasta pesto et de discuter un peu avec les Out et Eths a déjà envoyé son sample d'intro, sprint jusque dans la salle bien garnie (700 personnes ?) où les Marseillais vont foutre une claque à ceux qui ne les avaient pas encore vu sur scène et en refoutre une à ceux qui, comme moi, les avaient déjà vu et étaient donc prévenus... mais ce n'est pas évident de s'habituer à des versions aussi death et brutales de leurs titres. Sulfureuse, Candice enchaîne les poses pendant que les zicos s'explosent, le public exulte. Eths confirme à nouveau qu'il est un énorme groupe de scène ! Dommage que le timing nous prive d'un rappel pourtant amplement mérité...
Mais il faut bien laisser du temps aux Out (ils aiment prendre le temps...) qui revient jouer pas trop loin de ses bases aprés 2 ans 1/2 d'absence ! Alors que les rythmiques d'X-Position étaient taillées pour le live, on pouvait se demander comment s'installerait les atmosphères de Unik et si l'amalgame des deux serait bon... "Before the bullet" lance la machine et on a rapidement nos réponses : "ça passe" ! La puissance du live fait son effet et les "vieux" titres comme "Watch me in" ne dénotent pas dans un set surtout consacré à Unik, un set où les Lillois prennent le temps de placer leurs ambiances comme sur le magique "Angel with no wings". La salle s'est partiellement vidée mais Out nous offre quand même un rappel et fait monter Rosario sur scène pour lui souhaiter un joyeux anniversaire, Rosario, on n'en a pas parlé mais sans lui, rien de tout ça n'aurait eu lieu...
En quelque sorte, Rosario, c'est son anniversaire mais c'est aussi lui qui fait les cadeaux en nous offrant l'Iguano.
Chapeau.