iguano rock 2001 no flag iguano rock 2001 no flag Pour la première fois le festival s'étendait sur 2 jours, c'est donc dés le vendredi que j'étais "à pied d'oeuvre". C'est Gringo Limousine qui lâche les premiers riffs dans une salle bien peu remplie en ce début de soirée, le groupe se fait remarquer par un frontman au chant clair et mélodique sur des accords métal et sous les rythmes de Batman, échappé de The SemiToneS pour s'enfermer derrière cette batterie.
Ensuite, ce sont aux Body Fluids de rameuter le public qui remplit l'espace peu à peu. Le set est enrichi en nouvelles compos et comme elles sont nettement plus abouties que les anciennes, ça donne !
La Maison du Peuple est désormais bien remplie et The SemiToneS va, comme à chaque fois, chauffer le public à blanc, le pit prend forme sous les riffs dévastateurs du combo bruxellois, le charisme d'Alexis fait qu'un concert de The SemiToneS est toujours un grand moment, si tu y ajoutes quelques titres de l'énorme Glitch, ça devient de la folie, c'était donc de la folie.
Pour terminer cette première soirée, c'est Masnada, les belges ont pris l'habitude de les voir et de les entendre, nous aussi, mais c'est à chaque fois un plaisir ! Là, sur les 10 titres, 5 sont "nouveaux" et 10 sont excellents !!! Malgré des problèmes techniques et un parterre de gens fatigués, le groupe se livre sans retenue. Youssef remplace Reuno sur "Ce n'est pas le monde", Bougez ! Respirez ! La fin de soirée et la nuit sont arrosées comme il se doit (hips) et on passera sur les détails pour ne retenir que la bonne ambiance qui régnait ce soir là au "manowar"...

iguanorock 2001 masnada iguanorock 2001 masnada C'est en ayant trés peu dormi et pas mangé (volontairement) que la deuxième journée débute, il n'est pas encore 14h mais il y a 10 groupes qui vont partager la même scène ! Je me passerais de commentaires sur les prestations des 3 premiers (Gloria Victis, Lived, Klebhaar) pour ne pas être désobligeant avec des groupes qui ont pu mesurer le fossé qui les séparent des suivants. Broken Edge, ce n'est pas mon style mais c'est assez bien fait, pas de commentaires non plus donc.
Par contre, les Cowboys and Aliens, là, je peux en faire ! Ils sont vraiment extraordinaires ! Ils ne se sont pas souciés de ceux qui les ont ignoré et ont fait leur set à fond ! Jouant les morceaux les plus "rentre-dedans" de leur groove-rock, ils en ont charmé plus d'un qui les découvraient là. On a également eu le droit à deux nouveaux titres, la fête pour tout amateur de "stone rock".
Ensuite, ça a été pour moi, la grosse claque de ces 2 jours, le concert de No Flag. No Flag, ils sont de Lille, depuis que j'arpente les salles de concert, j'ai eu le temps de les voir et les revoir mais là ... Ils ont sorti l'artillerie très lourde pour leur nouvel album Big Boss et le show était métallo-industrialo-Hard-Core ! Le public ne s'y est pas trompé, se défoulant sans compter pour la première fois de la journée ! Le concert jouissif se termine avec un maximum de monde sur scène, partageant le micro avec Stéphane Buriez alors qu'Arno continuait le set en lieu et place du pit...
Difficile après une telle tornade de se remettre d'aplomb, une bière et les Zombie Eaters et c'est fait ! La musique des Zombie n'est pas spécialement HardCore et semble même douce aprés les No Flag, tout le monde reprend son souffle et assiste religieusement à ce concert rendu à la fois très intense par la constante recherche du détail et très détendu par l'aisance des zicos. Pour terminer le set, la reprise de A-Ah est parfaite, ceux qui ne connaissaient pas n'ont pas encore compris ce qui s'est passé...
On reste dans le métal bordelais avec Oversoul qui étrangement va laisser le public de marbre... Pourtant là encore, le show est intense... Ca défouraille sévère et les compos plus "faciles" du troisième album trouve une autre profondeur en live. Stéph Buriez est réclamé pour chanter "Too far" mais faute de passe il n'aura pas accés à la scène !!! Ahahah ! Pour sortir le public de l'apathie rien de tel qu'un monstrueux "Who i am" avec un bassiste et un chanteur guitariste dans le public... Dommage que le concert soit déjà terminé, les girondins méritaient beaucoup mieux. Mais à l'évidence le public belge était plus pris par leur match de foot, comme ils ont perdu, ils se sont défoulés sur du bon HardCore des familles...
BreakDown et Do Or Die sont potes, les ricains sont là en guest star pour un show unique avec les belges, on ne se prend pas la tête à Blaton et les riffs sauvages s'enchaînent à vitesse grand V.
Quoi, c'est déjà aux Black Bomb Ä de jouer ? Ils sont là pour clôturer le festival et sincèrement, je me demandais pourquoi tant d'honneur après leur triste prestation sur l'étape lilloise du Sriracha Tour 2... Euh, bah, j'ai compris pourquoi. En 2 secondes, la petite scène explose, les BBA visiblement plus à l'aise ici qu'au Splendide se lâchent et font également exploser ce qu'il reste de spectateurs. Je comprends enfin le pourquoi du comment de leur réputation scénique. Les T-Shirts tombent, les gouttes de sueur aussi, le public est aux anges, il a le droit à 2 rappels, et si personne ne les avait arrêté, ils y seraient peut-être encore...
Comme la soirée précédente (mais en moins pire), on se marre bien au manoir, on y dort mieux et plus et on s'en retourne chacun chez soi... Vivement l'année prochaine...