IguanoRock 2005 : kells IguanoRock 2005 : kells Vendredi 14 octobre, vers 18h30, c'est Qu4ttro qui ouvre le bal, le groupe montois donne dans la fusion néo-métal core et a du mal à sortir des clichés, dans les parties claires et aériennes, le chanteur s'en sort trés bien et avec plus d'expérience et de temps, le combo devrait progresser... Premier groupe à tendance féminine de la soirée, Agonia venait présenter son nouveau CD au public belge, les Français sont emmenés par deux filles, l'une assez fantasque à la voix grave, l'autre à une voix plus claire et joue également de la guitare, si les chants se marient bien, la musique, sur une base trés métal, part un peu dans tous les sens et les styles visités sont trop nombreux pour qu'on s'y retrouve, dommage... Agonia a toutes les armes pour se forger une identité remarquable et construire quelque chose de solide, soyons patients...
Comment se mettre Oli dans la poche ? C'est simple, jouer "Them bones" d'Alice In Chains en balance ! Comment perdre cet avantage ? Reprendre du Mudvayne pour clore son set... Khymiah a fait tout ça et a livré son rock couillu pour la dernière fois ce soir-là, le quatuor est impressionnant de force et de présence sur scène mais a décidé de splitter, on les retrouvera dans d'autres groupes et on suivra plus particulièrement leur chanteur... On reste en Belgique avec Soulbleed et son rock-métal-indus (tout ce qu'on aime), au chant, c'est une demoiselle au passé HardCore qui a pris les choses en main et ça envoie, le nouveau gratteux étant déjà super à l'aise, allant même jouer dans le public ! Pas exactement le même genre que Kells, même si les instruments sont sensiblement les mêmes, on donne plus dans un chant doux mélodique sur un métal passé à l'anti-rouille. Et soyons clairs, les Lyonnais sont la révélation du festoche ! IguanoRock 2005 : eths IguanoRock 2005 : eths Avec une superbe voix et des compos trés travaillées, Kells vient de se faire un nom en Belgique (et en France pour les nombreux frontaliers qui sont passés Outre-Quiévrain le temps d'un week-end). Lacuna Coil, les vieux The Gathering, Within Temptation, chacun y trouvera ses références et aprés le raz-de-marée Evanescence, Kells peut attirer d'autres oreilles sur leur Gaïa qui sort à la mi-novembre.
Le clou de la soirée de vendredi est enfoncée avec une masse, pour terminer en beauté ce vendredi trés féminin, Eths est de retour à l'Iguano ! Les titres sont encore plus véner sur que l'album, essentiellement tirés de Soma, ça envoie du lourd, de l'abrasif et du saturé... Un peu trop même car sur tout le week-end, il n'y a que pour Eths que le son n'était pas au mieux, trop de puissance et de grave ont nui à la qualité d'écoute, dommage. Le public, aux anges, ne leur en a pas trop tenu rigueur car les Marseillais n'avaient pas fait le voyage pour rien, "Encore" !

IguanoRock 2005 : EdC IguanoRock 2005 : EdC Samedi 15 octobre, vers 13h30, c'est à nouveau l'effervessence dans et devant (il fait beau !) la Maison Folie... Resistance et son Hard Core des familles envoie le boulet alors qu'on a à peine digérer nos frites... Rien de révolutionnaire sous le soleil HxC Belge, mais il y a du soleil :o) Mais que font les Klang!!! ? Ils devraient être arrivés depuis 15 minutes pour monter leur matos durant la prestation de Resistance mais ils ne sont toujours pas là... Les Belges jouent quelques minutes de plus mais les Lillois sont toujours absents... Que faire ? Personne n'a de nouvelle, Dollsex commence donc à installer son matériel, Klang!!! arrivera finalement avec prés d'une heure de retard, tous aussi désolés que l'organisation mais quand 9 groupes se partagent une scène, on ne peut pas se permettre de faire attendre tout le monde... Dollsex a gagné sa place à l'Iguano grâce à un tremplin et gagne aussi quelques minutes de rab' histoire de bonifier le temps perdu par Klang!!!. Leur musique est sympathique mais sans plus, encore un groupe qui mêle beaucoup d'influences sans trouver son identité propre... Reste que c'est trés bien tenu sur scène et que ça permet de se défouler quelque peu... Ah... Je n'ai pas encore parlé de l'ex-star radiophonique locale qui s'est invité pour préstenter les groupes, il a enchaîné bide sur bide (et bière sur bières) et a réussi à mettre mal à l'aise tout le monde en apprenant aux festivaliers l'annulation de Do Or Die, il fait monter Chris, leur chanteur, sur scène et lui fait répondre à de fausses questions pour finalement expliquer qu'Etienne, le bassiste des HardCoreux, a été emmené le matin même d'urgence à l'hôpital où il doit rester5 jours en soins intensifs pour un probléme rénal. Un problème grave qui attriste tout le monde à Mons (la ville de DoD) présenté sans aucun tact, la fausse note de 2005...
Cross 9 investit la scène pour y mettre un souk diablement organisé : avec pas moins de 2 batteurs et 3 chanteurs ça ne manque pas de rythme et ça bouge dans tous les sens, le public ne se prive pas de les suivre dans leurs délires. Et si sur CD, j'étais resté assez en dehors du "truc", sur scène, il ne faut pas longtemps pour rentrer dedans... Pour la fin du concert, David,le batteur sans grosse caisse laisse sa place à un autre Unswabbed (Charles étant guitariste à templs complet des deux cotés) puisque Bruno vient lui aussi s'éclater avec des percus... percuttantes !
Autre registre avec les Allemands de DeadSoil, on revient au HardCore pur et dur et s'ils ont été choisi par Do Or Die pour leur vendetta tour, ce n'est au hasard ! Les teutons envoient du trés lourd, ça mosh sévère dans la fosse et moi qui ne suis pas trés réceptif à ce genre de musique, je trouve ça presque aussi excellent que la prestation de Born From Pain lors de ce Dour 2005.
IguanoRock 2005 : Unswabbed IguanoRock 2005 : Unswabbed A chaque nouveau concert, L'Esprit Du Clan se bonifie, ce qui fait qu'on les revoie toujours avec plaisir tant on aime à se reprendre une plus grosse claque... Et en se la prennant, on se disait "wouaw, c'est phénoménal, c'est le truc du festoche" (mais la suite ne nous donnera pas totalement raison...). Leur Chapitre 2 : révérence sous le bras, le clan francilien a tout dévasté, dans le public, il y a union sacrée entre (néo)métalleux, coreux, rockers durs... La machine EDC est en branle, lancée sur de bons rails, elle est inarrêtable... Et personne ne semble se soucier de cette perte totale de contrôle ! Le public (qui connaît bien les paroles) est à fond et comme L'Esprit Du Clan est un de ces groupes qui indexe son niveau d'énergie délivrée sur celle du pogo, ils ont du donné un de leurs meilleurs concerts de cette nouvelle tournée. Gigantesque !!!
Ca n'a fait qu'ajouter un peu de pression sur les épaules d'Unswabbed, venus en voisin et en amis présenter (et tester ?) 4-5 titres totalement nouveaux qui seront sur leur album, Instinct, à paraître fin janvier. Et la magie opère... Avec les "vieux" titres repris en choeur ("Si souvent") pour baliser la route, les nouveaux passent comme des lettres à la poste, pas de doute, ça va shredder dans les chaumières l'année prochaine... La seule déception vient de Mathias, incapable de tenir sa parole, alors qu'il avait promis de jouer nu ce soir, il a revêtu le maillot officiel de l'Iguano mais n'enlevera rien... Même aidé par Rosario (en plein milieu d'un morceau)... Le concert s'achève sur scène pour une partie du public, les Unswabbed, comme d'habitude, étant heureux de finir leur set en partageant leur espace...
IguanoRock 2005 : punish yourself IguanoRock 2005 : punish yourself Pour ne rien te cacher, il m'a été trés difficile de me souvenir de tout ce que tu viens de lire car aprés un concert de Punish Yourself, on a tendance à tout oublier... pour ne se souvenir que de ce qu'ils ont fait sur scène... Pas de grilles, pas d'écran pour recevoir les projections vidéos, pas de problème, il reste des néons, de la peinture fluo et du gros son ! Spectacle et décibels vont de paire pour les Toulousains et si musicalement, c'est toujours en béton armé (il faut dire qu'avec des morceaux aussi dévastateurs que "Rock'n'Roll machine", "USD (We are ready)", "Gay boys in bondage", "Suck my T.V." ou "(Let's build) a station in space", il est difficile de rester de marbre), côté spectacle, les Punish Yourself ne donnent jamais deux concerts identiques... Ce soir VX est à moitié scarifié en vert, l'autre moitié dans l'ombre... Et il a un point commun avec quelques Hard Coreux, il est habillé jusqu'aux genoux... à la différence prés que ses prédécesseurs sur cette scène montraient sans pudeur leurs mollets ! Le show est total, l'interaction avec le public également, déshabillage, triturage, pelotage, jeu de chaînes, destruction de poupée, empruntage de bob, ponçage sur plastron générateur d'étincelles,... Punish joue et se joue de tout, réussissant même à calmer l'ambiance avec un passage électro trés sensuel... Le public est littéralement déchaîné, tant et si bien que le groupe remonte sur la scène fluorée pour un deuxième rappel : "on vous rejoue quoi ?" "Gay boys in bondage" remporte les suffrages et le rêve se poursuit un peu plus longtemps... Inoubliable !