Garorock 2011 18h, nous arrivons sur le site et, après un détour pour récupérer nos places, enchaînons directement avec un MOPA au public restreint. Restreint certes mais public de fans, présents pour accueillir le groupe au piano survolté et au micro explosif. Profitant de cette ambiance plutôt intime, le chanteur descend dans la fosse, le temps d'un morceau, offrant aux admirateurs des toulousains la prestation qu'ils étaient en droit d'attendre. Bonne pioche. C'est donc les oreilles émoustillées par le changement brutal du niveau de décibels ambiant entre l'extérieur et la scène du groupe, que nous partons, non sans appréhension, en direction du camping. En effet des mesures de sécurité importantes ayant étaient prises pour cette édition du Garorock, nous craignions une baisse brutale de l'ambiance. Bien sûr certains regretteront l'absence de murs de son sur les lieux, mais la bonne humeur générale est au rendez-vous et, c'est à peine la tente installée dans un cercle de quechua amies, que nous nous dirigeons vers la Pression Live, la scène principale du Garo pour assister à la prestation des britanniques de Morcheeba.

C'est avec un show langoureux et une performance musicale envoûtante que le groupe de trip-hop charme le public venu nombreux, le tout grâce au talent certain des musiciens comme au charisme et à la voix de Skye. Après un saut du côté de The bewitched hands, qui s'avère être une parfaite transition, nous nous pressons pour retrouver la plus grande scène afin d'assister au set très attendu d'Apocalyptica. Lequel débute son set enveloppé dans un écran de fumée, ambiance quasi-mystique qui n'empêche pas les pogos de commencer d'emblée. Malgré la qualité du son, plutôt médiocre, une partie du public pogotte, l'autre, plus sobre, headbangue furieusement. Les plus réservés profitant simplement de la musique, le tout dans une chaleur torride se laisse emporter par les tonalités fracassantes du trio à cordes et de leur batteur. Après plusieurs rappels tous plus succulents les uns que les autres, nous ressortons essoufflés pour rejoindre le public plus cool mais non moins survolté des Massilia Sound System sous le toit de la "Digitick", la deuxième scène du Garorock. Un show endiablé devant un public sur-motivé qu'offrent les marseillais, ainsi qu'une tournée de pastis, chauffant encore davantage un public déjà bouillant. Et c'est sur un hommage au défunt chanteur des MSS, Lux B, que le concert se termine, l'osmose entre les phocéens et le public étant absolue.

Quelques bières et de quoi reprendre des forces plus tard, nous assistons à notre tout dernier concert du jour (et du fest), à savoir High Tone sur la Digitick. C'est pour moi la deuxième fois que je vois le groupe électro-dub en concert, je pensais donc ne pas être surpris et pourtant, c'est autre chose de voir ce groupe sur une grande scène avec un son et des basses à vous transporter instantanément dans une autre galaxie. Certains pourraient penser que le public d'High Tone, aurait tendance à être mou... ceux-là se trompent, gare à celui qui ne danse pas ! Le groupe a su réveiller les endormis en offrant un spectacle détonnant, et c'est le sourire aux lèvres que les festivaliers les plus tardifs sortent du site, certains pour regagner leur tente pour un repos bien mérité avant la reprise des concert du lendemain, d'autres pour continuer la fête encore et encore. Cette première journée du Garorock 2011 fut donc une bonne entrée en matière pour les amateurs de fêtes et de bonne musique, dommage que ça n'ait duré qu'une journée mais nous ferons mieux l'année prochaine.