les svinkels les svinkels Maintenant on y est, place a la musique ! Toute cette attente nous aura fait rater M-sixteen et Elista (grrr) car il est quand même remarquable d'ouvrir les caisses 1h en retard mais de faire jouer les groupes aux horaires du programme (tiens, en parlant de ce programme, ce dernier fut introuvable et lorsque l'on en trouve enfin un, gisant a terre on est heureux de voir q'il ne contient que les descriptif des groupes, déjà indiqués sur le site, et qu'il y a indiquer au début : "pour l'ordre et les horaires de passages, rendez vous sur furia.tm.fr" ... sans commentaire). Mais malgré ces petits défauts de progra, on reste béat devant le show des Svinkels qui affichent une sacrée forme avec leur 3 MCs aux textes drôles et pas mal axés sur l'alcool et un dj absolument extra que ces 3 acolytes laisseront tout seul un instant pour une putain de perf. Le seul bémol viendra de l'absence des guitares et des basses qui ne seront que sample (mais malgré tout, la rythmique et le feeling groovy de la basse seront plus qu'appréciable) et puis il est très ludique de voir 3 MCs se déchaîner sur un sample du "Back in black" d'AC/DC. Leur single "Réveille le punk" passa aussi super bien avec des nombreux "... réveille le ponk qui est en toi" parmi le public.
Ensuite, pas de répit et c'est avec M.A.S.S. l'on enchaîne pour une prestation tout a fait honnête, on pourra juste leur reprocher un manque d'originalité mais c'est quand meme un bon rock n' roll que dessert le groupe à la chanteuse au timbre assez Blondiesque (mais la comparaison est inévitable pour tout groupe de punk n' roll à chanteuse, non ?).
Puis vient SpeedDealer le groupe chargé de remplacer Jet city fix, et la on a le droit a une tres grosse perf : un gros core n'roll entrainant à souhait avec une voix typée hardcore new school (Converge, Every Time I Die) avec quelques intonations black. On peut aussi citer un petit coté heavy pour ce groupe qui fut une très agréable surprise pour moi.
Unsane arrive tout juste après, c'est l'un des groupes pour lequel j'étais venu et je ne fut pas deçu, peut-être juste au niveau de l'impact visuel car un power trio aurait probablement eut plus d'impact dans le noir et avec un vrai light show qu'en cette fin d'après midi mais la musique n'en dépeindra pas c'est une noise brutale et intense qui nous régalera durant ce set ou l'on pourra noter l'apparition d'un harmonica, fait assez rare dans les musiques extrêmes (ce groupe culte est quand même sur Relapse) pour être cité. Le batteur assura de grosses rythmiques pendant que le guitariste/chanteur (voix tout aussi intense) tissait des riffs incroyable et plus que renversant ; un très bon concert.
Aucune pause n'est permis, car Zeke est déjà prêt sur l'autre scène (durant tout le fest, à peine 5 min entre chaque groupes). Les membres paraissent un peu californiens avec leur accent et leurs casquettes a la Enhancer (quelle référence !) mais on aura le droit a un gros rock n' roll avec un son global proche d'un bon Motorhead. Ca joue fort et avec puissance et rapidité, pour un concert défoulant et récréatif à souhait ; groupe à (re)suivre donc car ils reviennent plus fort après leur séparation.
Cali rime avec pluie, c'est en tout cas ce que le début de soirée nous réserva mais ce ne fut pas trop déplaisant car il ce fit bon de rafraîchir le temps lourd qui nous pesait depuis le début (...rappelez-vous, les bébêtes...), bref... un concert envoûtant, un véritable impact visuel avec la nuit tombante et de très belles chansons, axées sur le thème de l'amour mais avec des textes plutôt déroutants et assez inhabituels. Pleins d'humour et de poésie, donc, et ce personnage qui se donne vraiment à fond sur scène, une bonne humeur communicative qui a plus a nombres des festivaliers notamment lors de ses (désormais) classiques "Elle ma dit" ou "C'est quand le bonheur" qui viendra clôturer un concert de très bonne facture où violons, guitares et percussions seront utilisés avec talent.
Mais déjà on se bouscule devant l'autre scène, l'arrivé d'Enhancer est imminente et les t -shirts nowhere fleurissent un peu partout et la pression se fait sentir.... Le groupe déboule sur "Street trash" et c'est la folie, ca jump pas mal et ca slamme à tout va... Bien que le groupe semble un peu fatigué (notamment l'un des 3 chanteurs avec son marcel adihash...-ceci expliquant peut etre cela... ^-^-) ils assurent tout de meme un bon show ou la plupart des hit du groupe seront interprétés ("On the road again", "Enhancer", "Paname" ou "Cinglés" repris par toute la fosse). Il manquait peut être quelques bon titres du premier album ("Sex shunk skate squat" pour n'en citer qu'un) mais on aura quand même le droit à un "Hardcore version dancefloor" qui a bien mis le feu... une prestation assez remuante et parfaitement appréciable avant l'arrivée des têtes d'affiches.
Tete prend place, lui et ses musiciens assureront un bon show, et meme si l'on a un peu de mal à décrire leur musique un mix entre reggae, pop, rock chanson et percussions... (notre Ben Harper national ??), elle n'est pour autant pas difficile d'écoute et dégagera de bonnes vibes durant l'heure de concert qui se terminera par une tres bonne reprise du "Redemption song" de Bob Marley.
Tout de suite après, Les Wampas sont dans la place !! Pour ma part, c'est la prmeière fois que j'ai l'occasion de voir ce que donne notre Didier et je ne suis pas déçu de le voir arriver torse nu avec un pantalon rose a paillettes hyper moulant... Le groupe enchaîne ses tubes d'un jour et de toujours (désolé il fallait que je la sorte...) comme "J'ai avalé une mouche", "C'est l'amour" ou les récents "Comme un punk en hiver", "L'aquarium tactile" (le debut me fera toujours marrer : "il faut cultiver le sanglier....") et le hit planétaire "Manu chao" que tout le monde reprendra en cœur. On a un petit break ou Didier, seulement accompagné d'une guitare seche, nous dédiera un "Kiss" que je ne pourrais retranscrire : il s'assoit, se relève, cours un peu partout et hurle "kiiiiiiss" à s'arracher les poumons... C'est donc non sans un petit sourire que l'on doit les laisser filer pour migrer un énième foi vers l'autre scène afin d'assister au concert de LA tete d'affiche de ce samedi 26 juin,... (roulement de tambour...) J'ai nommé...
...Ska-P ! Le concert est introduit par un espèce de cirque d'animation, on n'y voit pas grand-chose mais la bande son (un ska instrumental) est assez sympatoche, on pourra noter la prestation de quelques cracheurs de feu et jongleurs assez doués au passage... Et lorsque le groupe fait son apparition, c'est une grande joie qui s'empare du terrain vert de Boissy ; la plupart des festivaliers semblent connaître bon nombre des morceaux de nos keupons espagnols et le show se passe dans une super ambiance : de la danse, du slam, des pogos... Tout est réuni pour faire une grosse fête et les morceaux les plus entraînant du sextet seront tres bien accueillis par un public qui en redemande (on comptera 3 rappels) tandis que les titres cuivrés déclencheront déhanchement et tout ce qui s'en suit... En bref un concert qui vient clôturer une bien belle journnée remplie d' autres concerts... à demain et bonne nuit a tous.