1 2 3

Post Il faut sauver le soldat Jarring

Posté par aureliO le Mercredi 05 janvier 2011 à 21:13
Le label Jarring Effects connait depuis quelques temps des difficultés économique mettant son avenir en péril... et lance donc un appel aux dons mais pas que...

>>>>


"Pourquoi recourir à un don après 15 ans d'activisme, période qui a permis au collectif Jarring Effects de défendre une diversité musicale via sa démarche militante en faveur d'un défrichage sonore tout azimut, véritable pied de nez à l'opportunisme stérile et latent qui nous gouverne? 15 ans de bons et loyaux services en faveur des artistes, du public,des amateurs et des professionnels de la musique. Et avant tout, 15 ans d'aventure humaine ! Que s'est il passé?

Pour faire vite... Un mode de fonctionnement communautaire ne regardant pas à la dépense, un marché du disque en chute de 50%, des rémunérations issues du numérique inexistantes (une écoute sur Deezer est rémunérée en millième de centimes), des artistes à l'empreinte artistique forte et non consensuelle, difficile à promouvoir en tour (contrats de vente de faibles montants). Ajoutez à cela des artistes présents sur le disque mais absents sur le tour en France (donc pas d'effet levier pour promouvoir les nouveaux), des choix basés sur la passion et non sur une rentabilité ferme, une masse salariale en constante augmentation (fin des emplois aidés), sans oublier la perte d'un procès avec un distributeur (avec des dommages et intérêts à payer). Nous ne sommes pas non plus éditeur musical contrairement à bon nombre de nos collègues. Donc on ne récupère pas 50% des droits d'auteur (mécaniques) sur la duplication d'album, ni 33% sur les droits de diffusion issus des redevances SACEM. Un peu compliqué pour le public, mais d'autres comprendrons très bien. Mais soyons moins radicaux et développons un peu plus !

Né autour d'un local servant tour à tour de studio d'enregistrement, de local de répétition ou de bureau de production, tout s'est accéléré en 1995 avec la création de l'association Jarring Effects. C'est « seulement » en 1998 que l'activité label a vu le jour avec la sortie d'une première compilation « Fantasques Hits » oeuvrant au développement de la carrière d'artistes inconnus (Monsieur Orange, Le Peuple de l'Herbe,...), suivie de la compilation promotionnelle JFX Party n°1 en 1999 (qu'on retrouve sur « le DVD Burn Babylon Burn »). Que de talents réunis au sein d'une même galette! Au cours de ces années, nous avons pu pérenniser nos métiers, investir dans du matériel pour professionnaliser notre activité, et développer notre indépendance. La sortie du premier album d'High Tone en 2000 a véritablement ancré l'activité discographique au sein du collectif. La signature successive du quintet lyonnais et du groupe Ez3kiel a en effet mis le feu au label et à la scène dub française. Le succès de ces premières productions a permis à Jarring Effects de s'engager sur les sentiers de la découverte, de l'éclectisme, et de la solidarité. Cette ouverture s'est faite au fur et a mesure des années aux côtés d'artistes locaux (Brain Damage, Kaly Live Dub), nationaux (Von Magnet, Fumuj, Interlope) et internationaux comme les sud-africains Playdoe et Ben Sharpa, les américains Oddateee et Filastine, les bosniaques Vuneny, sans oublier notre anglais préféré, Mick Harris alias Scorn. Une diversité issue de l'éclectisme des membres de Jarring Effects. On fait ce que l'on aime, point barre. Même si on trouve ainsi des OVNI au sein de notre catalogue.

Loin de s'affirmer dans ses seuls choix artistiques, la démarche militante du collectif s'est aussi concrétisée par l'organisation d'actions caritatives, discrètes mais efficaces, telles l'embauche de personnes détenues en prison afin qu'elles sortent plus rapidement de la sphère carcérale, ou l'organisation d'un festival en Bosnie-Herzégovine à Mostar au profit de l'association Drugimost, avec en amont la sortie de la compilation « How do you sleep ». Un chèque de 15 000 euros a pu être remis à la structure. On a ainsi humblement participé à la reconstruction d'un pays dévasté par une guerre fratricide. Un peu de musique dans ce monde de brute. C'était en 2002.


Si le disque a toujours été l'activité de fond de la structure, son attitude indépendante et très « Do it yourself » l'a amenée à diversifier ses activités. Non contente de défendre ses artistes par des sorties de disques suivies et travaillées dans le temps, il a aussi fallu faire le lien avec la scène, premier maillon avec un interlocuteur d'importance : le public ! Jarring Effects travaille donc au développement de ses artistes par l'organisation de tournées en France, en Europe mais aussi au Nouveau Monde. Ainsi, notre lutte permanente contre une industrie du disque aseptisée trouve aussi bien sa place dans les squats d'Europe de l'Est que dans les salles de concerts les plus identifiées de notre territoire. Mais notre catalogue de tourneur se compose à la fois d'artiste étrangers que l'on développe en France, ou d'artiste français que l'on travaille à l'export (les tourneurs français se les réservent!). Bref on ne fait que le plus dur et le moins rémunérateur. L'enregistrement nous a aussi semblé être une activité incontournable pour défendre notre indépendance. Déjà en version mobile depuis 1993, le JFX Studio a trouvé ses quartiers dans les hauteurs de la Croix Rousse à Lyon en 2007. Ses portes sont ouvertes à tous les groupes (des plus connus - High Tone ou Les Ogres de Barback - aux artistes en développement) pour leur permettre d'assumer leur passion à des tarifs accessibles et dans des conditions professionnelles.

Parallèlement, les concerts organisés par Jarring Effects sont une vitrine symbolique des valeurs défendues : une programmation orientée vers la découverte et les rencontres hybrides, des prix d'entrée et des consommations accessibles à tous, tout en portant une attention particulière à l'accueil des artistes et du public (évitons le côté bétail de certains festivals). Le festival Riddim Collision, dont la douzième édition s'est déroulée du 5 au 16 novembre 2010, offre un excellent terrain de jeu aux artistes du label mais aussi à ceux soutenus en tour ou encore ceux dont les expérimentations sonores ont su attirer nos oreilles. Ce festival hors du commun a vu se côtoyer des artistes de renommée internationale (Amon Tobin, Young Gods, Scorn, Mike Ladd, High Tone, µ-ziq, Von Magnet, Plaid, Hint, Pierre Bastien, Fingathing, The Bug, Disrupt, Bogdan Raczynski, Le Peuple de l'Herbe, Pole) aux côtés de collectifs locaux dont le travail est tout aussi remarquable (AADN, Bee Records, BRK, Airflex Lab).

Sachant qu'il est impossible de comparer le secteur sinistré de la musique enregistrée à un conflit meurtrier, la guerre stérile que mène l'industrie musicale à l'égard des internautes (cf loi contre les ADOlescents PIrates - HADOPI) nous emmène droit dans le mur, sans qu'elle se remette en question. Les acteurs du marché ont beau se tirer des balles dans le pied avec leur vision à court terme, ils cherchent toujours un bouc-émissaire, sans oublier de prendre de l'argent au passage. C'est pourquoi nous développons avec d'autres labels des solutions alternatives et mutualisées pour promouvoir nos artistes. Le collectif apporte ainsi son soutien à de nombreuses structures par une aide humaine, technique ou logistique. L'activisme du collectif s'est tourné vers des démarches collectives et syndicales. Co-fondateurs de la fédération de labels indépendants CD1D et de la fédération régionale basée en Rhône-Alpes dénommée FEPPRA, (dotée de sa propre plateforme musicale 1d-rhonealpes.com), membre du Syndicat des Musiques Actuelles (SMA) avec la mission d'y développer la représentativité de la musique enregistrée, Jarring Effects participe activement aux réflexions visant à soutenir la création indépendante sous toutes ses formes.

Bref, un appel au don, et non une aumône. Mais vous pouvez aussi nous soutenir de différentes manières, en achetant par exemple nos disques sur nos plateformes favorites (n'oubliez pas notre pack promo!), en venant à nos concerts, en diffusant nos infos, en nous faisant part de vos sentiments, en faisant une donation... Nous tenons bon, les coups sont rudes, on n'est pas contre un réconfort, quel qu'il soit. Car malgré toutes les difficultés que vous apercevrez à travers ces lignes, nous ne baissons pas les bras. Nous avons un projet fort en tête qui enflamment nos esprits : la sortie à l'automne 2011 de la centième référence du label "FX100", le volume ultime ! Un panorama historique multimédia de 15 années inoubliables. à suivre!"
> Commenter le sujet 2 commentaires  

Post C(r)oupe du Monde

Posté par aureliO le Mardi 15 juin 2010 à 14:39
allez, op, ce n'était pas encore fait :

donc voilà, à la demande pas générale mais presque, un topic C(r)oupe du Monde 1986, avec au choix :

les plus belles WAG, l'orthographe correct de "vuvuzuela" (le truc immonde qui fait qu'on entend encore moins à la TV que sur le terrain), les pronos, le beau jeu, l'EDF (forcément différent donc de la notion de "beau-jeu"), la meilleure bière pour regarder un match, qui va ramener Estelle, pourquoi Raymond (?), Zahia l'abeille, des calembours, du naturisme et une petite visite dans l'Afrique du Sud profonde (Franky Ribéry, si tu nous lis... fais nous part de tes expériences)...

A vos souris les lapins...
> Commenter le sujet 22 commentaires  

Post Fuck les labels ?

Posté par aureliO le Lundi 15 mars 2010 à 23:14
reçu ça aujourd'hui...

un bon gros coup de gueule qui soulage certains :

SPAYROLL_ "for motion discomfort"

Ce troisième opus enregistré l'an dernier à Chicago dans les studios de Steve Albini (Nirvana, Pixies, Pj Harvey etc...) a décidément bien du mal à sortir en bac... comme depuis de nombreux mois, le milieu musical mondial est terne... à l'image de ceux qui y travaillent... et en France ça dépasse l'entendement...les labels ne font pas leur boulot, ils se contentent de signer des catalogues entiers d'artistes de merde pour les revendre aux distributeurs qui eux mêmes ne font pas leur boulot et ne payent plus les commerciaux pour aller revendre ces catalogues d'artistes à des Fnacs débordées puisque elles-mêmes ont divisées leurs rayons disques par 100... ces joyeux lurons à eux seuls gagnent quand même 90% du prix d'un album. Du coup c'est l'arnaque de A à Z et on demande au groupe d'être content de payer un studio 5000 euros, un pressage 1200 euros (au lieu de 1000 euros tarifé sur le devis), et de gagner 0,50 centimes sur le prix de l'album une fois que tous ces rapaces se sont servit...Il faut quand même savoir que si nous ne sortons pas cet album avec notre distribution habituelle c'est parce que simplement... ils ont nos stocks de disques et l'album n'est pas sorti comme prévu, ils ne répondent pas aux emails... bref... voilà le pourquoi du comment!

Après les deux premiers albums et 10 ans étiquetés "labellisés", pour ce troisième album le groupe a dit "NON PLUS DE LABEL, MERCI" et a monté sa propre production (comme beaucoup de groupes font à l'étranger) .

Cette année, Spayroll a dix ans et en dix ans, plus de 300 concerts, 3 albums au compteur, les choses ont bien changées... alors dans la vie on a plusieurs choix, soit le dénoncer, soit se taire et vivre avec.
Spayroll ne sait pas se taire : TOUS DES CONNARDS

Pour parler d'un point de vue général sur la musique... Il y a dix ans les salles organisaient des concerts parce que le public était présent et réceptif... maintenant on se retrouve à faire des entrées à 5 euros, à manger un sandwich au beurre en dormant dans le coffre de la voiture, et à jouer dans des salles quasiment vides devant un public qui soit est collé au bar, soit zone entre les chiottes et la meuf qui est bourrée devant les enceintes, soit n'en a rien à foutre du concert et se demande pourquoi il est venu ce soir... alors évidement on pourrait se dire que nous somme mauvais ou sinistres... oui peut être le sommes nous,mais alors nous sommes des miliers de groupes à être mauvais, car mis à part les mecs qui sortent de la star ac' ou pire les artistes variétoch signés par des soit disant maisons de disques sponsorisées par le public... (foutaises) et bien les musiciens ne sont plus écoutés, ni dans leur art, ni dans leurs idées...
En 2010 les gens gueulent chez eux devant TF1 mais ils n'ont pas les couilles de se mouiller et de faire bouger les choses... A partir de là... tout reste figé.

Donc, pour en revenir au groupe, Spayroll a enregistré cet album grâce à un gentil petit écureuil banquier qui a bien été gentil d'accorder un crédit de 5000 euros cette bande d'imbéciles heureux pour aller à Chicago faire les non-rock stars...
"for motion discomfort" sort enfin ET IL SORT GRATUITEMENT , il est disponible sur le site du groupe à la seule condition d'envoyer un email de commande (spayroll@gmail.com) et une enveloppe pré-timbrée à l'adresse du groupe. Une fois cette dure démarche effectuée, Spayroll sera ravit de vous faire découvrir cet album!! Si toutefois vous avez envie de donner une participation, vous pourrez le faire soit en joignant un chèque du montant de votre choix à votre enveloppe soit en payant via paypal une petite participation (même 1 euro) via notre petit site internet et notre myspace.
Toute cette démarche n'a qu'un seul but, faire un GROS FUCK à toute l'industrie du disque et prouver qu'on peut quand même diffuser sa musique par plaisir!

A bientôt donc... ou pas ;)
> Commenter le sujet 1 commentaire  

Post Quand les politiques s'en mêlent Episode 2

Posté par aureliO le Vendredi 12 mars 2010 à 21:10
Après les soucis du Furia Sound, voici ceux du Hellfest (comme d'hab)

"Hier soir se tenait un meeting de l'UMP au parc des expositions de la beaujoire à Nantes. Le Premier ministre François Fillon et le chef de file du MPF Philippe De Villiers sont venus soutenir le jeune candidat UMP aux élections régionales en Pays de la Loire Christophe Béchu.

Devant près de 1500 militants gonflés à bloc, Mr De Villiers à réaffirmé son soutien au candidat et s'est attaqué au festival Hellfest : "Nos valeurs ne sont pas celles qui poussent le Conseil Régional actuel (PS) à financer un festival sataniste !", discours salué et applaudi chaleureusement par Mr Bechu ainsi que par Mr Fillon.

Le festival Hellfest est actuellement soutenu financièrement (à hauteur de 1%) par le Conseil Régional actuel représenté par Mr Jacques Auxiette, Parti Socialiste. Manifestement l'attribution de cette subvention semble déranger certains conservateurs...

Le Hellfest, qui rappelons le est à ce jour le plus important festival de musiques actuelles (toutes musiques confondues) en Pays de la Loire, tient à réagir à ces propos qu'il estime blessants et diffamatoires "Le Festival est ravi de pouvoir compter sur le non soutien de Mr De Villiers, le contraire aurait été surprenant, la diversité culturelle n'est pas le fer de lance de ses hommes politiques bien pensants et conservateurs" et de rajouter "Nous encourageons massivement tous les habitants des régions Pays de la Loire à se rendre aux urnes ce dimanche et de voter pour une politique culturelle respectueuse des gouts de chacun."

Comme chacun le sait, le festival Hellfest sera amené à déménager en 2012, et que sans le soutien affirmé d'une région comme les Pays de la Loire, il lui sera très difficile voire impossible de trouver une terre d'accueil...Amis métalleux des Pays de la Loire, et autres défenseurs de la diversité culturelle, vous savez ce qu'il vous reste à faire !é


A croire qu'organiser une manifestation de ce genre en France, est plus difficile qu'ailleurs.
> Commenter le sujet 12 commentaires  

Post Inglorious Basterds

Posté par aureliO le Lundi 24 août 2009 à 16:30
Alors, il vaut quoi le nouveau Tarantino finalement ?

bien ? pas bien ? chef d'oeuvre absolu ? grosse bouze infâme ?
> Commenter le sujet 3 commentaires  

Post Des petits pois font le buzz du Rock en Seine 2009

Posté par aureliO le Mercredi 22 juillet 2009 à 12:32
reçu il y a qq minutes :

"LES PETITS POIS
Le programme du festival se boucle. sur un mystère !
"Les Petits Pois" est le nom de code sous lequel se cache le dernier groupe à rejoindre l'affiche de Rock en Seine 2009. On sait peu de choses de ce combo mystérieux, si ce n'est qu'il serait composé d'habitués des grandes scènes rock internationales, qui joueraient pour la première fois ensemble sur quelques rares festivals cet été, et que leur concert devrait faire beaucoup de boucan. "

alors qui ? quoi ? comment ?

A vos claviers
> Commenter le sujet 33 commentaires  

Post Acquisitions printanières

Posté par aureliO le Jeudi 23 avril 2009 à 19:23
Allez op, on relance le topic achats, OPA et autres grandes branderies avec, crise oblige, non pas un topic par mois, mais par saison.
> Commenter le sujet 65 commentaires  

Post Orel san

Posté par aureliO le Samedi 28 mars 2009 à 02:40
Un petit sujet polémique

je pense que tout le monde a vaguement entendu parler de cette histoire du rappeur Orel San (ce connard m'a piqué mon surnom de quand j'était tout gamin...) qui créé le buzz avec une chanson très polémique qui divise l'opinion.

donc

acte 1 :

voici le texte de ce "morceau" de rap qui pose a priori pbm

"Ce soir j'suis rentré du taff plus tôt que d'habitude
Je suis passé chez toi pour te faire une surprise
Quand j'suis arrivé t'étais dans ton hall avec l'autre type qui est en cours avec toi
Et je vous ai vu...
Je vous ai vu vous jeter sur l'autre il passait les mains sous ton pull pendant que tu l'embrassais
Putain j'avais envie de vous tuer j'étais choqué j' croyais que tu étais différente des autres pétasses
J'te déteste j'te hais
J'déteste les petites putes genre Paris Hilton les meufs qui sucent des queues de la taille de celle de ''Lexington''
T'es juste bonne à te faire péter le rectum même si tu disais des trucs intelligents t'aurais l'air conne
J'te déteste j'veux que tu crèves lentement
J'veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l'enfant
Les histoires d'amour ça commence bien ça fini mal
Avant je t'aimais maintenant j'rêve de voir imprimer de mes empreintes digitales
Tu es juste une putain d'avaleuse de sabre une sale catin
Un sale tapin tout ces mots doux c'était que du baratin
On s'tenaient par la main on s'enlassaient on s' embrassaient
On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée
On verra comment tu suces quand j'te déboiterais la mâchoire
T'es juste une truie tu mérites ta place à l'abattoir
T'es juste un démon déguisé en femme j'veux te voir briser en larme
J'veux te voir rendre l'âme j'veux te voir retourner brûler dans les flammes
Poupée je t'aimais mais tu m'as trompé
Tu m'as trompé tu l'as pompé tu es juste une sale pute
Une sale pute une sale pute une sale pute une sale pute
J'déteste les sales traînées comme Marjolaine
Les petites chiennes les chichiteuses les filles à problèmes
J'rêve de la pénétrer pour lui déchirer l'abdomen
Je t'emmènerai à l'hôtel je te ferai tourner dans ma villa romaine
Tu suces pour du liquide tu te casses à marrée basse
Pétasse tu mériterais seulement d'attraper le DAS
Le seul liquide que je t'ai donné c'est mon sperme
Si j'te casse un bras considère qu'on s'est quittés en bons termes
J't'aime j'ai la haine j'te souhaite tout les malheurs du monde
J'veux que tu sentes la chaleur d'une bombe j'veux plus jamais que tu me trompes
J'étais trop fidèle (sale pute)
J'ai les nerfs en pelote (sale pute)
J'vais te mettre en cloque (sale pute)
Et t'avorter à l'opinel
''Oh mais c est de ta faute t'étais jamais là pour moi''
Oh je m'en bas les couille c'était de la faute à qui
J'te collerai contre un radiateur en te chantant ''tostaky''
J'veux que tu pleures tout les soirs quand tu t' endors parce que t'es du même acabit que la pute qu'à ouvert la boite de pandore
J ai la haine j'rêve de te voir souffrir
J ai la haine j'rêve de te voir souffrir baby
J ai la haine j'rêve de te voir souffrir
J ai la haine j'rêve de te voir souffrir baby"

évidemment, on voit ça, on se dit en toute légimité que ça paraît assez abject MAIS sous couvert de la sacro-sainte "création artistique", on reçoit (quand on est sur les listes de mailing) ce communiqué officiel :

(acte 2)

"Bonjour,

Suite aux différentes opinions récemment émises sur le clip et la chanson "Sale Pute" d'OrelSan et aux demandes et tentatives de déprogrammation d'OrelSan du Printemps de Bourges, l'artiste et son entourage souhaitent faire les précisions suivantes :

Cette oeuvre de fiction a été créée dans des conditions très spécifiques relatives à une rupture sentimentale. Comme Orelsan le stipule dans l'introduction de sa chanson, ce texte met en scène un jeune homme qui, apprenant que sa petite amie l'a trompé, décide de noyer son chagrin et sa colère dans l'alcool. Sous influence, il se met alors derrière son ordinateur et écrit cette lettre en forme d'exutoire de la passion qui le dévore. Nous sommes alors exclusivement dans l'expression d'une pulsion que toute personne à qui ce type de mésaventure serait arrivé aurait pu être amené à ressentir dans ce genre de situation. En aucun cas ce texte n'est une lettre de menaces, une promesse de violence ou une apologie du passage à l'acte.

Comme toute création artistique, aussi violente soit elle, cette narration ne peut et ne doit pas être sortie de son contexte.

Conscient que cette chanson puisse heurter, OrelSan a décidé il y a quelques mois de ne pas la faire figurer dans son album ni dans ses concerts, ne souhaitant l'imposer à personne.

Nous sommes désolés que ce texte ait pu choquer certaines personnes.

En aucun cas OrelSan ne se pose en agresseur de la gent féminine.


Cordialement,


3ème Bureau / Wagram Music"


Un vrai petit bijou d'hypocrisie...


(acte 3)

la classe politique s'indigne, le dénommé Orel san fait mine de se confondre en excuse, il n'empêche que l'on peut se poser des questions.

Car reconnaissons une chose : un quidam lambda écrit la même chose en prenant un noir, un juif ou un asiatique pour cible, tout le monde crie à l'incitation à la haine raciale.... quand c'est un artiste (pardon un "rappeur"), c'est de la "création".
> Commenter le sujet 8 commentaires  

Post Le topic du collectionneur maniaco-compulsif

Posté par aureliO le Dimanche 08 février 2009 à 14:41
allez op débat :

comment rangez-vous votre collection de CD ?

par ordre alphabétique (classique)

par styles et genres (très arbitraire mais rigolo)

par ordre alphabétique du nom d'album (faut être un peu forcené là)

par couleur de tranche (....)

A vos claviers
> Commenter le sujet 31 commentaires  

Sticky Radio Topic

Posté par aureliO le Dimanche 18 janvier 2009 à 23:51
allez op, vos commentaires sur le contenu de la radio, les groupes présents, les morceaux, ceux que vous aimeriez y voir figurer tout ça...
> Commenter le sujet 5 commentaires  

Post Grand jeu à la con de l'hiver 2009...

Posté par aureliO le Samedi 10 janvier 2009 à 16:13
bon alors, c'est pas parce qu'on se pèle un peu les grelôts qu'on ne peut pas avoir des idées à la con, donc, voici le concept du "jeu à la con" de l'hiver 2009 (marque déposée auprès du tribunal de commerce par mon camarade Oli)

le concept est simple :

toi lecteur assidu, chroniqueur ou simple SWF égaré par là (entendre par là, "sans webzine fixe"), tu soumets un mot, une citation, une expression, une phrase, un titre de film un peu con, bancal ou furieusement improbable et un chroniqueur relève le défi

à celui qui propose le défi de noter ensuite la performance selon le barème suivant :

3 pts : c'est pas mal gaulé, putain c'est bien trouvé
2 pts : hum mouais pourquoi pas, ça le fait plutôt bien
1 pts : tu déconnes ou quoi ? t'avais pas d'inspiration ?

à la fin de l'hiver, on relève les compteurs (oui comme chez EDF) et on regarde qui a le plus gros... (score !)

l'intérêt de tout ceci ? strictement aucun mais si tu trouves, n'hésite pas à nous en faire part

merci...

un fenec à jeun...
> Commenter le sujet 38 commentaires  

Post 5 disques qui vous ont botté le cul en 2008

Posté par aureliO le Mardi 23 décembre 2008 à 23:52
Destruction Inc. - The dogman's tale
Dysby - Travelling in travel
Ez3kiel - Battlefield
Generic - Open City
Glowsun - The Sundering
Gojira - The way of all flesh

ben oui j'en ai mis 6, maius je m'en fous, je fais ce que je veux...
> Commenter le sujet 46 commentaires  

Post Les titres de morceaux les plus funs

Posté par aureliO le Vendredi 04 juillet 2008 à 17:18
Allez op pour rebondir sur le chat, on fait un petit relevé des titres de morceaux (tous styles confondus) les plus cons, décalés, pertinents ou juste absurde...
> Commenter le sujet 15 commentaires  

Post EuroFoot 08 : le topic officiel

Posté par aureliO le Samedi 31 mai 2008 à 17:01
Allez op, pour éviter d'engorger le chat... ça se passera désormais ici

ENJOY
> Commenter le sujet 127 commentaires  

Post Justice : le clip buzzé

Posté par aureliO le Mardi 13 mai 2008 à 13:17
J'imagine que tout le monde ou presque a entendu parler du fameux clip de Justice et de l'emballement médiatique de cette vidéo qui prête à controverse. Voici ce qui est tombé dans ma mailbox ce matin :


"La vidéo de "STRESS" est née d'une idée : offrir un clip indiffusable en télé à un titre indiffusable en radio.

Sans la contrainte de réaliser un clip "diffusable", nous avons pris toutes les libertés avec ce support. Pas pour choquer gratuitement : juste pour ouvrir le débat, susciter des questions, comme le font régulièrement le cinéma, la littérature ou l'art contemporain.

Avec cette liberté viennent des risques : être mal interprétés, voire instrumentalisés.

Nous ne l'avons à l'origine confié qu'à un seul site web (celui de Kanye West), certains que ce clip trop long, trop violent et aussi peu consensuel ne pouvait exister qu'en dehors des schémas habituels.
Nous étions conscients que le clip était sujet à controverse. Nous n'imaginions pas un instant que le débat irait si loin, que nous nous retrouverions à devoir nous justifier sur des sujets aussi graves.

Mais la récupération massive de ce clip, en quelques heures seulement, nous a rappelé à quel point il est difficile aujourd'hui de contrôler la destination des images et l'intégrité de leur propos.
Nous n'avons ni l'intention ni la légitimité de parler en profondeur des problèmes de société.
Ce film n'a jamais été envisagé comme une stigmatisation de la banlieue, comme une incitation à la violence ou, surtout, comme un moyen larvé de véhiculer un message raciste.
Cette vidéo n'a jamais été censurée. Nous avions pris dès le départ la décision de refuser systématiquement toute diffusion télévisuelle afin de ne l'imposer à personne.

Nous avons donc toujours laissé au spectateur le choix de la voir ou de l'ignorer sans jamais tenter d'orienter sa pensée, conformément à l'idée que nous nous faisons de l'art et du divertissement."

Gaspard & Xavier, JUSTICE
> Commenter le sujet 28 commentaires  

Post L'album que vous écoutez pour vous réveiller le matin...

Posté par aureliO le Dimanche 20 avril 2008 à 04:35
allez op au boulot, à vos claviers

j'ouvre le feu avec "The dogman's tales" de Destruction Inc.

http://www.w-fenec.org/rock/destruction-incorpo...
> Commenter le sujet 189 commentaires  

Post and now ?

Posté par aureliO le Samedi 22 mars 2008 à 16:53
http://www.lefigaro.fr/economie/2008/03/17/0400...

tiens question justement :

on part d'une bonne idée (préservez la santé publique) et on met des gens dans la merde, quoi qu'on fait maintenant ?
> Commenter le sujet 6 commentaires  

Post Politic story

Posté par aureliO le Lundi 25 février 2008 à 18:39
http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.as...

une décision du conseil constitutionnel, en principe, irrévocable, c'est pas grave, avec Nico, on peut passer outre.

là, ça fait peur quand même, c'est assez impensable un truc pareil. Le mec va au bout de ses idées, quoiqu'il en coûte.

troublant
> Commenter le sujet 25 commentaires  

Post Les Indésirables...

Posté par aureliO le Mardi 19 février 2008 à 22:37
Allez, une première salve :

Hate Eternal
Emperor
Cannibal Corpse
Cradle of Filth (et ben non, il y'en a...)
Kyo (faut pas déconner quand même...)
Nightwish
Behemoth
Burzum
Mayhem
Indochine
Superbus
Darkthrone
Naast
BB Brunes
Plasticines (ou alors juste pour le physique des demoiselles)

allez, op à vos claviers :

arguments, contre-arguments, protestations véhémentes et autres insultes d'usage sont de rigueur :)
> Commenter le sujet 17 commentaires  

Post travailler plus ? pourquoi faire ?

Posté par aureliO le Jeudi 07 février 2008 à 00:19
On a reçu ça par mail...

c'est assez intéressant.

subject: ARTICLE DU MONDE du 02 02 08

Comment les intermittents du spectacle ont été lésés par leur caisse professionnelle
LE MONDE | 02.02.08 | 12h20 - Mis à jour le 02.02.08 | 16h00

Les intermittents du spectacle, grands profiteurs du système ? Le lieu commun a irrigué
nombre d'audits publics. En se penchant sur la gestion de la caisse des congés spectacles,
la Cour des comptes vient de mettre en lumière le phénomène inverse.
Pendant des années, cet organisme, chargé de collecter auprès des employeurs les
congés payés des artistes et techniciens du spectacle et de reverser ces sommes aux
intéressés, a multiplié les irrégularités. Prestations impayées, cotisations sociales réduites aboutissant à des retraites
amputées, ententes illicites avec les organisations patronales et certains syndicats
de salariés, frais de fonctionnement masqués : l'essentiel de ces dérives ont été
menées au préjudice des intermittents.
De quoi "mettre en question l'existence de la caisse et du régime particulier qu'elle
est chargée de gérer", soulignent les magistrats de la Cour, dans le relevé de
conclusion provisoire transmis aux administrations de tutelle mais aussi au parquet de Paris.

Ce document, rendu public par le mensuel Capital dans son édition de février,
apparaît accablant. Certains détails prêteraient volontiers à sourire.
Comme ce "fichier des bénéficiaires" de prestations où figurent, sur 760 000 noms,
un tiers de dossiers périmés, parmi lesquels, en vrac : André Raimbourg,
alias Bourvil (mort en 1970), Joe Dassin (mort en 1980) ou Léonie Bathiat,
autrement dit Arletty (morte en 1992). Il y a peu de chance qu'eux, ou leurs ayants droit,
aient touché des prestations.
Mais il est probable que des cotisations aient été versées à leur intention par des
télévisions à l'occasion de rediffusions...

Cette incongruité, aux conséquences financières limitées, en cache d'autres,
autrement plus coûteuses. Les magistrats de la Cour ont ainsi découvert que près
de 16 % des prestations étaient payées avec plus d'un an de retard.
Mais, surtout, plus de 8 % des cotisations des employeurs ne sont jamais versées
aux employés. Un "oubli" rendu possible par la complexité de la procédure.

Pour chaque contrat, les employeurs doivent en effet envoyer un "chèque rose".
De leur côté, les intermittents envoient, une fois par an, l'ensemble des "volets bleus"
que leur ont remis leurs différents employeurs. Plus ces derniers sont nombreux et les
contrats courts et espacés, plus les risques de perte sont importants.
Sans compter les artistes ou techniciens étrangers qui ignorent leurs droits.
Au total, les magistrats de la Cour évaluent ainsi les sommes indûment conservées
par la caisse à au moins 16 millions d'euros par an.

Les dirigeants de la caisse y ont ajouté un petit bonus, perçu cette fois sur le dos
des employeurs. Enfin, de certains employeurs... En effet, depuis 1956, la caisse
prélève auprès des producteurs une cotisation afin de payer un "conseiller social".
Celui-ci est chargé de vérifier les conditions d'hygiène et de sécurité sur les tournages... de cinéma.
La télévision n'est pas concernée. Or, depuis quarante ans, les producteurs de télévision payent.
Résultat : environ 700 000 euros perçus chaque année pour quelque dizaines de milliers
d'euros de salaire du conseiller. La différence est empochée par la caisse.

Plus grave peut-être encore, les employeurs ont fait bénéficier à quelque 15 000 techniciens
de l'audiovisuel un abattement de 20 % sur toutes les cotisations sociales,
théoriquement réservé aux techniciens du cinéma. Cette bévue a eu pour première
conséquence de détourner, entre 1994 et 2001, quelque 16 millions de cotisations des caisses
des assurances-chômage, maladie et vieillesse. Mais elle a aussi diminué l'assiette de calcul
des retraites des techniciens concernés.

Lorsqu'elle a découvert l'erreur en 2001, la caisse aurait pu réagir.
Elle a au contraire tout dissimulé. A une technicienne qui l'interrogeait sur la question,
elle a sciemment menti. Et elle n'a pas hésité à corrompre le SNTPCT, un des principaux
syndicats de techniciens du cinéma et de la télévision, qui avait découvert le fric-frac.
Au terme d'une âpre négociation, la chambre et l'organisation syndicale ont signé un protocole
d'accord. Un chèque de 70 000 euros a été versé au syndicat contre son renoncement à toute
poursuite et une promesse de silence.

Contacté par Le Monde, Stéphane Pozderec, délégué général du SNTPCT, n'a pas souhaité
répondre. Président de la caisse jusqu'en 2005, le producteur Daniel Peressini indique avoir
été "le premier à faire cesser certaines irrégularités. Mais, dans ces organisations, les élus
sont impuissants face aux administratifs". Manière de renvoyer vers Chantal Gougault-Laslandes,
directrice générale depuis vingt ans. Celle-ci n'a pu être jointe.

Tous trois ont dû s'expliquer devant les policiers de la brigade financière, à qui a été confiée
l'enquête préliminaire ouverte au parquet de Paris. Les policiers ont également perquisitionné
dans l'ancienne maison close qui abrite la caisse.

Mais, au-delà des suites judiciaires, c'est l'avenir de ce système qui est mis en cause.
La CGT, qui suit l'affaire de près, réclame une "gestion paritaire".
Quant à la Cour des comptes, elle propose simplement que l'indemnité compensatrice soit
directement versée des employeurs aux employés. La fin d'une exception.
Nathaniel Herzberg
Article paru dans l'édition du 03.02.08.
> Commenter le sujet

1 2 3