1

Publié le 17/08/2007 à 02:02
Édité le 17/08/2007 à 02:02

.:: M(y)TV::. : Episode 3 : Sunshine TV (ou presque...)

L'été, pour les sérivores un peu geeks que nous sommes, c'est un peu comme un automne dans les highlands écossais, autant dire que ça ne rigole pas tous les jours... quand on parvient à voir du jour... Et lorsque vient le moment de percer l'épais manteau nuageux télévisuel qui plane sur nos têtes, ben on a alors l'air un peu con... Pas de grosses séries à l'horizon, même pas de Grey's Anatomy (ou alors des rédiffs sur TF1... youpi. Promis j'arrête avec ça). Mais quand on n'a pas la tarre de vivre dans les highlands (notez au passage que je n'ai, personnellement, rien de spécial contre cette région, c'est tout bêtement tombé sur elle...), ben l'été, c'est plutôt sympa, car outre un soleil de plomb un peu partout (private joke inside), on a également la possibilité de rattraper notre retard en excellentes séries loupées faute de temps... (The Shield à la bourre, c'est un peu la honte quand même) Ou pas.

Dans ce cas, changement de programme, on se met avidement à la recherche de la moindre pépite télévisuelle à se mettre sous le croc... La pêche est parfois bonne, parfois un peu moins... Des fois, on tombe sur une perle aussi... Pas forcément du premier coup d'ailleurs. On tombe ainsi sur Painkiller Jane (arghhh), on retente Heroes (re-arghhhh...), on jette un oeil sur le revival Jurassic Park pour ado-boutonneux décérébrés Primeval (oh mon dieu, vite, la télécommande!!!), Traveler (ah, plutôt pas mal...), Meadowsland et là, c'est le choc : on tombe sur les premières secondes de Jekyll. A première vue, rien d'autre qu'une énième variation sur le thème archi rebattu de l'oeuvre de Stevenson, mais rapidement, on se rend compte qu'on a en face de nouveau un véritable "otni". Un truc sorti tout droit des cerveaux des scénaristes de la BBC qui, encore une fois (ça devient lassant à la fin), nous ponde une mini-série en béton armée... Un scénario retors, un acteur prodigieux et un subtil mais éléctrisant dosage d'humour corrosif, de démons intérieurs et de démence borderline. C'est violent, cru, drôle... jouissif. A ne pas mettre devant n'importe quels yeux... Donc Jekyll on l'a compris, c'est le pied intégral, mais problème, après ça, la descente est brutale, le retour à la réalité, violemment en pleine face... Genre tu viens de passer deux semaines à te faire dorer la pilule à soleil de Malaga, et tu retournes dans ta mégapole à l'urbanité crasse en te disant que lundi, c'est boulot. Pas facile. Du coup, tu te passes un chti épisode de la drôlissime et toujours aussi farfelue Eureka et tu attends l'éclair de génie... Ce petit moment de lucidité absolue où tu comprends que ton salut viendra de chez FX Networks...

Cette même chaîne qui a donné naissance à The Shield il y a six ans et qui depuis à un peu tendance à se chercher avec des demi-réussites un peu sabotées et pas mal vulgaire (Dirt avec l'ex-Friends Courteney Cox dans le rôle de la garce de service) ou des ratages complets scandaleusement voyeuristes (Nip/ tuck et ses pétasses siliconnées de concours). Mais en cet an de grâce 2007, la lumière nous vient de FX Networks avec Damages, l'autre grosse claque, "séries TV" dans la tronche, de cet été. Qui a vu Glenn Close dans la saison 4 de The Shield sait pertinemment que cette grande dame du cinéma, dans un rôle taillé sur mesure de procureur impitoyable et n'hésitant pas à user de tous les moyens, même immoraux, pour parvenir à ses fins, va dominer de toute sa classe une intrigue, tordue, violente et sans concession... Un modèle de précision à la mise en scène frisant le génie de Six Feet Under, quasiment un must instantané... Et finalement, en attendant une rentrée US qui ne s'annonce pas forcément très excitante, on aura quand même eu droit à deux petits bijoux télévisuels estivaux... en attendant la prochaine saga de l'été française sur TF1. Rhoo ça va, si on peut même plus se moquer...

> Commenter le blog. 5 commentaires  Tags : ,,

1