1

Publié le 28/10/2006 à 00:37
Édité le 28/10/2006 à 00:37

Burn this CD!

Cette fois ça y'est, le marché du disque est clairement dans la caille. Parce que c'est bien beau de gueuler après les mordus du clic droit et de diaboliser le téléchargement, faudrait aussi balayer devant sa porte. Il faut bien le reconnaître, la pauvreté de l'offre n'a d'égal qu'un Troyes-Sedan un dimanche après-midi pluvieux sur canal... et sans décodeur. Et encore. Evidemment, il y a eu Tool, évidemment il y a eu Thom Yorke, certes, le Ministry nous a mis une bonne baffe dans la gueule, oui Hermano et consorts nous ont fait souiller nos chers calcifs... mais derrière ça... il y a quoi. Rien, le quasi néant chez les gros et quelques bonnes petites surprises chez les petits, ceux-ci quasiment sortis de nulle part. Et oui, la vérité est ailleurs.

Sans rires, moi, quand Gégé m'a fait découvrir son rayon indie/ pop-rock et tous les trucs sortis depuis six mois, j'ai pris peur... Red Hot, Muse, Rapture, Placebo, The Servant, Divine Comedy, Dirty Pretty Things, il y avait déjà de quoi avoir des sueurs froides... Mais ça c'était avant le drame, l'accident stupide. The Killers me parvint sauvagement jusqu'aux écoutilles. Verdict : syncope. Le coup de mou. Sur le coup, le petit Tommy, il m'a bien fait marrer lorsqu'il m'a gueulé à travers les écoutilles que c'était ça le fameux Sam's Town... Puis après j'ai compris qu'il ne riait pas lui. Et puis quoi encore. T'attends quoi toi d'un Muse qui fait du Prince, d'un Placebo qui fait du Placebo fatigué et des autres qui font du fric... C'est pas cool le téléchargement. M'enfin, c'est pas cool pour qui ? Les grosses machines pour kids et midinettes prépubères qui de toutes les façons feront vibrer le tiroir-caisse, ou les jeunes indé qui débutent férocement dans leur coin et qui cherchent à tout prix à se faire (re)-connaître ? Je ne sais pas Gégé, mais moi, j'ai bêtement l'impression que tout ça, au final, c'est pour nous la mettre profond (mais avec amour), histoire de nous faire acheter un album 14 euros pour 13 titres dont seulements 3 valent le détour et nous faire sortir du magasin, le porte-feuille allégé et un sourire béat aux lèvres. Alors moi, j'ai préféré jeter un coup d'oeil furtir du côté des cargaisons métal, post-hardcore, post-core et tous les autres trucs qui commencent à par post-quelque chose ou finissent par -core quelque chose. Mais là, je suis tombé nez-à-nez avec un truc de bouzeux et un nom ridicule : Cattle Decapitation. Passé le premier sourire, j'ai eu pitié. Mais je n'ai pas poussé le vice jusqu'à écouter... Faut pas exagérer non plus. De toutes les façons, après avoir jetté une oreille sur le Kill de Cannibal Corpse, j'avais déjà des remontés acides. Tout ça pour ça, alors que deux clics auraient suffit avec mon vieux 486...

Et puis tant mieux non ? Les gens téléchargent et quand certains en auront marre de se prendre des branlées à tour de bras, peut-être que les uns se mettront à faire de la bonne musique, les autres à signer de bons groupes (et pas les Babyshambles siouplez, merci pour moi... et pour eux). Ne serait-ce donc pas un mal pour un bien.... enfin un bien (la gratuité) pour un bien (la qualité future)... ? Bon ok, faut pas rêver non plus, ce sont les majors qui tiennent les cordons de la bourse (bien pleine) et ce n'est pas demain qu'ils vont dégorger le poireau de la créativité. Tiens justement en parlant de bourse, on va gentiment changer de sous-vêtement, parce que là, c'est l'automne-indien (si si, même qu'avant c'était l'été qu'on disait indien, mais que depuis que la canicule a élagué les rangs de nos chers retraités, on dit "automne", mais bon on s'en fout, la température est là même...) et là, c'est du lourd qui débarque... Ben si Gégé, les Deftones, Isis, The Melvins The Haunted, Battle of Mice... ça va le faire, du moins en attendant les prochains Radiohead, Massive Attack, NIN et QOTSA...M'enfin, tu t'en cognes toi, tu ne jures que par Bob Sinclar. Fais chier, ça va être long d'ici 2007.

> Commenter le blog. 21 commentaires  Tags :

1