rock Rock > Vex Red

Biographie > Pur éléctro-rock qui te met raide

Né en 1998 du côté d'Aldershot en Angleterre, ville plus connue pour avoir abritée le tournage d'un James Bond (Meurs un autre jour) que pour sa scène rock, Vex Red aura connu un destin musical météoritique et éphémère, mais pour le moins hors du commun. Explications.
Alors qu'ils tentaient à leurs débuts des démarcher les labels via une démo trois titres enregistrée par leurs propres moyens, les Vex Red eurent le nez creux en envoyant leur démo au magazine Kerrang !, référence de la presse rock d'outre-Manche. En effet, le magazine avait été auparavant contacté par un certain Ross Robinson, producteur de son état, notamment de KoRn et At the Drive-in, lequel recherchait des groupes, évitant les pop-songs insipides et le rock post-grunge à la Nirvana, susceptibles de lui taper dans l'oeil. Devinez la suite, l'heureux élu fut Vex Red.
Immédiatement signé chez Ross Robinson, le groupe se mit au travail pour composer ce qui sera son premier et unique album à ce jour, un disque intitulé Start with a strong and persistent desire. L'album sort en 2002, mais le groupe se sépare l'année suivante. Depuis, l'ex-frontman du groupe a formé un nouveau combo baptisé Septembre, pendant que ses ex-partenaires évoluent maintenant dans Scenes, un groupe dont on on n'a plus de nouvelles depuis un certain temps.

Interview : Vex Red, Interview de Vex Red (novembre 2001)

Vex Red / Chronique LP > Start with a strong and persistent desire

vex_red_start_with_a_strong_and_persistent_desire_artwork On a toujours une certaine excitation à découvrir un groupe que l'on sait repéré par un producteur du calibre de Ross Robinson, d'autant plus, lorsque l'on sait que Vex Red a été sélectionné parmi quelques 2000 groupes ayant envoyés leur démo au magazine Kerrang!. En clair une garantie constructeur indéniable, mais qui demandait quand même à être vérifiée par l'écoute de ce Start with a strong and persistent desire, premier et donc dernier album officiel du groupe.
Dès les premières mesures de "Closest", on a la confirmation de ce que l'on pressentait avant même de mettre l'album sur la platine, Ross Robinson n'a rien perdu de son flair lorsqu'il s'agit de dénicher un groupe au potentiel évident. Et, avec Vex Red, on est servi. Maniant un son power rock à tendance métallique gorgé de samples éléctroniques, les Anglais livrent un titre introductif catchy, impeccablement maîtrisé et aux mélodies accrocheuses. Du propre, net et sans bavure. Ce que confirment d'ailleurs les pistes suivantes, le phénoménal "Dermo", où le groupe alterne passages calmes et mélodieux, avec des plages de pur éléctro-rock qui balance sévère, ou un "Untitled" puissant et basé sur le même concept que son prédécesseur. Un cocktail étourdissant de puissance mélodique à la Seethings, de refrains accrocheurs, de textures éléctroniques distillées avec une vista évidente, le tout évidemment mis en valeur par une production en béton (logique...). Si le groupe n'a pu éviter quelques titres un brin conventionnels ("Can't smile", "Itch"), celà reste toujours d'une implacable efficacité, surtout pour, rappelons-le, un premier album. Les plus critiques ne manqueront pas de dire qu'avec un Ross Robinson aux manettes, ça doit aider, il n'empêche que le résultat plaide largement en la faveur du groupe d'Aldershot. Parce que les Vex Red ne veulent pas se cantonner à un genre précis, ils livrent alors le très émo-rock "Bully me", un titre doux et langoureux dans sa première partie, avant qu'un crescendo intense et massif à la Oceansize vienne faire entrer dans le morceau dans une autre dimension. Ici, on cause haut niveau et l'instrumental "Cause and solution" va alors mettre trois divisions d'écart entre Vex Red et les autres. Une véritable bombe éléctro incandescente, domptée par des riffs clinquants et une rythmique percutante.
Lancé à pleine vitesse, Vex Red nous envoie alors en pleine face des titres aussi percutants et ravageurs que l'éponyme "Start with a strong and persistent desire" ou le très provocateur "Clone Jesus". De l'excellente came. Et comme ces Anglais font bien les choses, ils en rajoutent une ultime couche pour achever définitivement l'auditeur le plus exigeant avec le millimétré et nébuleux "Vert". Un dernier titre apocalyptique et fiévreux qui met une touche finale à ce qui restera comme le seul et unique album du groupe. Définitivement culte.