Turbobier - Das neue festament Interrogation surprise, combien de groupes venus d'Autriche connais-tu ? Pas beaucoup hein... En voilà un dont le nom est assez facile à retenir : Turbobier ! Un groupe qui joue vite, qui picole et qui déconne, oui, c'est bien du punk. Entre le punk mélodique plus old school, les Autrichiens enquillent les titres en teuton comme ils vident les chopes de leur bière avec plus de mousse que d'alcool. Je n'ai donc aucune idée de ce qu'ils racontent mais ça doit être assez marrant au vu des clips et du nom de l'opus Das neue festament, et le blasphème ne s'arrête pas là avec en artwork, une version revisitée de La Cène avec un Lemmy Kilmister dans le rôle de Jésus, bien plus d'invités que d'apôtres et de quoi boire toute la soirée. Sur leur base punk déconnant, le quatuor varie quelque peu les ambiances avec un poil de ska ("Die Heilige bierbel"), des parties plus rock ("A mensch is a mensch"), des titres plus posés ("Insel muss inseil bleiben", "Frei sei" - avec une petite coquille sur le chiffre romain en tracklist -) et d'autres bien plus speed ("Punkfahrrad")... Si leurs textes peuvent être un point fort (les germanistes seront seuls juges), ils ne sont pas un handicap puisque l'album se sirote d'une traite. Patron, la petite soeur.