rock Rock > Les Thugs

Biographie > Assassin's Creed

Fin 1991 ou début 1992, je ne sais plus exactement, mais quand je découvre Nirvana, j'ai 14 ans. Je suis dans la cible et touché en plein coeur, je ne les verrais jamais en concert mais j'ai leur TShirt sur le dos et en bon teenager j'ingurgite tout ce qui approche ces génies. C'est via la presse que je découvre l'existence d'un groupe angevin qui enregistre à Seattle son album As happy as possible, on est en 1993 et c'est même le label culte Sub Pop qui le distribue aux Etats-Unis. Ces mecs vivent le rêve américain (même si la réalité est plus dure) et sont cités par Kurt himself. Les Thugs. Comment ne pas être marqué par leur musique à cette époque-là ? L'étiquette "grunge" leur est collée sur le dos alors qu'ils jouent leur punk rock crado depuis les années 80 et dans la foulée de Nirvana (ils sont invités par Cobain à jouer avec eux en 1994), ils atteignent le leur, se payant même le luxe d'aller chez Steve Albini, alors en pleine période Shellac et producteur d'In utero, enregistrer leur Strike en 1996. Le grunge passe puis trépasse. Rideau. Le groupe disparaît jusqu'aux 25 ans de Sub Pop, les frères Sourice et Thierry Méanard se reforment exceptionnellement pour deux dates à Seattle, en enquillent quelques autres en France, enregistrent les concerts et 4 ans plus tard nous offrent ce digipak comprenant le CD live du concert de Bordeaux, le DVD du concert capté chez eux à Angers et un autre DVD avec le gros documentaire "Come on people !" et bien entendu des bonus !

Les Thugs / Chronique DVD > Come on people !

Les Thugs - Come on people ! Par où commencer ? Le CD du concert de Bordeaux ? Allons-y ! Petit coup d'oeil à la setlist : elle fait la part belle aux années 90, celles de I.A.B.F., As happy as possible, Strike et Nineteen Something, on ajoute quelques oldies et on a de quoi faire un concert avec ce qu'il faut de rage, de sueur et d'idées engagées, en témoigne leur cultissime "Stop the war". Le son est très bon, on distingue bien le gras de la disto et les attaques sur les cymbales, c'est simple, on s'y croirait... en mieux ! Les Thugs ne perdent pas de temps en chemin si ce n'est pour annoncer quelques titres et remercier ceux qui le méritent, on a donc du son, du son et du son comme à la belle époque car les gaillards ne semblent pas avoir trop vieilli, en tout cas, ils ont toujours l'envie d'il y a 20 ans.

Le DVD 1 c'est donc le fameux concert d'Angers, le groupe entre en scène dans la lumière rouge et comme partout envoie ses fans au septième ciel dés le premier tube "As happy as possible". Caméra plan large fixe, caméra 3/4 face fixe, caméra de dos quasi fixe, seules deux caméras semblent avoir un cadreur qui donnent un peu d'action (mais aussi de flou avec un effet pas forcément heureux), avec l'incroyable faiblesse des jeux de lumières (du rouge et du blanc, même pas un peu de rosé pourtant spécialité de l'Anjou !), voilà les deux principaux défauts de ce live. On a l'impression que techniquement, c'est un concert capté dans une MJC en 1986. Les mecs sont punks, d'accord mais de là à faire de telles lights et de filmer avec des caméras de surveillance, c'est un peu trop old school... Ou alors ils ne prévoyaient pas de le sortir en DVD mais ça n'excuse tout de même pas l'absence de plan de feux. Pour le reste (et le plus important soit), Les Thugs envoient le bois durant 25 titres, 6 de plus que sur le CD (et oui, il y a plus de "place" sur un DVD !) et si "Stop the war" n'est étrangement pas dans la set-list, on a 7 autres titres dont leur reprise de "Moon over Marin" des Dead Kennedys. La salle a encore assez d'énergie pour le rappel lancé avec "Allez les filles" et se terminera avec le très punk (et très vieux car c'est un des premiers titres enregistrés par le groupe) "You say why ?".
Et comme si ça ne suffisait pas, le groupe amis deux bonus dont des vidéos captées lors de l'enregistrement de Strike.

Enfin, le DVD 2 offre en plat de résistance "Come on people" le documentaire tourné lors de leur "non reformation" (en 2008 donc) et sorti en 2010. 1h15 à passer avec Les Thugs depuis l'élaboration de la setlist jusqu'au concert de Seattle en passant par la redécouverte de leurs propres titres... Durant ce temps, le groupe nous parle de ses origines (depuis le local de répét' d'IVG !), des premiers concerts (avec des images d'archives collector), nous fait vivre la mise en place du "non-reformation tour", les concerts "à la maison", leur retour à Seattle avec l'histoire de la signature chez Sub Pop et on apprend qui dit "come on people" mais aussi "too smart to be famous"... Pour accompagner ce docu on a en bonus les 7 clips ou plutôt compilations d'images avec de la musique sont également disponibles mais également "Les Thugs aux tonnelles" un petit live dans un restau du Maine-et-Loire en septembre 2008 et "Les lendemains qui chantent" un mixage de plusieurs titres sur des images plutôt expérimentales entre reportage policier et théâtre contemporain en mode "air pogo".

Fin 2012, j'ai 35 ans et je remercie Les Thugs pour ce Come on people ! parce que je rajeunis de 20 ans à chaque écoute...