rock Rock > This Will Destroy You

Biographie > TWDY

Originaire de San Marcos au Texas (USA), This Will Destroy You voit le jour en 2005 et dès ses débuts, oeuvre dans un registre orienté post-rock, exclusivement instrumental et très atmosphérique. Très rapidement, le groupe met en boîte un premier EP, totalement autoproduit qu'il distribue en CDr lors de ses concerts. L'année suivante, cet effort inaugural intitulé Young mountains est repackagé puis réédité par le label Magic Bullet et permet au groupe de s'attirer les faveurs d'une critique plus qu'élogieuse à son sujet. Mais celui-ci prend son temps et livre finalement son premier album long-format, éponyme, en 2008, confirmant tout le bien que ladite critique pensait de lui. Un split (avec le groupe Lymbyc Systym) et un EP (Moving on the edges of things, 2010) plus tard, TWDY ouvre notamment pour les Deftones aux USA et sort en 2011 son deuxième album studio, Tunnel blanket.

This Will Destroy You / Chronique LP > Tunnel blanket

This Will Destroy You - Tunnel blanket Avec son patronyme qui irait comme un gant à n'importe quelle grosse machine metalcore US, This Will Destroy You fait bien plus simplement marquer les esprits avec un nom accrocheur. Et pour cause, il le porte mieux que personne ne serait-ce que sur le morceau inaugural de son quatrième enregistrement studio, un "Little smoke" aux douze minutes et six secondes d'un déluge émotionnel à nul autre pareil. Le premier contact avec ce Tunnel blanket s'effectue donc par le biais d'un morceau-fleuve, post-rock certes mais au sens le plus pur, le plus "violent" également, du terme. Une muraille de décibels infranchissable qui, une fois passée l'intro ambient éthérée, se dresse devant l'auditeur, une déferlante post-rock/core littéralement destructrice qui vient s'écraser contre elle encore et encore pendant que les éléments se déchaînent tout autours. Déchirant. Et quand vient enfin le calme, la paix retrouvée, le sentiment d'apaisement ataraxique n'en est que plus absolu.

Il trouve son écho sur les titres suivants, qui après le chaos intérieur instillé par le "Little smoke" d'ouverture, s'aventure dans des contrées aux atmosphères bien moins ombrageuses et tourmentées, appelant à l'évasion sensorielle ("Glass realms") avant que "Communal blood" ne fasse replonger le mélomane dans un océan d'éréthisme contagieux. Des poussées de fièvre et de tourments qui rythment l'album au gré des variations de tonalités, elles-mêmes sujettes aux changements d'humeur d'un groupe qui passe ainsi de la saturation nerveuse à la contemplation vaporeuse en quelques instants ("Reprise"). Là où parfois les TWDY cèdent à la facilité, c'est justement dans ces longues nappes ambient/drone/shoegaze séraphiques dont ils abusent sur certains morceaux ("Killed the lord, left for the new world", "Osario") surtout quand elles ne s'accompagnent de rien d'autre, si ce n'est quelques petites bizarreries électroniques parsemant un ensemble assez insaisissable, parfois désincarné, laissant ainsi l'auditeur flirter avec les affres d'un ennui naissant. Une petite baisse de régime qui intervient à la moitié de l'album et que les Texans parviennent à corriger de la meilleure des manières. Avec le très beau "Black dunes" libérant des torrents de mélancolie douloureuse d'abord, puis "Powdered hand" ensuite, archétype de l'épilogue à l'élégance épurée dont les dernières lignes mélodiques s'enfuient lentement, inexorablement vers l'horizon. Cette fameuse lumière diaphane au bout du tunnel...

A écouter absolument : "Little smoke", "Communal blood" et "Black dunes".