Tang : This quietness booms about on the walls like birds in panic Signé chez Emolution Records (et distribué par Overcome), le groupe sort le 1er juin 2003 un album 8 titres, enregistré en décembre 2002, mixé en janvier 2003 par Stéphane Buriez au LBLab, masterisé par JP Bouquet This quietness booms about on the walls like birds in panic (!) sort dans un digisleeve sombre et travaillé, il bénéficie donc de tous les atouts (label, producteur, mixeur [? - sic], masteriseur [? - resic] et distributeur) pour que le groupe poursuive sa marche en avant.
Ceux qui ne découvriront pas Tang avec cet album seront un peu déçus de retrouver les trois titres du précédent maxi ("She died in june", "Afterburner" et "Sundown camp"), mais c'était prévu et la qualité sonore a encore augmenté... Comme ces titres sont tous trois détaillés sur cette page, je ne reviendrais pas dessus pour parler des 5 autres... Pour parler de la belle intro de basse et des attaques de guitares de "Flicker sister", de la pesanteur coupable de "Fistful of twice", des envolées assassinées de "Sedate //", de la douceur de "Tour-de-force" qui s'électrise peu à peu, du dynamisme hurlant de "Vegas of tears"... Malgré un titre en français ("Tour-de-force" est un instrumental), Tang parle, chante, hurle et pleure toujours en anglais, loin du français de Gantz ou Gameness, les Lillois s'en tirent bien avec leur accent français qui leur donne un certain charme.
This quietness booms about on the walls like birds in panic (déjà surnommé Quietness par les intimes qui veulent gagner du temps) arrive au bon moment pour Tang, le mouvement emo core prend de l'ampleur en France, eux baignent dedans depuis plusieurs années et auront déjà bien fait leur trou avant que les arrivistes ne comprennent que ce style peut plaire dans l'hexagone.