TAD - Salt Lick Pendant que Sub Pop continue de signer des groupes devenus cultes (L7, Fugazi, Les Thugs, Dinosaur Jr, Unsane, Rollins Band...), Tad part en Europe accompagner Mudhoney, on est fin 1989 et le groupe du blondinet Mark Arm prend également dans ses valises Nirvana, s'il est évident que Mudhoney assure la tête d'affiche, chaque soir, c'est à pile ou face que Tad Doyle et Kurt Cobain jouent pour savoir qui ouvrira la soirée. En rentrant au pays, Tad enregistre de nouveaux morceaux avec Steve Albini, un producteur qui s'est fait remarquer en façonnant la couleur musical des Pixies, de The Jesus Lizard et des Pussy Galore, les Breeders n'ont pas encore sorti leur album, mais Albini a déjà mis sa patte sur leur son également, il continuera ensuite de marquer les groupes par son style (Helmet, PJ Harvey, Nirvana pour In utero pour être trente ans plus tard une icône). Salt lick est donc un six titres aux sonorités plus travaillées, ça reste du grunge mais c'est plus propre, déjà plus pro. En février 1990, la chaîne alternative encore "avant-gardiste" qu'est MTV censure Tad, elle ne fera pas la même erreur plus tard, profitant largement du succès de "Smells like teen spirit". En attendant, les deux groupes tournent ensemble à travers les États-Unis puis la bande de Kurt part en avril enregistrer des titres chez un certain Butch Vig. Pas mieux organisé mais plus froid au rendu (même remastérisé par Endino), cette réédition de Salt lick est enrichie du titre "Damaged" paru plus tôt sur le split mais également de "Loser" et deux autres morceaux sortis sur des singles.