rock Rock > Serena Ryder

Biographie > Se lancer dans la pop-folk en 2004 ?

Du haut de ses 21 ans, Serena Ryder peut être fière d'avoir été élevée dans une famille de musiciens et d'avoir suivi cette même voie. Dans les registes pop, folk et country; ayant écouté les plus grand(e)s : Aretha Franklin, Ella Fitzgerald ou Leonard Cohen et s'étant adonnée à plusieurs instruments, Serena a réussi à puiser au coeur de ces artistes et de son âme afin de délivrer sa musique pleine de subtilités. Hawklsey Workman -gage de qualité- a produit et réalisé son premier album Unlikely emergency, cet appui de taille devrait l'aider ainsi à s'installer confortablement dans un registre pourtant déjà sillonné depuis de nombreuses années par une pléthore d'artistes.

Serena Ryder / Chronique LP > Unlikely emergency

Serena Ryder : Unlikely emergency Avec cet album, Serena Ryder compte bien rentrer dans la cour des grandes. Tout d'abord, le son est très correct, fluide à souhait, chaque instrument prend sa place fort logiquement et les arrangements sont particulièrement bien effectués ("Just another day", "Unlikely emergency" ou encore "Skin crawl"). Maniant tout aussi bien la guitare (basse ou non), le banjo, la batterie mais aussi l'harmonica et les divers claviers, cette femme-orchestre insuffle de réelles vibrations grâce à sa voix travaillée depuis de nombreuses années. Ses cordes vocales doivent être l'instrument qu'elle maîtrise le mieux puisqu'elle explore des gammes très variées tout au long de son premier long effort. Alors qu'elle succède à la très surprenante intro "Sing sing ", "Again by you " pourtant une jolie composition, est malheureusement trop "cliché " à cause de cette répétition couplet/refrain à mon goût trop excessive. Heureusement, le reste de l'album est d'une bien meilleure facture. Je reviens rapidement sur la première piste du disque ("Sing sing ") qui semble être tirée du ténébreux Folklore des talentueux Sixteen Horsepower. Ce court morceau, très réussi entre tout de suite dans la tête de l'auditeur, et lui communique immédiatement l'envie de chanter à son tour. La douceur de "Daydream" contraste avec la fougue d'un "And some money too" et permet d'élargir la palette de ce dont est capable la musicienne. "Every single day" morceau folky réchauffe l'ambiance autour de sa rythmique chaloupée. Certaines compositions valent réellement le coup, comme "Unlikely emergency" ou "Skin crawl". Pour clore l'album, Serena Ryder remet au goût du jour et de façon a capella "At last", morceau déjà remis sous les feux des projecteurs par Etta James en 1961! Pour certains, l'ensemble pourra être qualifié "d'easy listening" mais il n'enlève rien aux qualités de chanteuse de la demoiselle. Ce disque frais et subtil, subtilisant à la fois au folk, à la pop ou au blues sera une carte de visite de qualité pour qui saura l'apprivoiser.