rock Rock > Parabellum

Biographie > une histoire de flingue


Il existe quelques noms dans le paysage punk français qui évoquent toute une époque, avec les Bérurier Noir et Ludwig Von 88, celui de Parabellum me rappelle une partie de ma jeunesse (et merde, ça fait discours ancien combattant...), combien de groupes de punks avec ou sans chien ont joué dans des petits cafés sans autre prétention que de partager leurs bières et leur sueur ? Et dans ceux-là, combien n'ont pas joué "Anarchie en Chiraquie" ? Car ces groupes "cultes" ont tous laissé des hymnes qui ont traversé le temps... De 1984 à 1991, les Parabellum ont joué partout où c'était possible et ont marqué l'histoire... Aprés avoir rendu les armes, ils les ont repris à la fin des années 90' (1997 exactement, "On serait des cons de ne pas continuer") pour des albums studio mais aussi du live, du best of, de l'intégrale... A l'heure du DVD (2005), Schultz (leader emblématique), Sven (les riffs, c'est lui aussi), Oliv (bassiste) et Xavier (batteur) proposent leur Anthologie vidéo.
En 2007, le groupe nous balance un énorme Si vis pacem, preuve s'il en fallait, qu'ils sont toujours en pleine forme.

Parabellum / Chronique LP > A voté

Parabellum - A voté
Malgré leur tentative de rajeunissement ("Osmose 2012", 13 ans après l'autre), ça fait plus de 25 ans que les Parabellum envoient leur punk rock à travers les amplis et si je n'ai jamais été un grand fan de la bande à Schultz (qui n'est pas non plus "Le nouveau président" quoi qu'ils en disent), il faut bien avouer que ce nouvel opus se laisse écouter aisément. Les papis font plus que de la résistance et entre deux attaques politico-économiques nous arrachent de larges sourires ("C'est pas fait pour un mec comme toi" ou les déboires de leur charismatique leader avec une armoire suédoise en kit). Entre anarchie et provocation ("J'en ai rien à foutre"), Parabellum déroule ses textes et ses riffs sans trop ralentir les rythmes et lâche de temps un temps un petit solo à l'ancienne. Les mecs ne révolutionnent rien mais l'assument, claquant tout simplement de bonnes rimes sur de bons riffs. Et basta.
En pleine période électorale (oui, on a du retard), A voté m'a permis de me rabibocher avec une certaine idée du rock punkisant chanté en français après la désillusion de The Hyènes. Et franchement c'était pas gagné !

Parabellum / Chronique LP > Si vis pacem


Parabellum - Si vis pacem Dans ma vie d'amateur de rock 'n' roll à l'état brut, il y a pas mal de groupes que j'apprécie vraiment en concert sans m'être grandement intéressé à leur carrière discographique. Parabellum fait partie de ceux là. J'ai toujours kiffé leur live, mais je serais incapable de citer dix titres de leurs nombreuses chansons. Après, en concert, c'est machine de guerre, punk rock à l'ancienne, les mecs sont coolos et leur guitariste Sven complètement barge. Et puis, mine de rien, Schultz est un phénomène. Un mec déjà là aux grands débuts de l'alternatif. Un sacré personnage, qui respecte son prochain et qui mérite d'être respecté. Tout cela pour dire qu'Oli m'a fait un beau cadeau en me faisant parvenir la dernière production des parisiens. Bien sûr, du grand Parabellum des débuts, il ne reste plus grand monde. Mais ce Si vis pacem est une excellente surprise. Primo, car le son des guitares et le bass-batt' est énorme. Dès "Comme un héros", le premier titre de la galette, ça envoie sévère. Premier morceau lourd, lancinant, Schultz arrange sa foule à la manière du Lofofora qu'on aime tant. Jouissif, tout simplement. Et puis, tout y est : rythme entraînant, refrain accrocheur, et même si le chant n'est pas d'une précision chirurgicale, ça le fait. Point barre. De toute façon, le punk rock, c'est ça : de l'énergie et de l'efficacité primant la perfection. Schultz est remonté à bloc, derrière ça suit, mince alors, 25 piges dans le circuit et toujours cette même envie, cette colère brute de décoffrage. Et en 2007, Parabellum envisage toujours son envie d'en découdre par le punk (la déclaration d'amour musicale "Tant qu'il y aura des watts", "le Boxon", "Mission démago", "Pourquoi tu t'inquiètes" très destroy, le pogotant "Sale gueule") tendant vers le rock 'n' boogy rock (l'excellent et énergique "rock 'n' roll classe affaire", "J'ai ramassé", "c'est pas gagné") et même vers des ballades punchies ("Noir sur bleu" et "Bang Bang", seul titre chanté en anglais). Parabellum ne parle jamais pour ne rien dire, la contestation est toujours au menu du jour, la noirceur est d'actualité, mais la rage et l'espoir tiennent le bon bout dans un disque de bonne facture. La voix rauque et envoûtante de Schultz est incontestablement le point fort du quatuor énergique et ses textes hautement inphilosophiques (euh, ça existe ça ?) vont à l'essentiel : c'est le bordel, le sarkosysme est en route, on va en baver, mais eux le savent, ça fait 25 piges qu'ils dénoncent le chaos ambiant. Alors voilà, Parabellum ne se fait pas d'illusions. Et c'est ça leur force : ils n'ont pas changé leur fusil d'épaule. Rien à branler, le rock 'n' roll, ils l'aiment, et comptez pas sur eux pour jouer de la musique tendance. Leur créneau, c'est la musique électrique, badaboum, tant qu'il y aura des watts, les Para seront là. C'est tout ce qu'on demande. Même s'ils n'ont pas sorti l'album de leur vie, Si vis pacem reste une galette très appréciable, et ça donne surtout une bonne raison de revoir une nouvelle fois le groupe en concert. En tout cas, moi, j'y retourne !

Parabellum / Chronique DVD > Anthologie vidéo

parabellum : anthologie video Que recèle cette Anthologie vidéo ? Et bien tout plein de choses filmées en vidéo... Dingue ça... Ce DVD s'adresse donc aux fans absolus du groupe qui voudront encore mieux le connaître et le découvrir un peu dans l'intimité (de leur piscine ?)... Si ce n'est pas un DVD live, on trouve tout de même pas mal d'extraits au cours du documentaire "Retour vers le "no future"" dont la reprise du cultissime "Cayenne" en intégralité (mais que font les parlementaires ?) et 3 titres live avec l'incontournable et toujours d'actualité "Anarchie en Chiraquie" (le titre date de 1988...). Et comme Parabellum est d'abord un groupe de live, ils ont placé 6 titres "live à la télé", quoi les Para à la télé en France ? Et pour 6 titres ? Ils sont tous extraits de l'émission Rock presse club que Philippe Manoeuvre avait sur Canal Jimmy, un plateau quasi vide, 3 spots et un son trés propre pour une autre façon d'écouter le groupe parisiano-lorrain, en effet ils s'amusent surtout à faire des reprises (les Beatles, les Rolling Stones, du Johnny et du John Lennon !).
Dans une Anthologie vidéo on s'attend à retrouver tous les clips du combo, là, c'est vite fait car il n'y en a que trois ("Cayenne", "A Saint-Lazare" et "Week-end d'enfer")... En bonus il y a le diaporama avec des photos, des pass, des flyers et quelques cartes postales, le tout défilant sur la musique des Parabellum bien évidement, nostalgiques s'abstenir !!!
Le gros du DVD ce sont deux documentaires, "Retour vers le "no future"" propose 35 minutes de paroles plus ou moins sages sur le rock et le star-systeme (avec la magnifique scène de la piscine), très sympathique d'entendre les lascars discuter de leur modeste condition de rockeur invétéré (et oui, aujourd'hui ils sont plus des rockers que des "punks"). L'autre docu s'étend sur pratiquement une heure et retrace la création de Bordel inside : composition, répétition, choix des titres, enregistrement, plantages, mixage, mastering (à La Source), pressage, on vit toutes les étapes de la création du disque et c'est un régal (et assez instructif, que l'on soit fan ou pas de Parabellum).