orange yeti D'abord lancé comme un petit projet folk en duo (Florian au chant, Ludovic à la guitare), Orange Yeti a très vite recruté deux autres Normands (Christophe à la basse, Alexandre à la batterie) pour former un groupe avec davantage de reliefs et de corps. Moins de deux ans après le début de cette aventure, on peut déjà écouter un très bel EP (artwork impeccable, son très propre) qui présente leurs choix. D'abord, celui de mêler le français et l'anglais pour varier les plaisirs et les tonalités, notre langue aseptise un peu l'ensemble conférant un léger goût de variété alors que l'anglais donne de la profondeur et de la hauteur. J'aimerais entendre moins de français mais le groupe perdrait de son identité... Ensuite, celui de ne pas uniquement faire de la pop mais d'y ajouter des moments riches d'instruments pour la teinter de post-quelque chose, celui aussi de prendre un ton parfois plus rauque au chant pour s'éloigner des sentiers battus et se rapprocher de l'esprit d'un Jeff Buckley ou d'un Eddie Vedder sans Pearl Jam. Enfin, le choix de se laisser porter par ses envies, quitte à faire voler en éclat une image un peu lisse et se transformer en groupe de rock ambitieux capable d'écrire "Elle s'efface", un morceau complexe, abouti et captivant histoire de nous tenir en haleine pour la suite.