rock Rock > L'objet

Biographie > de mon désir

L'objet est un trio composé d'Arnaud, Julien et Antoine. Le groupe est né à Lille en 2003, qualifie sa musique de "rock instrumental répétitif" et a déjà sorti quelques disques (L'objet en 2006, Monorail en 2007 et Plank en 2011) leur permettant de partager la scène avec Cercueil, Shipping News, Russian Circles, Troy Von Balthazar, Sharko, Cheveu... Bref, pas des nouveaux venus... A noter qu'ils sont également les fondateurs du label Structure Records sur lequel sortent les disques de L'objet mais également d'autres artistes comme Tall Paul Grundy et Le Polair...

L'objet / Chronique LP > Toucan

L'objet - Toucan A l'instar de ce nuage de fumée bleue qui est amené à disparaître, le groupe L'objet est insaisissable et reste l'un des groupes lillois les plus fascinants. Après un Plank hypnotique et motorik en diable, les voilà de retour avec Toucan via leur propre label Structure Records. Et si Plank lorgnait véritablement du coté de l'Allemagne de Can et Neu!, Toucan semble plus que jamais une belle ode au métissage mais en intégrant cette fois-ci des influences afrobeat et exotica. Le propos est beaucoup plus électronique, majoritairement instrumental, hypnotisant en diable et toujours sacrément charmeur pour les oreilles avides de musique qui décloisonne les oreilles. L'album se termine sur un "Toucan" de plus de 7 minutes vraiment beau : on croirait volontiers à une coopération décentralisé entre l'Allemagne et les musiciens issus du mouvement éthiopique. Ce qui résume parfaitement l'état d'esprit de L'objet. Faire le pont entre des influences datant de quelques décennies et aussi une volonté de sonner moderne. La classe quoi...

Chronique Compil : L'objet , Farfi(z)a Sessions

L'objet / Chronique LP > Plank

L'objet - Plank Difficile de qualifier la musique de L'objet tant elle pioche à droite et à gauche avec pour - retiens ta respiration, c'est bon relâche -... objet la singularité. Toujours est-il que l'ensemble est mécanique et hypnotique, tendu et racé, efficace et immédiat; et Plank envoute dès les premiers instants. "Herbie", le premier titre augure déjà du très haut niveau. "Herbie" parce que Herbie Hancock ? Ich weiss nicht. En tout cas, la musique de L'objet enivre comme une énorme bouffée d'une cigarette au gazon que l'on se délecte d'expirer de nos poumons. La rythmique est sèche et bucheuse, saupoudrée de mélodies subtils qui chopent les oreilles, le chant est très vague-froide et, on le verra par la suite, n'interviendra qu'à une seule reprise... On adhère d'emblée et accueille les autres pistes avec la même envie de découvrir Plank. Surtout que ce niveau, dont je te parlais plus haut, va se maintenir jusqu'au terme des 6 pistes. "O Jim" sent les mêmes influences (Tortoise et Slint pour le squelette rythmique, Sonic Youth pour les salissures) mais avec la digestion nécessaire pour qu'au final, on y pense jamais. Chez L'objet, on époussette soigneusement derrière son passage en faisant bien attention de ne laisser aucune empreintes digitales. Le morceau se termine sur une tension malmenée assez délectable et en poursuivant, on s'aperçoit rapidement que toutes les étapes de Plank ont quelque chose de spécial à offrir. Que ce soit les atmosphères éthérées de "Plateau", la redite d'"Herbie", les "tribalités" de "360" (la trame rythmique me fait penser au "Gyroscope" de Boards Of Canada), on a là une pièce aboutie de A à Z, transpirant la passion des musiciens. Bref, la musique est excellente. La pochette et le vinyle sont très classieux. Un sans faute. Avec l'énergie du live, il doit se développer un truc pas anodin avec Plank.

[fr] Ecoute l'Objet: Bandcamp (38 hits)External ]