rock Rock > Nevraska

Nevraska / Chronique LP > Grave romance

Nevraska - Grave romance Enthousiasmant, le premier deux titres de Nevraska était une excellente carte de visite de l'univers du groupe formé en 2013. Bluffant est ce premier album tant il marque immédiatement les esprits et enfonce le clou bien profond : les amateurs de rock majoritairement instrumental avec un gros son seront forcément comblés par la maîtrise du combo quand il s'agit de composer des titres accrocheurs et variés. Et qualifier la musique de Nevraska de rock est clairement réducteur tant leur identité semble piocher dans bien des ramifications pour aboutir à un tout singulier.

Dès le premier titre, "Dux bellorum", c'est la fête à le décibel et Nevraska assène de suite un rock cinglant, blindé de qualités soniques pour un résultat galvanisant. Quelques moments jouissifs plus tard et une dynamique d'enfer, on songerait presque à se dire que cet album est un brin monomaniaque dans la tonalité que le groupe nous fait largement mentir en proposant un titre chanté ("Reason to claim"), des samples qui viennent varier les accroches et les plaisirs ou un morceau qui se voit doté d'un nette changement d'ambiance ou d'instrumentation, comme le piano de l'assez excellent "Kollapse".

Pas le temps de dire ouf que l'album est déjà arrivé à son terme. Dire que ces 11 titres passent comme une lettre à la poste est un doux euphémisme. Nevraska a frappé un grand coup avec Grave romance qui cumule des atouts massifs : un songwriting de qualité, une identité musicale et visuelle affirmée, une prod' en béton armé... Bref, c'est du très haut niveau !

Nevraska / Chronique EP > Nevraska

Nevraska Composé de Cyril (ex-Inner Suffering) à la batterie et de Pascal (ex-Human Side) à la basse, Nevraska balance deux titres en guise d'apéro avant la sortie de leur nouvel album qui devrait débarquer prochainement. Et ça balance plutôt bien... C'est avec les muscles bien visibles que commence "Lirû", un titre heavy et carnassier comme du Mastodon, véloce comme un brûlot de chez Pneu. Pas de chant chez Nevraska, le groupe agrémente sa musique de petits samples qui viennent apporter encore un peu plus d'impact à un titre qui n'en manque déjà pas. Le deuxième morceau, "Nebula", est là aussi une belle carte de visite pour les amateurs de musique instrumentale qui tabasse tout en ne négligeant pas les accroches mélodiques et l'immédiateté.
Deux pistes, c'est court, d'autant plus qu'elles sont assez succinctes et vont à l'essentiel, mais cela dit, c'est largement suffisant pour juger du potentiel d'un projet. Et chez Nevraska, potentiel, il y a. Et comme les deux pistes sont en téléchargement libre via leur bandcamp, tu vas pouvoir juger sur pièce et t'imprégner de la maitrise des deux gaillards. De notre coté, on attend la suite des hostilités avec une certaine impatience.