Narrow Terence - Rumble-O-Rama Paru le 3 février 2017 sur le label Sounds Like Yeah, Rumble-o-rama est le quatrième opus de Narrow Terence. Derrière la tête de chauve-souris de l'artwork se cache douze chansons nées du crépuscule et de la brume.

Guidé par la mélancolie sur "My fall", le chanteur amorce l'aventure sur un chant tamisé. A la guitare acoustique viennent s'ajouter cuivres et percussions. Ces derniers appuient la voix tout en lui laissant la place centrale. La petite ballade tapant presque cinq minutes au chrono est passée en un clin d'œil. Les douceurs ne durent pas toujours et c'est avec le titre éponyme que Narrow Terence souligne cette idée. Les percussions démarrent au galop et un refrain pop mais speed prend place. Celui-ci revient comme un leitmotiv un peu trop entêtant au fil de la chanson. Ce qui devrait être un tube ou un single a minima est le bémol du disque. Bref, embrayons sur la suite. "Misery's dust" est bâtie autour d'un chant clair et plein de vie. Pour changer d'atmosphère, "Tic toc" - inspirée par le film Shining de Stanley Kubrick - est quant à elle une danse magique pour automates. Un truc funeste tout droit sorti d'une nouvelle d'Edgar Allan Poe.

"5 letter word" nous oblige à un peu d'histoire pour sa référence. En 1998, l'album Adore des Smashing Pumpkins faisait sa sortie et comprenait notamment le titre "Ava adore". Écrites de manière métaphorique, les paroles révèlent difficilement leur sens et les interprétations sont multiples. Quoi qu'il en soit, Narrow Terence semble avoir bien cerné le sujet. "5 letter word" est écrite en réponse à la chanson de Billy Corgan. Elle démarre par un accompagnement au piano sur lequel le chanteur prend la voix rocailleuse d'un Tom Waits pour souffler le chaud et le froid.

Plus loin, "Dust and tar" dont l'ambiance ensorcelante et poétique est retenue juste assez pour sentir les démons qui habitent le titre. "Blank page" se signe comme la seule piste instrumentale et rend hommage au compositeur de musique de films François de Roubaix. Dirigée à la manière d'un orchestre, elle est teintée des tonalités chaudes du sud. Enfin, Troy Von Balthazar (Chokebore) vient compléter la formation au chant pour "Monster". Narrow Terence prend soin de boucler son spectacle en beauté pour nous emmener superbement dans l'œil du cyclone.