miocene_cover Entre le rock/métal alternatif toolien de Refining the theory et le mini-album concept éléctro-rock Cellular memory, il s'était écoulé un peu moins de deux ans et Miocene avait alors surpris l'auditeur en lui offrant deux disques radicalement différents mais en tous points excellents. Trois ans après son second effort, le quartet londonien est de retour, avec sous le bras son premier LP, un album intitulé A Perfect life with a view of the swamp dont, paradoxalement, on attendait forcément beaucoup, sans savoir justement à quoi s'attendre exactement...
On s'imaginait bien que Miocene était parfaitement capable de nous envoyer dans les oreilles un album situé au croisement diabolique de ses premiers essais et c'est dans cette optique que l'on entre dans cet album en découvrant le puissant et très métallique "A Message from our sponsors", un titre où le groupe déverse sa rage brute, avant d'enchaîner sur l'éléctronique et plus feutré "A colloquial drug terminology". Deux premiers morceaux parfaitement antithétiques qui montrent encore une fois que le quartet Miocene est très loin d'être un groupe comme les autres. Eléctro glaciale mélangée à un trip-hop jazzy raffiné d'une part et un métal alternatif agressif d'autre part, le groupe sait mieux que quiconque manier les genres et les ambiances, le tout avec une maîtrise formelle assez remarquable.
Entre éléctro-trip-rock et rock/ metal rageur, le groupe nous sert à l'occasion du titre Autopia un rock toolien, quelques riffs et rythmiques massifs, complexes et inspirés un peu à l'image des titres qui avaient marqué l'auditeur attentif sur Refining the theory ("9mm high & rising" notamment). Alors que Miocene s'affirme largement à la hauteur de ce que l'on était en droit d'attendre du groupe avec deux EP particulièrement prometteurs, on peut être quelque peu déçu par les trois interludes éléctro minimalistes et un peu abscons que recèle cet album, d'autant qu'en l'espace de 14 pistes, cela fait beaucoup de pauses...
Cependant Miocene reste Miocene, et quoiqu'on en dise, difficile de rester sur une note négative à l'écoute de A Perfect life with a view of the swamp, tant le groupe parvient à nous mettre à genou avec des titres tels qu'un "The fall" à la puissance dévastatrice, aux rythmiques incisives et aux riffs atomiques, ou un "Sympathy for Gordon Comstock" sismique, aux lignes de guitares qui peuvent rappeler les titres les plus massifs d'Oceansize.
A l'image d'un "Dyonisus" aux deux visages (rock calme aux textures éléctroniques/métal agressif torturé), ce premier album de Miocene apparaît comme un puissant hybride entre éléctro rock trempé dans l'azote liquide et metal tectonique complexe, une oeuvre résolument ambitieuse, une vague déferlante sonique à la hauteur d'un groupe aux limites encore difficiles à cerner. Impressionant.