rock Rock > Marcel et Son Orchestre

Review Concert : Marcel et Son Orchestre, Marcel voit Rouge

Review Concert : Marcel et Son Orchestre, Soirée M

Interview : Marcel et Son Orchestre, La vérité, toute la vérité ! (septembre 2003)

Interview : Marcel et Son Orchestre, l'interview bretonne (juillet 2000)

Marcel et Son Orchestre / Chronique DVD > C'est ma dernière surprise party !!

Marcel et Son Orchestre - C'est ma dernière surprise party !! Alors que certains attendent 27 ans pour disparaître et devenir cultes (ou pas d'ailleurs), Marcel et Son Orchestre a rendu ses armes après 26 ans de cons et loyaux services. Histoire de nous faire encore plus mal en partant, ils ont décidé de foutre l'Aéronef sans dessus dessous deux soirs de suite, les 14 et 15 décembre 2012, et de filmer le tout pour nous faire regretter à jamais en DVD... C'est ma dernière surprise party !!, c'étaient deux concerts il y a un an, c'est désormais un double DVD+CD !

Tout du long des 6-7h de musique (environ), ça envoie du gros et du gras, ça dénonce dans la déconne, ça danse dans le délire, ça défonce les dentiers et ce en top qualité car les mecs savent déconner et faire les choses avec un professionnalisme sans faille. On attaque par l'objet principal, le disque versatile digital qui justifie cette sortie, celui de l'ultime dernier concert (avant le retour du fils de la vengeance ?), ou enfin des deux ultimes derniers live qui sont remixés pour n'en faire qu'un. Les deux soirs, les lascars ont joué 50 titres. Ouais 50. Rien que ça, y'en a tellement qu'il faut 5 pages sur le DVD pour afficher la liste. T'en prends donc pour plus de 3h de concert (autrement dit, il est très difficile de se faire le DVD d'une seule traite sans boire une bière... ou plusieurs) avec du Marcel endimanché mais aussi avec leurs costumes traditionnels (les vieux quoi !). Analyser dans le détail le show, c'est impossible donc je vais me contenter d'envoyer quelques lignes sur quelques moments un peu plus forts que les autres... Comme cet enchaînement de morceaux qui attaquent avec une version musclée de "62 méfie-te" que Mouloud annonce comme la dernière du concert, il faut dire que ça joue depuis plus 1h20, la blague peut fonctionner... Après les ballons, ce sont les confettis qui pleuvent sur l'Aéro et le public réclame "Marcel ! Marcel !" qui revient avec son orchestre mais également leurs copains Les Prout qui lancent une farandole sur du reggae dunkerquois ("Soirée Ferrero" et évidemment "Au marché"), dans la coulisse, les carnavaleux croisent Mat Bastard des Skip The Use venu pour montrer ses muscles ("Bodybuilding") et son côté punk ("Les neurones à crêtes"). Parmi les autres guests de choix, on retrouve bon nombre d'anciens membres du groupe (Jean Jean, Clodio , Edouardo, Damien, Fabrice, Luc, Laurent, David et son accordéon), les vieux potes que sont Les Fils de Teuphu et quelques autres que je te laisse découvrir... Un des autres grands moments, c'est forcément "Les vaches" où tout le monde s'assoit pour chanter et où tous ces invités viennent sur scène pour communiquer leur amour une dernière fois. Le temps des mercis, des bises et des larmes est arrivé, "ce n'est qu'un au revoir", Serge envoie le magnéto de "Brrr (au début elle est froide)" et Marcel et Son Orchestre embarque pour un dernier tour de bateau pneumatique sur un public aussi ému que le groupe... et nous devant notre télé...

Le deuxième DVD, c'est du bonus et des surprises, alors que ce soit clair tout de suite, si c'est ça "un bonus", y'a un paquet de groupes qui ont sorti des DVDs qui peuvent remballer car leur DVD est moins garni que le "bonus" de celui-ci ! Là en l'occurrence, c'est tout simplement gargantuesque.

Marcel et Son Orchestre chante avec un choeur de catholiques et les Symphonistes Européens en faveur de l'Association Française Des Intolérants Au Gluten : Kamoulox ! Et bien qu'on pourrait croire être dans un sketch de Kad & Olivier, tout est vrai ! C'était en décembre 2007 au Nouveau Siècle à Lille et assez exceptionnel. Frank (la version sérieuse de Mouloud) est atteint de cette maladie coeliaque et a répondu présent quand il a fallu monter un concert au profit de la recherche sur l'intolérance au gluten. Durant 13 titres, la salle suit les délires d'un Marcel des grands soirs qui n'hésite pas avec ses dizaines de comparses d'inverser les rôles, les musiciens et chanteurs en costumes échangent leurs fringues avec les costumés et que ce soit les choeurs ou les instruments classiques, rien ne freine la folie et la déconne ! Le résultat est bluffant, harpes et violons se mélangent aux plumes et aux boas, c'est un énorme boulot pour l'adaptation et une réussite totale. Rien que pour ce concert de "La symphonie sans gluten", l'achat du DVD est hautement recommandé !

C'est pas tout à fait la même ambiance pour la piste "Fais pas d'chichi" où Marcel et Son Orchestre et Les Prout s'unissent sur la scène du Kursaal de Dunkerque pour lancer des rigodons de carnaval avec les chansons du groupe phare de l'hiver dunkerquois mais aussi celles des Marcel. L'occasion pour moi de saluer un collègue, le Millot, qui avec ses camarades masquelours se fondent dans l'univers des Boulonnais à moins que ce ne soit l'inverse... C'est un sacré Méli-Malo, on est au mois de juin (en 2008) mais "Le Ouchouchouch" peut suivre "Bonne fête maman", les bandes ne font qu'un, le public ultra coloré s'éclate comme si on était en février place Jean Baert ! Comme pour le concert symphonique, la qualité de la vidéo, du montage, du son sont professionnelles, c'est un gros boulot même si on imagine que les Marcel ont moins bosser pour cette occasion que pour l'autre et qu'on a ici que 6-7 titres...

"J'ai 10 ans", c'est le concert acoustique donné en 2009 pour les 10 ans du Festival des Enchanteurs. Lumières plus douces, cadrages un peu plus approximatifs, le rendu est moins "grand spectacle" que pour les précédents live mais musicalement, ça vaut aussi le détour. Si entendre des versions presque calmes de "Les neurones à crêtes", "Brrr (au début elle est froide)" ou "Faire chier ma soeur" (j'adore) nous change, ce qui ne change pas, c'est le besoin de déconner de manière permanente entre les titres de Mouloud et sa bande qui ont toujours le mot pour rire, et les vannes sont différentes d'un concert à l'autre témoignant d'un don certain pour l'improvisation. Là encore (et toujours), le gang déguisé a retravaillé ses morceaux qui sont eux aussi sacrément maquillés même si on les reconnaît !

"Salon du livre de St-Louis", direction le Sénégal depuis la gare de Lille en ce froid mois de décembre 2008, on monte avec le groupe dans l'avion pour traverser la Méditerranée et jouer avec l'orchestre Teranga, une nouvelle expérience qui n'effraye pas les Ch'tis, bien au contraire, eux qui sont friands de rencontres. La vidéo n'est pas qu'un concert, c'est aussi un documentaire qui nous plonge au coeur de cette aventure au jour le jour et nous fait partage les repas, les répétitions, la construction de la setlist et nous laisse découvrir des musiciens sérieux quand il s'agit de préparer un spectacle. Musicalement le résultat est moins festif qu'à l'accoutumée et manque un peu de rythme pour m'emballer.

La seul vrai bonus de ce digipack (agrémenté au passage d'un mini poster à déplier soi-même), c'est le CD qui propose une sorte de best-of de la dernière surprise-party, 18 pièces qu'on peut écouter partout sans emporter son lecteur DVD, c'est toujours appréciable même si tout à chacun a forcément déjà dans sa discothèque Bornes to be en live ! voire le Youpii, Groovii, Heavii, Crazii, Sexii, Show !!!. Pas de "Bodybuilding", de "Fil à retordre", de "La grosse madame", "La fée dépovga", "Brr (au début elle est froide)", "Pantoufles", "Femmes mûres", "Shakaline", "Comme un balai" ou autre "Les vaches" mais ces standards-là tu les as déjà sur les autres live (et sur le DVD) donc autant profiter des titres plus récents.

Voilà, Marcel et Son Orchestre, c'est fini, rideau. Jusqu'à une reformation dans quelques années pour animer leur maison de retraite ? Ou avant j'espère car c'est le genre de groupe dont on a besoin ou puis, il n'a pas si mal vieilli Phil Collins...

Marcel et Son Orchestre / Chronique LP > Bon chic... bon genre !

Marcel et Son Orchestre - Bon chic... bon genre ! Après un album assez moyen (E=CM2) et malgré des concerts toujours aussi réjouissants, Marcel et Son Orchestre "devait" à son public de salon un opus de bonne qualité parce que, merde, on a le droit d'écouter du bon Marcel chez soi aussi non ? Et malgré une pochette un peu moins colorée et "riche" que d'habitude (bien que signée Charb, dessinateur chez Charlie Hebdo, Fluide Glacial, L'Humanité...) , il y a de quoi faire avec Bon chic ... bon genre !.
Blindés de références (aussi bien musicales -et hop un clin d'oeil au tube de Matmatah-, que cinématographiques -Mars attacks- ou humoristiques -une brève de comptoir pour "Pigeons / vaches" ?-), les 18 titres s'enchaînent sans fausse note malgré une certaine prise de risques (l'ambiance vieillote de "Tuma", le nawakesque "Comme les filles"...) et la grande variété de styles abordés (du punk "Restons calmes !" au disco "La baignoire de Cloclo").
Marcel fait du bon Marcel, jouant sur la corde de la déconne pas si conne ("Susceptible"), la corde sensible ("Tuma"), le cordon de la bourse ("Nous n'avons plus les moyens") et se lance dans les morceaux à suivre ("Raconte la suite").
Très sympa, le skeud s'arrête après la piste 18 qui est un pont vers l'oeuvre (n'ayons pas peur des mots) des Prout, un groupe emblématique du carnaval de Dunkerque (salut à toi collègue Millot !) avec la reprise d'un de leurs titres, "Au marché", un clin d'oeil renvoyé par les carnavaleux qui ont eux repris à leur façon "Soleil dans les bouchons". Un échange de bons procédés qu'on ne peut qu'encourager... Comme l'échange d'un peu de monnaie (réelle même si l'album était dispo numériquement avant sa sortie physique) contre ces nouveaux morceaux de gaîté qu'il faudra apprendre par coeur avant de les partager dans la chaleur d'un public déguisé...

Marcel et Son Orchestre / Chronique LP > E=CM2

Marcel Et Son Orchestre : E = CM² Depuis quelques années, on ne se fait plus guère d'illusions, les albums studios de Marcel et Son Orchestre n'atteindront plus le niveau de la trilogie explosive Sale bâtard, Crâne pas, t'es chauve ! et Si t'en reveux, y'en re n'a !!!!, non, "nos" Marcel sont devenus un peu plus sérieux dans les textes et leurs mélodies sonnent moins punks... mais surtout on a du mal à retrouver la folie furieuse que l'on connaît sur scène avec de nouveaux titres, fatalement... Le groupe a beau tenter de mettre un peu d'ambiance "live" dans ces titres (la fin de "Bonne fête maman" et ses 3... 4 ... ça va finir... maintenant..., terminant "La famille Ingall's" en sifflant un bel air...), rappelant en cela la "je suis en studio mais je m'en fous" touch de leur collègue et ami Didier Super (qui a le droit à un clin d'oeil dans "Un prénom pour la vie"), tout cela reste assez froid (surtout après une dizaine d'écoutes !). Malgré tout, chaque nouvel album recèle quelques nouveaux tubes, des titres qui deviendront des incontournables après la tournée... Si on ne devait en garder que deux de E=CM2 (trois fois deux ça fait six), ce serait "Qu'est ce qu'il a de plus que moi ?" (ce Bertrand) et "La famille Ingall's", avec un slip de Tarzan pour le premier et un refrain détourné (La jeunesse emmerde) pour le deuxième, car d'un point de vue tout à fait personnel c'est quand Marcel et Son Orchestre parle de la vie quotidienne ou s'attaque à des classiques qu'ils m'amusent le plus. Dans ce registre "Un prénom pour la vie" (Aujourd'hui qui oserait appeler son fils Deubeulyou, Jean Marie ou Adolf, Oussama ou Nicolas) ou "Soirée Ferrero" (Francky serait partant si y'avait pas Vincent) sont également très drôles à l'écoute mais un peu moins rythmés, ils auront plus de mal à s'imposer en live... Il faudra aller chercher les filles ("Nadia" ou "Sophie") pour chanter et danser ! Déconner et être trop sérieux ne vont pas trop bien ensemble, "Blasphème" prouvait le contraire, sur le thème de l'environnement, la mayonnaise prend moins avec un "CO²" dont les jeux de mots sont un peu capilotractés...
Avec E=CM2, les Marcel ne changent pas la formule de Un pour tous... chacun ma gueule ! : quelques titres excellents mais un ensemble qu'il faut écouter longtemps et découvrir en live pour en apprécier tous les titres dans la froideur de son chez soi...

Marcel et Son Orchestre / Chronique DVD > Bornes to be en live !

Marcel Et Son Orchestre : Bornes to be en live, le DVD Enorme !!! Tout simplement énorme ! Les Marcel et Son Orchestre ont fait extraordinairement fort avec ce double DVD Bornes to be en live !, les Marcels ont l'habitude de se moquer d'un peu tout le monde mais quand il s'agit de ses fans, on arrête la déconne et on sort un énormissime DVD ! Quant d'autres surfent sur le succés en sortant des DVDs "foutage eud'gueule", eux envoient 4h20 d'images sonores en couleurs. Premier DVD et première excellente surprises, Marcel et Son Orchestre ne s'est pas contenté de capter et d'éditer leurs énormes concerts lillois (toujours à l'Aeronef, là où Marcel voit Rouge), ils nous le présentent à la mode France 3 Régional du dimanche aprés-midi avec deux caricatures de présentateurs de foot avec moultes calembours et moultes frites, leur équipe sur le terrain, les questions fondamentales, l'arbitre... l'avant-match est blindé de bonne humeur et on les retrouvera pour envoyer les prolongations et terminer le concert... Un concert énorme avec fatalement tous leurs tubes ("Raoul et Alain", "62 Méfie-te", "Brrr (au début elle est froide)", "Ma soeur", "Pantoufles", "Skakaline", "Les vaches", "Médiseuse"...) et des titres moins évidents mais offerts avec maestria au public déchaîné ("Blasphème", "Procebal"), plus de 2h de show, prés de 30 titres, le tout avec de jolis plans de caméra, un son énorme et un montage qui permet de ne pas rater une seule action dans un décor Marcelesque ! Le CD sorti en même temps que le DVD n'est malheureusement qu'un trop bref résumé du DVD (mais il est bien utile pour avoir ce Bornes to be en live ! dans sa voiture).
Bref ce DVD rangé dans ce beau boîtier avec un livret hilarant est énorme. Mais queeeeuuuaaa ? Il y en a un deuxième (et oui, on a dit "double DVD" au début) avec des bonus et des malus... Enorme ! Les malus, c'est des petites conneries dont on retiendra surtout "Rolf und Gisela" et les fans de Marcel passés dans le vidéomaton. Les bonus sont 3 clips dont l'excellent "Tout le temps t'aimer toujours" et le travail volontaire d'animation sur "Les vaches", le "concert le plus court" du lancement de Lille 2004, à peine 1 titre et demi sera joué devant 150.000 personnes trop déchaînées pour que tout se déroule sans accroc, la marée humaine lilloise n'étant pas canalisée, le groupe préfèrera éviter de prendre le moindre risque. Le gros morceau de choix de ce deuxième DVD est le reportage "le rock c'est bien mais ça finit tard" au travers des Marcel et surtout de l'Orchestre, retour sur la génèse et quelques grands moments de leur vie (la Bretagne, le concert pour les salariés de MetalEurop, la fête de l'Huma, l'Olympia, les enregistrements...) avec des images d'archives et des interviews, un très bon doc.
On pourrait en parler longtemps, mais le mieux c'est encore de le voir et de l'écouter...

Comment ça, il y a quelques répétitions du mot "énorme" ? Mais puisque ce DVD est énorme, je ne vois pas pourquoi on ne le répéterais pas !!!

Marcel et Son Orchestre / Chronique LP > Un pour tous... chacun ma gueule !

Marcel : un pour tous "Ils se marient ! Unis pour le meilleur et pour de rire", avec la photo du mariage, c'est ce sur quoi on tombe en ouvrant le CD, malheureusement ils auraient pu laissé "pour le pire" car cet album n'est pas aussi génial que les précédents, on y trouve du très bon et du plus que moyen... "Petite culotte", premier morceau renoue avec le style du premier album, tout en délicatesse, sauf que le sujet ne fait pas autant rire que "Politiquement X", autres maladresses sur ce Un pour tous... chacun ma gueule ! la reprise de "Le pornographe", un peu molle, et le "Blasphème" très bien écrit mais qui plombe un peu l'ambiance. Car c'est ça qu'il manque sur cet opus, l'ambiance Marcel qui fait qu'on les aime. Dans une interview Franck assume le fait que le groupe doit aussi s'imposer comme un groupe de studio... Là, la production, très lisse, contrôle tous les débordéments que j'adore, Marcel et Son Orchestre est certainement trop sage... Mais il y a aussi du "meilleur" sur cet opus avec "Baisse la tête", "Minimum requis", "Proce'bal" qui dénoncent (Marcel, c'est de la dénonce à donf ! faudrait pas l'oublier !) ou qui taillent notre jolie société et des envolées punks ("La voix d'Alice", "Ma copine Cathy"). Et qu'on se rassure, Un pour tous... chacun ma gueule ! contient aussi des futurs tubes, je pense et j'espère qu'"Angélique" sera un de ceux-là, une de ces chansons sur lesquelles les scènes tremblent et le public chante à tue tête "Rudy peut pas / Sandra peut pas / Il peut faire mieux / Elle fait n'importe quoi...". L'album va nous ramener les Marcel sur scène, et c'est là qu'ils sont les plus forts, alors pour le bien de tous, je ferme ma gueule.

Marcel et Son Orchestre / Chronique LP > Youpii, groovii, heavii, crazii, sexii, show !!!

Marcel : le live Marcel et Son Orchestre, on ne connaît pas vraiment si on n'a pas vécu ça en live. Heureusement, ce sont des bourreaux de la scène et on a très souvent l'occasion de s'éclater avec eux. Pour ceux qui n'ont pas encore vécu un de leurs concerts et qui aimeraient avoir un petit aperçu ou plus simplement pour refaire les concerts de Marcel chez soi en karaoke, ils ont sorti un double live au printemps 2002 : Youpii, Groovii, Heavii, Crazii, Sexii, Show !!! Et comme ils ne font rien à moitié, c'est un double album (digipakisé pour les plus chanceux) avec 21 titres enregistrés durant les deux jours de folie Marcel voit Rouge (review plus bas). A part le final, tout est sur le CD qui contient en plus une plage multimedia que même les américains ils en font pas des comme ça (photos, vidéo du live, délires, liens internet...). Et bien sûr tout au long des 2 Cds (le deuxième ne contient que 5 titres, c'est un peu dômmage pour l'équilibre...) les Marcel sont au taquet, jouant à la perfection leurs titres préférés (qui sont aussi les nôtres !), que des tubes ! Et c'est avec bonheur qu'on retrouve les "bla, bla, bla", ce qui lie tous les concerts de Marcel, ces blablateries de ce soir-là, on les connaît tous par coeur "Lens a encore gagné 2-1 ce soir", "Loana qui sent le fennec", "ah votre accent il est vulgaire", "y'a de la poésie dans le patois" ... Après, on pourrait philosopher des heures durant sur le rythme chaloupé de "La 7ème compagnie de Jamaïque" jouée rapidement que par le passé, sur le "Ma soeur" qui ne dépasse pas les deux minutes alors qu'on aurait aimé du rab, la reprise de la Mano Negra avait-elle sa place ce soir-là... Autour d'un picon bière, on pourrait en parler longtemps mais pour mettre tout le monde d'accord, il suffit de faire lecture !
PS : Quand on a vécu ce concert, ce live est encore plus énorme, j'en ai des frissons à chaque écoute...