The Loyalties - 'Til The Death Of Rock And Roll Allons droit au but, The Loyalties respirent le bon vieux rock 'n' roll. Celui qui transpire. Celui maltraité avec des Gibson Les Paul bavant de Marshall potards à burne. Celui qui va tout droit. Celui qui rock. Et celui qui roll !!!

Quintet londonien formé autour d'anciens membres de Deadline, The Yo-Yos et The Black Halos, The Loyalties sort en 2013 'Til the death of rock and roll, deuxième effort longue durée après So much for Soho paru en 2008. Et cet album a tout pour me plaire : guitares omni présentes, riffs old school, voix rugueuse mais mélodieuse, refrains entêtants et rythmes à 666 à l'heure. Le mix parfait entre Motörhead, Turbonegro, Backyard Babies, The Clash et Supersuckers (on a vu pire au niveau des comparaisons !!!). Les titres dépassent rarement les 3'30 (autant dire que ça va à l'essentiel) et le groupe n'y va pas par quatre chemins. Si vous vous attendez à des breaks alambiqués, des contretemps à foison et des slaps de basse, passez votre chemin, mécréants ! Par contre, si votre passion cumule les morceaux entrainants, les rythmes endiablés et les structures « intro - couplet - refrain - couplet - refrain », soyez le bienvenu dans le monde rageur et survolté de The Loyalties.

Vous décrire méthodiquement les 13 (!) morceaux de rock 'n' roll bruts de décoffrage serait une perte de temps. Rien de nouveau sous le soleil, The Loyalties n'ont pas inventé le fil à couper le beurre. Ils envoient un rock binaire mais ils font le boulot, et d'une sacré belle manière. Et n'est-il pas rafraichissant de se balancer un disque pas prise de tête pour un sou, un disque truffé de rage et de mélodies, un disque qui dégueule autant de guitares que de chœurs entrainants, bref, un disque parfait ? Encore une fois, ne vous attendez pas, à l'écoute de 'Til the death of rock and roll, à quelque chose de nouveau. Des disques comme ça, il doit en exister à la pelle. Et alors ? Vous savourerez juste un album de rock 'n' roll anglais bien branlé et vraiment accrocheur. Et ça, le rock 'n' roll anglais bien branlé et vraiment accrocheur, j'adore !