Au début des années 2000, une vague émo-rock renversait l'Angleterre alors qu'émergeaient des groupes qui ont plus ou moins tenu la distance (Funeral For A Friend, The Blueprint, The Lost Prophets, Hundred Reasons, The Hurt Process...), c'est à eux que j'ai immédiatement pensé en découvrant Lonely The Brave. Le groupe s'est monté en 2009 sur les cendres de projets qui n'ont jamais vraiment aboutis avec autour de la voix de David Jakes, la guitare de Mark Trotter, la basse de Andrew Bushen et la batterie de Gavin Edgeley, les quatre n'enrôleront un second guitariste (Joel Mason) qu'un peu plus tard. En 2013, ils sortent un premier EP (Backroads) chez Hassle Records, un des labels londoniens les plus en vue (ils ont découverts Alexisonfire , Rolo Tomassi et 65daysofstatic et ont encore dans leur écurie Attack! Attack!, August Burns Red, Cancer Bats ou The Get Up Kids !). Enchaînant les festivals et les concerts avec Therapy? ou Deftones à Paris, par exemple, le groupe fait sensation auprès de tous ceux qui l'écoutent, leur premier album The day's war sort en septembre et ne fait que confirmer tout leur potentiel.