rock Rock > Les Ogres De Barback

Biographie > A table

Les Ogres de Barback sont quatre frères et sœurs (Fred, Sam, Alice et Mathilde Burguière) dont l'aventure musicale démarre en 1994. Dès l'origine ils puisent leur inspiration de la chanson française à texte (Brassens, Brel, Ferré, Perret), de la culture tzigane et des groupes des années 80 comme La Mano Negra, VRP et Bérurier Noir. Les textes des Ogres sont marqués de préoccupations citoyennes et du désir de communiquer la tolérance et la liberté. Seize ans après leurs débuts dans la rue, Les Ogres ont donné plus de 1 500 concerts et vendu 550 000 albums. Leur septième album studio Comment je suis devenu voyageur sort le 15 mars 2011. Le groupe a encore de beaux jours devant lui.

Review Concert : Les Ogres De Barback, Les Ogres de Bourg-en-Live (fév. 2008)

Les Ogres De Barback / Chronique LP > Latcho drom live 2017

Latcho Drom Live 2017 - Un Air Deux Familles Fichtre, un nouveau disque d'Un Air Deux Familles ! Quinze ans après une première et triomphale réunion, la communion (pour ne pas dire fusion) des Ogres de Barback et des Hurlements d'Léo repointe le bout de son nez pour partager le temps d'une tournée (et d'un disque live sobrement intitulé Latcho drom live 2017) leur univers mélodieux et alternatif. Et un peu saltimbanque aussi.

Entre Les Ogres et Les Hurlements, mon cœur balance. J'ai énormément écouté ces deux groupes à la fin des années 90 à l'époque de leurs premiers albums respectifs. Et ma première rencontre avec ces groupes, c'est au fameux Caveau des Doms à Nancy que je l'ai faite. Un lieu extraordinaire en plein cœur de la cité Ducale où j'ai été époustouflé par la prestation punk des Hurlements et envoûté par le concert tout en finesse et en onctuosité des quatre Ogres. Et même si je suis avec une oreille trop distraite la carrière de ces groupes, écouter ce Latcho drom live 2017 m'a replongé avec nostalgie dans ma vingtaine insouciante. Il faut dire que les douze (!) musiciens n'ont pas leur pareil pour ambiancer une salle, d'autant plus si elle est déjà conquise d'avance. Ambiance punk, musique de rue, rythmes endiablés, sonorités slaves et orientales, cuivres et instruments en bois, tout y passe pour faire oublier à l'auditeur (et au spectateur) les soucis quotidiens et les tracas de notre chienne de vie.

Ce disque, comportant quatorze titres, est un condensé des concerts marathons d'Un Air Deux Familles. J'imagine le casse-tête au moment de sélectionner quelles chansons figureront sur le disque. Alors oui, il y aura toujours des grincheux (dont je fais partie) qui regretteront l'absence de cette fameuse reprise de « Salut à toi » des Bérus ou que le vibrant « Rue de Panam » des Ogres soit passé à la trappe. Mais comment ne pas se réjouir quand le super-groupe, tout en alternant les morceaux des carrières respectives des Parisiens et des Bordelais, interprète des compositions de la Famille, et s'amuse à jouer un morceau de et avec des membres de Debout Sur Le Zinc (présent sur le premier Pittocha, génial album des Ogres), deux compos de et avec La Rue Ketanou, ainsi qu'une version dub arabisante réussie de « Pas du gâteau » de Mano Solo. Sans bien sûr oublier la cover de « La Ventura » hommage à la Mano Negra, dénominateur commun et véritable influence musicale (et pas que). Franchement !

Depuis plus de vingt piges, ensemble ou chacun de leur coté, Les Ogres et Les Hurlements font passer, à travers leurs nombreux albums et leurs tournées incessantes, des émotions à un auditoire de plus en plus nombreux, sans jamais faire de vague dans les médias ou autre. Simplement à la force du poignet. Et ce disque retranscrit à la perfection ce joyeux bordel organisé mais tellement sincère. Tiens, je vais ressortir mes vieux disques, moi.

Les Ogres De Barback / Chronique LP > 20 ans !

Les Ogres de Barback - 20 ans ! 20 ans. Dieu que le temps passe vite. Alors que la scène alternative sous toutes ses formes (fusion, puis ska reggae) prenait tout son sens au milieu des années 90, Alice, Mathilde, Sam et Fred, quatre jeunes frères et sœurs multi instrumentistes et déjà ouverts d'esprit, se lancent dans la grande aventure en formant Les Ogres de Barback pour proposer un répertoire aussi diversifié que touchant. Le quatuor, au fil des ans et dans la grande tradition indépendante, structurera ses activités pour ainsi créer son label et même ses propres structures de tournée (et notamment son fameux chapiteau itinérant Latcho Drom). Le groupe, en deux décennies, passera des performances de rue aux grandes salles sans que les mass médias traditionnels ne s'en préoccupent. Mais même sans cela, les Ogres, en vingt piges, gagneront le respect tant du public que des groupes de tous styles confondus.

Alors, quand on a vingt ans, ça se fête, et la fratrie Bruguière n'a, une nouvelle fois, pas fait les choses à moitié en proposant un double album live, dense et riche. Comme eux ! Sur la première galette, le groupe est accompagné de l'excellente fanfare Eyo'nlé rencontrée au Bénin et avec laquelle les Ogres ont tourné pendant un an. Cette magnifique collaboration fera date dans la riche carrière du groupe, et le mélange d'un répertoire axé « musique du monde » et des morceaux pur « Ogres » agrémentés des percussions et cuivres chaleureux de la fanfare fonctionne à merveille. La magie opère dès les premières notes, son paroxysme étant atteint avec le fabuleux « Rue de Panam » chanté en chœur par un public bouleversé et conquis.

La deuxième galette réserve également de belles surprises avec une multitude d'invités croisant le fer avec « nos » Ogres. Des vieux compagnons de route, des vrais amis croisés ci et là, bref, des moments de vie partagés avec des artistes qui leur sont chers. On retrouve ainsi des membres de Tryo, La Rue Kétanou, Les Fils de Teuhpu, Les Têtes Raides, et j'en passe. Preuve en est que la qualité et l'extrême sympathie des quatre frères et sœurs n'est plus à prouver. Et la musique dans tout ça ? C'est un joyeux bordel organisé, une fête pendant la fête, une alchimie presque évidente entre des amoureux de la chanson au sens large du terme. Des chansons populaires, qui parlent à chacun de nous, et qui resteront pour la plupart des classiques du groupe.

Sans accès aux grosses radios et aux chaines de télé, Les Ogres de Barback, au line-up inchangé depuis leurs débuts, ont su, en deux décennies, conquérir un public fidèle et loyal. La popularité et la crédibilité du groupe est incontestable, et rester actifs vingt ans durant, aussi bien en studio que sur scène, révèle la force qui les pousse à perdurer dans ce droit chemin : la passion. Et l'amour de la Musique. Chapeau bas, et merci pour tout. À dans vingt ans !

Les Ogres De Barback / Chronique LP > Comment je suis devenu voyageur

Les Ogres de Barback - Comment je suis devenu voyageur "Il faut que je vous raconte cette histoire en forme de conte...", ainsi débute le septième album studio de Fred, Sam, Alice et Mathilde Burguière soit Les Ogres de Barback. Comment je suis devenu voyageur sortira le 15 mars prochain, un disque nomade prêt à parcourir des milliers de kilomètres pour faire découvrir au public les seize morceaux qu'il contient. Les Ogres qui jamais ne s'éteignent ni ne s'arrêtent, également parents de trois albums live, deux disques pour enfants et trois DVDs, comptent déjà cinquante-trois concerts pour leur tournée 2011. Backpackers préparez-vous à partir à leur rencontre ! Un concert des Ogres se signe de solidarité, de bonne humeur et de sourires. Mais en attendant de les voir de visu, attardons-nous sur leur nouveau né.
Comment je suis devenu voyageur incarne la poésie chantée et une musique pour toujours pétulante et aventurière. Comme La Rue Kétanou, Les Ogres de Barback chantent les rencontres, l'amour et les duretés de la vie avec une douceur et une espérance sincère. Inspirés par Brassens, Ferré, Perret, la culture tzigane ou encore Bérurier Noir, Les Ogres élargissent de bon coeur leurs horizons avec "Je n'suis pas courageux", chanson inspirée de l'Afrique et de la savane avec des chœurs résonnants de langues étrangères, ou encore avec le morceau "Ma tête en mendiant" ponctué d'une guitare flamenco. "Petite fleur" et "J'm'élance" nous rappellent ensuite à la culture tzigane par des chants puissants et aériens.
"La nationalité est un concept bourgeois", "Tu es plus belle au naturel", "Chercher du boulot c'est un concept bourgeois", "Un gitan et ses sorts me feront t'oublier". Toutes ces citations s'inscrivent dans des morceaux uniques et portés individuellement d'un élan différent. Ecouter les chansons des Ogres reste un immense plaisir, un coffre plein de perles musicales et humanistes. Très heureuse découverte pour moi que ce nouvel album ! Les Ogres rendent hommage à l'ensemble de leurs influences et à l'immensité du monde de la culture.