jackhammer - jackhammer Mille milliards de mille accords de stoner de Breizh ! Voilà l'expression ad hoc pour résumer le 5 titres éponyme de Jackhammer ! Lourd et gras en diable, l'EP n'a rien d'un éctoplasme tant il est épais et consistant. Peut-être même un peu dur à digérer sur certaines parties dont le chant donne plus dans la combinaison parpaing-ciment-béton que marguerite-bise-papillon. Si ça décape à chaque étape, ça ne va pas toujours à la même vitesse, on oscille entre la charge de cavaliers bachi-bouzouks lancés à l'assaut ("No place for reason") et une trouve de zouaves en prise avec un pachyderme dans un marécage ("Lady rider"), entre le stoner désertique et le sludge putride, les Bretons nous en font voir de toutes les couleurs en laissant toujours trainer quelque chose dans l'air qui n'est pas très sain, entre mélodies acides et rythmiques bactériennes, si on se plongeait totalement dans un bain Jackhammer on pourrait vite se retrouver avec une tronche vérolée option "moule à gaufres"...
Le quintet rennais n'en est qu'à ses débuts (le groupe s'est monté en 2013 et livre là sa première autoproduction) mais avec une entrée fracassante sur la scène stoner métallique, on risque fort de retenir leur nom...