Noise to the Bone 2 Avec ses 16 titres noise-rock turgescents nappés d'acide sulfurique, Noise to the bone était une excellente découverte empreinte de furie rock'n'roll et de saturation bien énergisante. Un volume I réussi laissait forcément la porte ouverte à une séquelle. Très logiquement baptisé Noise to the bone II, ce nouvel épisode discographique mettant aux prises les piliers de la scène noise-rock hexagonale avec quelques fiers représentants des voisins limitrophes (ou pas), permet de retrouver quelques acteurs du volume I (Dupek, Josh, Poutre, Royal McBee Corporation), mais renforcés de quelques petits nouveaux (Akiko, Jubile, Welldown Dumboyz...). Casting blindé en sommes.
Sans surprise, niveau décibels, ce NTTBII envoie le bois et fait parler la poudre. Un petit "His thing" bien déjanté de la part des furieux de Welldone Dumboyz pour nous mettre en condition et on enchaîne de suite avec les super-noïsiques Chick Peas et leur ébouriffant cocktail math-rock-noise, les lunatiques Io Monade Stanca et surtout Akiko, auteurs d'une belle démonstration de force, armés qu'ils sont d'un riffing répétitif doublé d'un groove solidement charpenté. Efficacité absolue. Une certaine nonchalance font de leur titre "Starlette", une oeuvre hybdride mid-tempo là où certains de leurs voisins font parler les réacteurs pour propulser leurs riffs à la vitesse du son. En l'état, le résultat se révèle complètement hypnotique et entêtant.
Place aux Poutre que l'on a déjà évoqué dans ces colonnes et qui, avec leur "Kill Monsanto" en forme de déclaration de guerre rock'n'rollesque à l'encontre du géant de l'industrie des biotechnologies végétales, insuffle un peu plus de hargne à une compile qui n'en manquait pourtant pas vraiment. Et comme il n'est toujours pas question de se poser pour écouter le chant des cigales, c'est à une phénoménale déflagration de noise-bruitiste épileptique que nous convient les Gameboy Physical Destruction (en même temps, tout était déjà dans le nom...) avec "How to reach the last level". C'est aussi ça, la génération Nintendo qui se met au rock amplifié. Et comme si ça ne suffisait pas, les guerilleros de Ruggine nous balancent en pleine face un "Gulash" frondeur et vindicatif à souhait avant que Josh puis Treehorn ne prennent à leur tour le relais pour identifier la cible, armer et la désintégrer à coup de riffs supersonique et de matraquage chirurgical. En guise de dessert, les rares survivants pourront se délecter des offrandes signées Royal McBee Corporation, Poutre et Jubile, qui ne font pas vraiment dans la dentelle et concluent de fort belle manière un deuxième volume de Noise to the bone qui tient toutes ses promesses. On enclenche la troisième ?

Les musts absolus : Akiko, Chick Peas, Ruggine, Josh, Royal McBee Corporation...