Depuis que les Smashing Pumpkins ont rendu les armes, trop rares sont les groupes qui parviennent à retrouver ce sens inné d'un rock mélodique et puissant, presque évident. A la fin des années 90, les londoniens de Symposium avaient fait illusion en la matière le temps de deux albums éphémères, avant d'être condamnés au pilori, coupable d'avoir perdu peu à peu de leur rage originelle et originale.
2000 : les deux rescapés Will McGonagle et Joe Birsh ont su en tirer les conséquences au moment ou leur nouveau groupe Hell Is For Heroes, formé avec des amis d'enfance, vient secouer les lumières du business avec leur The neon handshake de premier album, entre les murs de son des Deftones, l'énergie d'un Refused et la sensibilité exacerbée d'un Coldplay.