rock Rock > French Fries

Biographie > French Fries

Mon histoire avec les French Fries est un peu sentimentale puisqu'il s'agit du premier groupe que j'ai réellement interviewé, snif, une minute de silence. Mais c'est aussi le premier groupe grenoblois qui m'a marqué par une prestation scénique débordante d'énergie, un entrain omniprésent et un sens communicant de la pop énervée ! Après plusieurs formations dès 1997, ils décrochent successivement divers tremplins rock en 1998, 1999 et 2000. Puis après avoir remporté un Défi Jeune en 2002 ils se consacrent à leur album (11 titres). En 2003 ils sortent Ad Libitum un album beaucoup plus professionnel que leur vieux 7 titres et c'est tout à leur honneur. Musiciens de formation, il est vrai que Sylvain, Fabrice (guitares et chants), Fabien (basse), Stéphane (batterie) et Fanny (violoncelle) ont déjà de bons atouts pour démarrer.

French Fries / Chronique LP > Ad libitum

French Fries : Ad Libitum Très beau packaging tout d'abord, bravo ! L'album est enregistré à Grenoble et mixé aux Forces motrices par Ludo Ze Fish, ZE mixeur rock de Grenoble.Les chants sont en anglais pour la plupart sauf sur "Las" où Fabrice prend la voix principale. Si les paroles n'interpellent pas spécialement (sauf mention spéciale à "Roses", très romantique) on reste impressionné par les compos, assez diverses les unes des autres, à la fois passe-partout, accrocheuses, mélodiques et débordantes de vitalité. On ressent les influences de groupes de pop Us à la Nada Surf mais aussi des frenchies comme Noir Désir. " Heroine " démarre en beauté le disque. Tout de suite entraînantes et bien construites, on se prend au jeu. On apprécie également les différentes parties (limites disco parfois ! lol) qui sont clairement découpées au sein des mêmes compos des French Fries ("Jeiser", "Las", "Perfect life"). Je verse une larme pour "Aloha", une vieille compo toujours aussi agréable, plus lente ici, les vagues de Miami refont surface. Dans l'ensemble le travail et la recherche faîte au niveau des instruments se sent au niveau de certaines compos malgré beaucoup de simplicité parfois dans les riffs. Rien d'innovant dans le style, et c'est aussi ce qu'on apprécie puisque le groupe avance une certaine déliquescence teen-attitude bien agréable. Et oui se sent définitivement adolescent(e) en écoutant les French Fries. "Ad libitum" est sûrement le bijou de l'album, une compo délurée, "I feel happy, I feel good", ironique ou vraiment niaise ? Pas de prises de têtes avec eux dans la musique puisque leur credo est définitivement de se faire plaisir !
Les mélodies sont captivantes, la violoncelliste excelle à se mêler tendrement aux autres instruments ("Semi-street") dans un style peu conventionnel pour ce type de cordes. Mais là où le violoncelle est à l'honneur c'est indéniablement dans "Roses", mon coup de cœur et à mon avis le second joyau de l'album. Adorable départ de la guitare sur "The day's so long", la compo reste en tête, mélancolique, et pour moi clôt l'album. Ca y'est je retourne dans mes rêves…