rock Rock > Franck Black and the catholics

Biographie > Franck Black et les Catholiques...

Dans le temps, on n'était soit Beatles, soit Rolling Stones. Fan de Nirvana ou des Pixies. Alors que l'un mettait fin à ses jours, l'autre mettait fin à son groupe et entamait une longue rédemption accompagné de backing bands divers. 10 ans et 5 albums plus tard, après les tamagoschi et les pogs, la mode est aux reformations diverses, toutes plus ridicules les unes que les autres, très souvent à la limite du bon goût sans jamais y tomber. En attendant la réunion de moins en moins hypothétique de ses Pixies préférés, celui qui n'a jamais pu être Kurt Cobain livre son paquet annuel labellisé Franck Black and The Catholics : Show me your tears, où lorsque les larmes et les peines pourraient remplir un ruisseau sur trois accords de guitares.

Franck Black and the catholics / Chronique LP > Show me your tears

frank black : show me... Mais Black Francis est encore capable de surprendre : fini les errances martiennes de Cult of Ray, fini le boucan sauvage en désaccord majeur, le Teenayer Of The Year a mûri et n'hésite plus à montrer ses larmes lorsqu'il a envie de pleurer sur un Show me your tears plus (corde) sensible que jamais. Un nouvel album plein jusqu'à la gorge d' "Horrible day" faussement enjoué, de "Jaria Blues" très bleus à l'âme, de regrets amers ("Coastline", l'harmonica en bandoulière), de bonheur qui tarde à croiser notre chemin ("When'll hapiness find me again") et inévitablement de ces femmes qui nous quittent sans un regard pour l'éternel adolescent un peu gr"os et nettement boutonneux que le roi du grunge ne cessera jamais d'être ("Goodbye Lorraine", americana pur jus). Malgré l'ambiance piano-bar de titres nettement assagis ("Everything is new" ou le très beau "This old heartache"), Franck Black aka Black Francis reste ce petit démon des planches qui chante à tue-tête "Nadine" ou "Snake" sans se soucier des convenances, nous rappelant encore une fois ces jeunes années où il était le roi sans couronne que nous vénérions dans l'ombre. Allons messire, séchez vos larmes, il est temps de reprendre votre trône.