rock Rock > Expérience

Biographie > Expérimentons

Il serait trop facile de vous refaire le coup de l'ex-Diabologum à chaque nouvelle éruption cutanée de la bande à Michel Cloup. Facile et bien inutile, car entre temps et depuis la première phase de l'Expérience (Aujourd'hui. maintenant) en 2001, c'est bien à un nouveau groupe à part entière à qui l'on a affaire sur cet Hémisphère gauche décisivement émancipateur et qui tente de faire oublier la disparition du regretté label Lithium. S'il n'y avait pas ce souci du détail historique qui trahit le chroniqueur en mal de souffre dont il bourre son canon avant de tirer à boulets rouges sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à un has been renaissant, on placerait presque sans y penser Expérience tout à côté de Jéronimo et Mickey 3D, comme tant d'autres artistes qui ont été un jour où l'autre influencé par l'énorme groupe que fut Diabologum dans les années 90. Un phrasé particulier, des influences tirant plus du côté de Sonic Youth que de Noir Désir, et un esprit rebelle que l'on retrouve intact sur ce nouvel album. Qui sans polémiquer plus longtemps sur le sujet, paraît exactement en même temps que le nouveau Programme, groupe d'Arnaud Michniak, deuxième face du bi-pôle pas très people susnommé...
En 2005, le groupe compile une quinzaine de reprises sur Positive karaoke with a gun dont le terrible "La révolution ne sera pas télévisée" et enchaine les concerts fiévreux.
Widy ayant quitté le quatuor quelques mois plus tôt, ils ne sont donc que trois à partir aux Etats-Unis en décembre 2007 pour enregistrer le nouvel album avec Greg Norman (producteur de Pelican notamment), ce Nous (en) sommes encore là sort le 21 avril 2008.

Expérience / Chronique EP > Nous (en) sommes encore là

Expérience : Nous (en) sommes encore là Mi-2006, Expérience est devenu un trio suite au départ de Widy (guitariste) mais qui dit que Nous (en) sommes encore là aurait eu une autre teinte avec lui ? Ces 14 nouveaux titres continuent en effet les explorations du combo qui manie toujours avec talent les rythmes, les machines et les textes. Le duo basse/batterie est peut-être davantage mis en valeur mais ce serait faire injure à Francisco et Patrice d'oublier leur travail sur les opus précédents, là, la recherche des lignes mélodiques accrocheuses à la basse et le jeu sur le tempo et les ambiances développées par la batterie sont surtout plus évidentes ("Les aspects positifs des jeunes énergies négatives", "Nous (en) sommes encore là"...). Les machines apportent des loops hypnotiques (l'éponyme "Ever got the feelin' you've been cheated ?") et jouent avec la guitare qui elle se pare de ses plus beaux effets noisy pour nous charmer ("Entendre ça", "Des héros"). Certaines expérimentations ne seront pas du goût de tout le monde, en tout cas, elles ne sont pas trop du mien, notamment quand le groupe part dans des délires orientés "rock expérimental" avec de nombreuses sonorités aigües parfois dures à supporter ("Something broken", "Il y a toujours une lumière"). Même constat quand le trio titube ("Entre deux") et semble nous laisser un peu en plan... La magie d'Expérience passe donc encore beaucoup par les textes et les intonations de Michel Cloup, les thèmes restent les mêmes, les messages changent et s'impriment toujours aussi aisément. Comment ne pas s'ennivrer avec On s'indigne du fait que l'on abatte des forêts pour imprimer des magazines dans lesquels on s'indigne du fait que l'on abatte des forêts pour imprimer des magazines dans lesquels on s'indigne... ("Ils sont devenus fous"), comment ne pas se laisser entraîner par "Une larme dans un verre d'eau" ou "La vérité" (La vérité, la vérité, la vérité est en marche) ? Si je suis assez peu sensible au timbre de Mary Jane qui vient chanter sur deux titres ("Something broken" et "Retrouvée"), quand Arm (chanteur du trio Rennais Psykick Lyrikah) pose son flow sur la fin de "La république invisible", ça sonne bien plus dans le ton et fait résonner les mots d'Expérience avec davantage de percussion.
"Nous (en) sommes encore là" est aussi le titre du dernier morceau, une aventure de presque 10 minutes qui clôt Nous (en) sommes encore là, le groupe n'a pas tant bougé que ça, restant fidèle à ses principes et à son identité.

Expérience / Chronique LP > Hémisphère gauche

experience : hemisphere gauche Au-delà des réminiscences évidentes de la grande époque Diabologum, Michel Cloup a creusé le concept d'origine dans tous les sens pour en tirer une sève inattendue et loin d'être désagréable. L'éponyme "Hémisphère gauche" y va de son déraillement électronique surprenant et de son refrain à couper le souffle, alors qu'ailleurs on entend chanter. Oui, du chant, en lieu et place de ce phrasé si caractéristique qui garde tout de même la main mise sur cet album, achevant d'établir Expérience comme le plus hip hop des groupes de rock, loin de toute fusion rébarbative, plus proche en vérité d'une communion des genres alliant la générosité de mélodies acérées à des textes tout aussi tranchants et directement inspirés du mouvement rap. Toujours un peu naïves, au croisement d'un anarchisme désabusé et d'une ironie brillante (j'aimerais être chanteur engagé, petit blanc qui développe sa culpabilité... chante-t-il), les paroles s'enrobent plus que jamais dans un bruissement de guitares dépassant allégrement les aspirations rock hésitantes d'il y a quelques années, et touchent au coeur par leur authenticité : après tout, chaque album d'Expérience devrait s'appeler Aujourd'hui. Maintenant, tant ils se font la photographie bi chromique d'une époque mouvante en noir et blanc.