Eklipse - Liberté, égalité, sensualité Un violoncelle, un alto et deux violons, c'est pas forcément sexy, mais quand c'est quatre demoiselles courtement vêtues qui en jouent, on gagne en charme, en 2012, elle proposait de passer une nuit en string en reprenant des tubes plus ou moins à la mode de Linkin Park, Depeche Mode, Coldplay ou Lady Gaga. Cette fois-ci, les Allemandes sortent un EP spécialement pour le public français avec une sélection à peine plus pointue puisqu'elles s'attaquent aux morceaux les plus célèbres de France Gall ("Poupée de cire, poupée de son" qui est également présent remixé à la hâche technoïde), des Rita Mitsouko ("Marcia baila") et de Noir Désir ("Le vent nous portera") mais aussi le "Clair de lune" de Debussy. On est bien évidemment plus proche d'Apocalyptica que de Rasputina et si l'ensemble fleure bon la récupération d'un phénomène qui marche, on se laisse prendre au jeu et l'interprétation talentueuse des morceaux fait passer un agréable moment. Et certainement qu'avec une mise en scène moins racoleuse, les filles seraient prises bien plus au sérieux mais on l'avoue, ce serait aussi beaucoup moins accrocheur.