rock Rock > Duchess Says

Biographie > Aristocratie & noise-music

Duchess Says est né au Québec en 2003. Le groupe est composé d'Annie-Claude Deschênes (voix, guitare-piano, guitare, programmations), Ismaël Tremblay-Desgagnés (Claviers, guitare, programmations), Phil C. (guitare, basse), Simon Says (Beats, drums). La discographie de Duchess Says est constitué de deux EPs (Noviciat mère-perruche & Black Flag remixes) et deux albums (le fabuleux Anthologie des 3 perchoirs & le petit dernier In a fung day T!).

Duchess Says / Chronique LP > In a fung day T!

Duchess Says - In a fung day T! On avait craqué pour Duchess Says après un live totalement incroyable à la dernière édition de Dour et doublement craqué pour les Québécois après la découverte d'Anthologie des 3 perchoirs, un album éléctro-rock brut de décoffrage, atypique et super attachant. 3 ans après, les voici de retour avec un nouveau disque intitulé In a fung day T!, une livraison qui nous conforte dans notre opinion : on a bien là affaire à un groupe spécial comme on les aime.
Dès le premier titre, le groupe déballe l'artillerie lourde avec une torpille made in Duchess Says intitulé "ANTePoc" ou l'on retrouve tout ce que l'on aime chez le groupe : de la frénésie instrumentale animée par un clavier perché, la voix extatique sur les lignes de chants singulières d'Annie-Claude Deschênes (qui porte bien son nom...) pour dynamiter le tout, et cette espèce de configuration primaire sur un parti-pris semblant de prime-abord assez intello.
Et la frénésie, le groupe va réussir à l'entretenir avec un songwriting de haut niveau : "L'ordre des secteurs" et "Mayakovsky" sont des compositions admirables, "Narcisse" te colle rapidement au paroi auditive, "Main district" et ses saccades se révèle rapidement sur-jouissive... Le groupe module intelligemment les ambiances en alternant les tubes péchus et des tracks plus vaporeuses à l'instar de "Time to reiterate", le morceau excellent que le groupe livra en avant-première sur son site, et "Gainsbourg", un titre que le grand Serge aurait surement apprécié à sa juste valeur. Oui, j'aime faire penser les morts.
L'album se termine sur une longue plage hypnotique et nuageuse ("Yellow pillow") ou la petite frontwoman fait encore des miracles via des petits hurlements s'alternant avec des phases spoken-word savoureuses. Et dire qu'il y a des critiques blasés qui considèrent ce groupe comme accessoire sur disque. On rêve. In a fung day T! est un disque parfait. Seul la pochette est un poil décevante, il fallait quand même le dire en ces temps ou il faut soigner un minimum le packaging pour vendre un peu de disques.